Qu'avez-vous vus récemment ?

Page 40 sur 42 Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41, 42  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Lun 17 Déc 2012 - 20:42


Le Cirque (Charles Chaplin – 1928)

Pas forcément le meilleur de Chaplin, loin de là, mais certaines scènes valent assurément le coup d’oeil (la cage au lion, le numéro d’équilibriste), le reste souffrant malheureusement de longueurs. En même temps, coincé entre La Ruée vers l’or et Les lumières de la Ville, difficile de trouver sa place. Mais je fais la fine bouche, ça reste du très bon film.
4,5/6


Following (Christopher Nolan – 1999)

1er film de Nolan où un type qui en suit un autre va vite se faire embarquer dans une affaire d’intrusion chez des personnes qui va aboutir à des conséquences qu’il n’imaginait pas, un film plutôt bien fichu qui encore une fois avec Nolan ne prend tout son sens qu’à la fin, et où on sent déjà toutes les thématiques et centre d’intérêt de l’auteur apparaitre. Intéressant et assez captivant.
4/6


Skyfall (Sam Mendes – 2012)

Premier Bond que je vois avec Samuel Craig, et pas prêt de l’oublier. Après une introduction qui reste une des meilleures séquences d’actions de ces dernières années et le générique magnifique sur la sublime musique d’Adèle, le reste ne faiblit pas et propose un scénario à la fois classique et novateur, tant pour le personnage de Bond que pour tout ce qui l’entoure. Mendes arrive sans mal à nous donner quelque chose de neuf et de jamais vu et pour autant classique et attendu. Les comédiens sont excellents (Craig a vraiment un jeu tout en nuance impressionnant), la réal magnifique, la photo impressionnante (ce dernier acte), bref un très grand film.
6/6


Argo (Ben Affleck – 2012)

Pendant la révolution de 1979 en Iran, l’ambassade américaine est prise aux pièges. Quelques ressortissants américains arrivent néanmoins à se cacher dans l’ambassade canadienne. Les services secrets américains vont alors se faire passer pour une équipe de tournage d’un film de science-fiction en repérage pour ramener les américains chez eux. Après une introduction très bien fichue et cernant comme il se doit le contexte de l’époque, Affleck alterne les passages en Iran et ceux aux USA avec un grand savoir-faire et arrive à nous faire appréhender toute ces histoire complexe avec une facilité exemplaire. Du très bon thriller politique qui ne pèche que par le jeu mais franchement excellent d’Affleck et par un relent patriotique assez lourdingue. Mais Affleck, auteur à suivre encore une fois.
4,5/6


Amour (Michael Haneke – 2012)

Un couple d’octogénaires, la femme fait un AVC et commence à être paralysée d’un côté. Le mari va alors l’accompagner jusqu’à la fin dans sa décrépitude… Je ne sais plus vraiment quoi penser d’Haneke. D’un côté il nous assène la vérité sans rien cacher dans son cinéma aride mais surtout ultra-réaliste à la limite de la complaisance, de l’autre il n’a franchement pas grand-chose à raconter si ce n’est nous montrer la réalité en face, réalité que l’on connaît et qu’on imagine bien. Reste deux acteurs épatants…
3/6


Augustine (Alice Winocour – 2012)

L’histoire vraie d’une fille atteinte d’hystérie qui va devenir le centre d’intérêt et même l’amante du célébre professeur Jean-Martin Charcot. Autant les acteurs sont plutôt bons, autant le film manque cruellement d’intérêt en l’absence d’enjeux dramatiques vraiment captivants et de propos clair. C’est simple, A Dangerous Method de Cronenberg faisait largement mieux dans la relation ambigüe entre le patient et le docteur et La Veuve Noire de Kechiche faisait mieux sur le propos des bêtes de scènes qu’on exposait. Et pour autant, je n’ai spécialement apprécié aucun de ces deux films. Bref, un premier film plutôt décevant qui manque cruellement de matière.
3/6


César doit mourir (Paolo Taviani et Vittorio Taviani – 2012)

Docufiction où une troupe de comédiens prisonniers (mais des vrais prisonniers) vont s’entraîner à jouer la pièce de théâtre Jules César de Shakespeare. Un « film » très intéressant, aux multiples niveaux de lecture, avec des comédiens captivants et surtout un art de la mise en scène et du noir et blanc très abouti. Du beau cinéma, qui émeut et interpelle. Mais qui reste un exercice de style avant tout.
5/6


Twilight Chapitre 5 : Révélation 2ème partie (Bill Condon – 2012)

Bon un peu comme l’avant-dernier film, Bill Condon sait plutôt bien gérer ce scénario d’un vide abyssal et arrive donc à nous faire tenir tout au long de ces niaiseries pour pré-ado. Mais heureusement, un gros rebondissement plutôt bien fichu sur la fin va nous réveiller, et presque même nous tenir en haleine jusqu’à ce qu’on s’aperçoive qu’il s’agissait en fait d’un beau pétard mouillé. Grosse déception donc pour ce moment de bravoure sans intérêt. A part ça, bah ça reste Twilight quoi. La boucle est bouclée !!
2/6


Hold-Up (Erik Skjoldbjaerg – 2012)

La reconstitution au millimètre d’un hold-up ayant eu lieu en Norvège, filmé de façon réaliste mais en même temps très stylisée. Dommage que le réalisateur n’est pas su gérer l’espace dans son film car l’ensemble aurait pu être encore plus immersif, et donc plus prenant. Reste des moments forts et plutôt bien filmés, et un auteur à suivre dans tous les cas.
3,5/6


Kill List (Ben Wheatley – 2012)

Deux anciens de l’Irak exercent maintenant la profession de tueur à gage, et vont embarquer avec leurs familles dans une affaire très noire à base de rites païens… Un film surprenant, commençant comme un thriller classique au début pour finir dans le polar bien noir en passant par l’horreur soupçon Lynch sur le final, le tout saupoudré tout le long d’humour au 3ème degré bien senti. Les acteurs sont convaincants, la réalisation anxiogène, le scénario surprenant, bref plutôt une bonne surprise, hâte de voir Touristes du même réalisateur qui sort prochainement.
4/6


Les Cinq Légendes (Peter Ramsey – 2012)

Le croque-mitaine débarque pour foutre la trouille aux enfants, et nos quatre légendes (le père Noël, la fée des dents, le lapin de Pâques et le marchand de sables) vont être obligées de faire appel à Jack Frost, éternel solitaire hâbleur et agaçant. Et un peu paumé, surtout. Un joli conte de Noël rondement mené, avec un personnage principal bien creusé, plein d’humour et de scènes d’action bien fichues, et à la 3D valant le coup d’œil. Bonne surprise.
4,5/6


Les Mondes de Ralph (Rich Moore – 2012)

J’aimais bien l’idée de ce méchant de jeux vidéo qui s’échappe de son jeu pour aller prouver aux autres qu’il n’était pas qu’un vulgaire vilain, mais seulement mis à part l’univers bien pensé et surtout les références franchement savoureuses, le scénario patine au milieu de l’histoire en se concentrant sur une intrigue dont on se fiche un peu et qui concerne une héroïne franchement horripilante. Dommage, d’autant que la réalisation et les effets spéciaux étaient vraiment à l’avenant.
3,5/6


La véritable histoire d’Edward et Bella : Chapitre 4 ½ Indigestion (Craig Moss – 2011)

Une parodie de Twilight, pourquoi pas ? Et en plus, il y a de la matière. Seulement ici le réalisateur se contente de condenser 2-3 films en y ajoutant uniquement des propos vulgaires et des touches scatophiles. Mais attention, on reste dans la morale bien-pensante et contradictoire américaine parce qu’on peut y proférer franchement des grosses dégueulasseries mais surtout on ne verra pas le bout d’un téton sur l’écran. A part ça, rien, rien et rien, du vide et pas un soupçon d’idée avec une avalanche de blagues vaseuses provocant largement plus la gêne que le rire.
0/6


Cogan : Killing them soflty (Andrew Dominik – 2012)

J’attendais avec impatience le nouveau film du réalisateur de l’excellent L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, en plus encore une fois avec Brad Pitt et sur la bonne idée de faire subir la crise économique aux gangsters. Seulement le sous-texte est asséné à coup de massues par le biais de discours de Bush et d’Obama à la télévision, le scénario est au bout du compte très vide et surtout Andrew Dominik veut se la jouer Tarantino des débuts avec ces longs et excellents dialogues et ces scènes d’où la violence peut jaillir à tout moment, mais finalement ne sait provoquer que l’ennui… Du vide, et en plus qui se la raconte.
2/6


Mais qui a re-tué Pamela Rose ? (Kad Merad et Olivier Baroux – 2012)

Une suite plutôt convenable de Mais qui a tué Pamela Rose, à savoir un film au ton proche des ZAZ où l’absurde règne en maître et où les blagues font quelques fois rires, souvent sourire et souvent tombent aussi à plat. Disons que ça se laisse regarder, mais on est en droit d’espérer mieux du tandem.
3/6


Le Hobbit : un voyage inattendu (Peter Jackson – 2012)

Bon voilà, je n’ai pas énormément de choses à dire sur Le Hobbit tant on est dans du grand cinéma et surtout qu’on connait tous le Seigneur des Anneaux. C’est magnifique, prenant, épique, les acteurs sont excellents tout comme le character design, la photo, la musique, les effets spéciaux… Le tout en 48 images par seconde et en 3D. Encore une fois Peter Jackson ne s’est pas planté. On va surtout revenir sur deux points négatifs : tout d’abord la première heure 30. Il faut bien avouer que l’ensemble manque d’un peu de rythme et surtout d’action, le tout étant accru par ce que j’appellerais le deuxième point négatif : l’effet « on a vu SdA ». Forcément, c’est une bonne chose que de reprendre les musiques, le style des SdA, mais à force certaines scènes en deviennent lassante parce qu’on sait déjà à quoi s’attendre : exemple [PETIT SPOILER] : hop notre petite troupe s’arrête, et là musique pleine de bon sentiment de la Comté : on sait qu’on va avoir droit à une petite morale gentillette, et c’est gonflant. Hop on nous présente Galadrielle : musique des elfes et ralenti elfique. C’est chiant parce qu’on s’y attend. [FIN DE PETIT SPOILER]. Bien sûr il aurait été compliqué pour Jackson de renverser ce qui avait été instauré dans les SdA, mais il aurait pu nous surprendre d’une autre manière. Pour le coup, et surtout pour les deux exemples cités, ça fait un peu roublard.
Donc à cause de ces deux points négatifs, juste 6/6 et un des meilleurs films de l’année, de loin.
6/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Lun 25 Fév 2013 - 1:54


L’odyssée de Pi (Ang Lee - 2012)

L’histoire d’un naufrage et d’un jeune qui survivra sur une barque pendant des dizaines de jours avec pour compagnie un tigre... Si le début est affreusement chiant, dès le naufrage et la cohabitation entre le personnage principal et le tigre, l’ensemble fonctionne très bien : c’est prenant, beau, les FX sont magnifiques (mais vraiment), bref une jolie fable qui arrive à nous emporter pendant près de 2h...
4/6


Nabonga (Sam Newfield - 1944)

Une enfant perdu dans la jungle suite à un crash, un gorille qui la recueille, une expédition qui part dans le coin une quinzaine d’années plus tard pour différentes raisons (en gros, y a un gentil et un méchant)... Bref un film d'aventure exotique aux relents colonialistes pur jus, au scénario finalement pas trop prévisible que ça mais quand même d’une lenteur abominable pour la courte durée (1h10). Bref un petit navet gentillet.
1/6


Aladdin et le roi des voleurs (Tad Stones - 1996)

Un troisième opus au scénario plutôt intéressant (le père d’Aladdin revient, mais c’est un voleur, mais il a un bon fond, mais blablabla) mais qui tourne trop en rond et est finalement bien vain, surtout en comparaison de l’excellence des deux premiers films. Reste quelques scènes plutôt bien fichues. Ah et puis l’animation est franchement pas top.
3/6


Elmer le remue-méninges (Frank Henenlotter - 1987)

Un individu va se faire piquer par une bestiole étrange qui va peu à peu le posséder et le rendre accro à la violence... Encore une fois Henenlotter reprend ses thèmes de prédilection tels que la dépendance, la drogue, le tout dans un film horrifique sombre et désespéré (il suffit de voir les quartiers de New York et les appartements puant la crasse), aux effets gores plutôt sympathiques. Du bon ciné de genre indépendant des 80s.
4/6


Un frisson dans la nuit (Clint Eastwood - 1971)

Un présentateur de radio va se faire harceler par une de ses admiratrices, qui va aller de plus en plus loin pour le conquérir... Un des premiers films réalisés par Eastwood, le pitch me plaisait beaucoup mais malgré le crescendo émotif plutôt bien fichu, je suis resté un peu en dehors de ce thriller plutôt bien torché. Après, ça reste de la très bonne came.
4/6


Los Angeles 2013 (John Carpenter - 1996)

Rien ne va plus, il faut renvoyer Snake Plissken dans cette fameuse zone de non-droit où on y enferme la lie des Etats-Unis pour empêcher la fin du monde... Un scénario de pur série B ultra-décomplexée où Carpenter décide d’envoyer un gros fuck à l’Entertainment, en faisant ce qu’il veut comme il veut, et pourvu que ce soit gros. A la manière du 1er opus New York 1997 ou encore de Jack Burton dans les Griffes du Mandarin, un excellent cocktail d’action frapadingue, de WTF le plus total, bref un immense délire jouissif et parfaitement maîtrisé, où John Carpenter et Kurt Russell se font plaisir, et nous avec. J’en veux encore.
6/6


Main dans la Main (Valérie Donzelli - 2012)

Un ouvrier et une femme des arts, après un baiser par inadvertance, vont se retrouver inséparables : chacun exécute les gestes que l’autre fait sans pouvoir s’en empêcher. Là où j’en attendais un petit film avec juste du comique de situation, Donzelli va au-delà en proposant un film mixant énormément de genre et de tons différents, avec toujours ce côté indé un peu foutraque. Bon seulement, là où ça réussissait en partie dans La guerre est déclarée, ici ça ne prend pas vraiment.
2,5/6


Mulan 2 : La mission de l'Empereur (Darrell Rooney et Lynne Southerland - 2004)

Mulan et ses camarades doivent emmener des princesses chinoises pour les marier à des guerriers mongols et ainsi éviter une guerre. Bien sûr, tout ne va pas se passer comme prévu et le message Disney de Mulan sur l’égalité femme-homme va passer par là (une vraie morale, pas comme Rebelle quoi ^^)... Une suite pas désagréable, plutôt prenante et avec suffisamment de rebondissements pour ne pas s’ennuyer, avec en plus une animation pas trop mal fichue. Bref, pas de honte à avoir pour cette suite très honnête.
4/6


Le retour de l’inspecteur Harry (Clint Eastwood - 1983)

Lassés des bavures de l'inspecteur Callahan, ses supérieurs l'envoient en province, où il ne devrait pas trop faire de dégâts... C'est peine perdue, puisqu'il se retrouve plongé dans une affaire de meurtres. Un policier classique au scénario plutôt bien fichu et aux seconds rôles assez fouillés, mais qui vaut surtout pour son personnage de l'inspecteur Harry, qui commence à être sérieusement en décalage avec la société d'aujourd'hui. Prenant, tendu, souvent drôle, du divertissement travaillé et haut de gamme.
5/6


Django Unchained (Quentin Tarantino - 2013)

Esclave séparé de sa bien-aimée, Django se voit offrir la liberté par un chasseur de primes, à condition qu'il l'aide pendant quelques mois. Forcément, on l'attendait le Tarantino sur un western. Et ça claque. La même structure narrative et thématique qu'Inglourious Basterds, mais en mieux. Un scénario déjanté et prenant, des dialogues excellents, une bo sublime, des acteurs qui donnent leur meilleur, de l'action comme il en faut, de l'humour (la fameuse scène du KKK, énormissime), bref un putain de panard tout le long des 2h30 qui composent le film. J'en veux encore.
6/6


Rebelle (Kim Nguyen - 2012)

L'histoire d'une jeunesse perdue d'une jeune fille d'un pays d'Afrique Centrale... Un film plutôt bien torché, où on suit le quotidien de cette femme-enfant, la relation tragique avec son amoureux, son recrutement par des soldats rebelles, l'enfant qu'elle porte... Un joli film, assez dur, mais finalement qui ne nous apprend pas grand chose et dont il ne reste que peu de souvenirs à l'issue de la séance. Seul l'aspect prégnant des religions animistes bien mis en avant est plutôt intéressant à suivre. Le reste, moins.
3,5/6


Être là (Régis Sauder - 2012)

Un reportage sur le quotidien d'une cellule de médecine dans une prison : confessions de détenus, difficultés du personnel soignant, bref des morceaux de vie poignants, et surtout magnifiquement mis en image par un noir et blanc lumineux. Après, ça ne reste qu'une succession de morceaux de vie, alors certes c'est joliment fait, mais bon voila quoi.
3/6


Le Grand Silence (Sergio Corbucci - 1968)

Un héros mué prénommé Silence se rend dans un village de l'Utah, pendant un hiver glacial, pour le délivrer des chasseurs de primes qui abusent de la situation (la famine) en tuant les riverains ayant commis le moindre petit délit. Un très beau western, sombre, violent et surtout sans concession (cette fin...) porté par deux immenses acteurs (Jean-Louis Trintignant et Klaus Kinski) et le score toute en retenue d'Ennio Morricone.
5/6


J'enrage de son absence (Sandrine Bonnaire - 2012)

Après un relation douloureuse avec son ex-mari (leur enfant était décédé dans un accident de voiture), une femme s'est remise en couple et vit une vie normale avec son mari et leur enfant. Seulement l'ancien mari revient, commence à voir la femme en secret mais surtout à vivre une relation poussée avec l'enfant, qui va jusqu'à le considérer comme son père. Un film troublant, aux multiples niveaux de lecture (le père caché dans la cave, j'y verrais bien une allégorie du vampire), qui malheureusement tourne un peu trop souvent en rond. Par contre, William Hurt y est extraordinaire.
3,5/6


Laurence Anyways (Xavier Dolan - 2012)

Années 90, un homme annonce à sa femme qu'il veut devenir une femme. Un film d'auteur de 2h30, ça peut surprendre, mais quand l'ensemble est aussi bien filmé et mis en image, quand le scénario est aussi profond et les personnages aussi bien caractérisés (portés par deux acteurs magnifiques), ça passe tout seul. Et certaines séquences clippesques sont justes magnifiques.
5,5/6


7 Psychopathes (Martin McDonagh - 2013)

Un romancier écrit un bouquin sur 7 psychopathes. Il est loin de se douter que la ressemblance entre son bouquin et la réalité est très infime... Après le très prometteur Bon baisers de Bruges, j'attendais avec impatience ce 7 Psychopathes, surtout au vu du casting : Christopher Walken (excellent), Woody Harrelson (excellent), Colin Farell (très moyen) et Sam Rockwell (affreux de cabotinage). Mais bon, McDonagh veut se la jouer frères Coen ou Tarantino sans jamais vraiment y arriver, et en plus le côté démystification du cinéma tout comme le rapport entre une œuvre et la réalité son passablement ratés. C'est long, chiant et seules quelques scènes sauvent l'ensemble du naufrage...
1,5/6


Lincoln (Steven Spielberg - 2013)

Les derniers mois de la vie d'Abraham Lincoln et son combat pour faire passer le XIIIème amendement de la Constitution (libérant les esclaves), avant la fin de la guerre de Sécession. Un magnifique portrait d'une profondeur rare d'un grand homme, porté par une réalisation et une photographie d'une grande élégance et un acteur incroyable et habité. Un film fort, très politique mais surtout très prenant, à classer parmi les meilleurs Spielberg "sérieux" aux côtés de Munich (dont les similitudes sont grandes) et de La Liste de Schindler.
6/6


Après mai (Olivier Assayas - 2012)

La vie de jeunes étudiants activistes au début des années 70. Si la reconstitution et le quotidien de cette jeunesse révoltée est vraiment bien fichu, l'ensemble du film, sans vraiment de fil directeur, tourne vite en rond et on passe son temps à s'ennuyer poliment plus qu'autre chose. Mouais.
2/6


Dragons (Chris Sanders et Dean Deblois - 2010)

Les vikings font depuis toujours la guerre aux dragons. Mais un jeune marginal, fils du roi, va se lier d'amitié avec un dragon. Un très bon film d'animation, prenant et drôle, inventif, et surtout aux graphismes vraiment bien fichus. Très classique, mais très bien fait.
5/6


Tabou (Michel Gomez – 2012)

Un film scindée en deux parties : l'une sur le quotidien d'une dame en fin de vie, accompagnée de sa servante et de sa voisine, et l'autre partie, muette et "copiant" les films d'époque, sur la jeunesse de celle-ci en Afrique. La première partie est étrange, un peu en dehors du temps, très mélancolique. La seconde très belle, prenante, intéressante. Dans tous les cas dans un noir et blanc magnifique, très bien filmé. Un film d'auteur étrange et possédant, mais en tout cas réussi.
5/6


Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow – 2013)

Le récit de la traque de Ben Laden, purement et simplement... Bigelow nous fait comprendre sans mal tous les enjeux, nous plonge dans l'enquête avec une facilité déconcertante, nous immerge dans la psyché des personnes qui ont suivie celle-ci, ne nous épargne rien (les scènes de tortures) dans ce film frontal, prenant, remarquablement bien filmé et monté qui monte crescendo jusqu'à l'assaut final. Des mois de janvier comme celui-ci au cinéma, j'en veux tous les ans.
5,5/6


Superman 3 (Richard Lester – 1983)

Un black de service (Richad Pryor, insupportable) va créer un ordinateur maléfique, qui va être utilisé par un sous-Luthor. Pendant ce temps-là, Clark Kent flirte avec Lana Lang, ah et puis pendant un moment il devient méchant à cause d'une kryptonite qui a mal tournée. Voila pour le pitch. Même si on essaye d'être indulgent au début, il n'y a pas grand chose à sauver dans ce Superman sauce buddy movie à l'humour lourdingue. On est loin de la puissance iconique des deux premiers opus.
2/6


The Master (Paul Thomas Anderson - 2013)

Revenu de la Seconde Guerre Mondiale, un ancien militaire, alcoolique, essaie tant bien que mal de reprendre une vie normale. Il va tomber sous l'égide d'une sorte de gourou charismatique sauce Scientologie, et les deux hommes vont à la fois s'apprécier mutuellement et se détester (le film se base sur deux personnages opposés, en gros). Première (grosse) déception avec Paul Thomas Anderson. Plastiquement sublime, réalisé avec une impressionnante maîtrise et porté par deux grands comédiens (bon Joaquin Phoenix cabotine un peu par moments, mais Philip Seymour Hoffman est excellent), PTA n'arrive pas à nous faire adhérer à l'histoire. On ne ressent pas d'empathie pour les personnages, et l'ensemble est beaucoup trop froid. Et puis, c'est long... Dommage.
3/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Lun 25 Fév 2013 - 22:35

a regarder les misérables version comédie musical.
bon comme d'ab avec les comédie musical, il faut un tit moment d 'adaptation. une fois cela passé ont a un film assez agréable à regarder même si parfois on se demande quand la chanson va se terminé ^^
petit big up au "vive la France" au drapeau français partout, au révolutionnaire qui ne lâche rien..... bref j'aurai jamais cru voir sa dans un film américain mouahahaha
4/6

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 31
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mar 26 Fév 2013 - 0:30

Ah bah la première critique positive que je lis sur le film ^^

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Mar 26 Fév 2013 - 1:06

ba j'ai des circonstance aussi.....
même si je connait l'histoire dans les grandes lignes, je n'est jamais lue le livre ni vue de film. du coup c t une tite découverte pour moi.
cela ma permit de suivre l'histoire sans qu'une comparaison vienne me gâcher le plaisir.
et puis cette histoire est tellement concideré comme un classique en France que j'ai forcement pris du plaisir à la découvrir.
après effectivement moi aussi j'ai lue pas mal de critique négative dessus (petite penser à celle ou le mec se plaint qu'il y est trop de drapeau communiste......faut qu'il révise sont histoire se pauvre monsieur). je pense que les critiques ont trop noté se film par comparaison plutôt que de le prendre seul. perso même si c pas un chef d'oeuvre, je trouve pas que c un navet non plus.
j'ai hésité entre 3 et 4 mais après réflexion je me suis dit que j'ai quand même aimé le regardé d'ou le 4. pour moi 3 sa aurai était trop "moyen"

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 31
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mar 26 Fév 2013 - 1:07

Bah moi c'est toutes ces critiques qui ont fait que j'ai lâché l'idée d'y aller au ciné (ça et le fait qu'il y avait plein d'autres films ^^)...

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Mar 26 Fév 2013 - 1:08

ba ouai après je c pas si sa aurai valu le coup de le voir au ciné je pense que devant ta télé ou ton ordi sa suffit quoi ^^

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 31
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 27 Fév 2013 - 20:37


Léon Morin Prêtre (Jean-Pierre Melville – 1961)

Pendant l’occupation en France, une jeune femme athée rencontre un prêtre. Ils passeront ensuite des soirées entière à disserter, jusqu’à ce qu’elle veuille se convertir. Un film principalement basé sur les échanges très intéressants entre les deux personnages principaux (deux personnages vraiment très profonds portés par deux grands acteurs), mais également sur quelques autres personnages annexes avec en toile de fond les conséquences liées à l’occupation puis à la libération. Un film prenant, profond, et surtout servi par une réalisation vraiment parfaite (rien qu’à voir le cadrage et le montage d’une simple scène de dialogue, on ne peut qu’être admiratif). Du grand cinéma, comme on en voit peu maintenant.

6/6


Hôtel Transylvanie (Genndy Tartakovsky – 2013)

Dracula, se méfiant des humains suite à une histoire d’amour ayant mal tournée, a bâtit un lieu de paix pour sa fille et les divers monstres qui peuplent la Terre, et leur fait croire que les humains ne sont que des brutes sanguinaires. Jusqu’à ce qu’un touriste pénètre dans le château... Même si le scénario est plutôt convenu, ce petit film d’animation au fort capital sympathie suscite l’enthousiasme du début à la fin, en particulier grâce à un rythme frénétique ne faiblissant pas d’un poil et à un univers très bien défini. Un histoire qu’on se plait à suivre et une galerie de personnages franchement savoureuse.
4,5/6


Les Misérables (Tom Hooper – 2013)

L’adaptation cinématographique d’une pièce de Broadway d’un grand classique de la littérature... Forcément, comme c’est l’adaptation d’une comédie musicale, tout est plus appuyé, plus démonstratif... Mais là, c’est trop. Tom Hooper n’a pas vraiment compris le sens du mot « adaptation » dans ce film d’une lourdeur sans pareil, interminable et à la réalisation d’une médiocrité hallucinante : des chansons filmées en plan fixe, le plus souvent en zoom sur le visage des acteurs... Je passe sur les « quelques » scènes d’action au montage incompréhensible (la gestion de l’espace est catastrophique) et sans aucune idée de mise en scène pour nous faire adhérer à ce qu’il se passe. Reste les comédiens, qui font ce qu’ils peuvent, et qui sont plutôt pas mal dans cet exercice de style périlleux. Mais c’est tout.
1/6

Bon bah voila

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 27 Mar 2013 - 23:52


The Chaser (Na Hong-Jin - 2009)

Un serial killer s'en prend à des prostituées. Un mac, ex-policier, va essayer de retrouver "ses" filles. Un polar surprenant, en particulier parce qu'il nous prend à revers dès le début en faisant se faire capturer l'assassin dès la premier demi-heure. Mais pour autant, Na Hong-Jin va progressivement distiller son ambiance resserrée, tendue, glauque, sombre, le tout porté par deux excellents acteurs principaux. De l'excellent polar, très prenant et désespéré.
5/6


Blueberry, l'expérience secrète (Jan Kounen - 2004)

Inspiré de l'excellent diptyque La Mine de l'Allemand perdu / Le Spectre aux balles d'or, cette version cinéma de Blueberry tient finalement plus de l'expérience mystique que du western poisseux du tandem Charlier / Giraud-Moebius. Il en résulte un film un peu hybride, traversé par quelques belles fulgurances de Jan Kounen (et on peut, avec des acteurs comme Michael Madsen ou Ernest Borgnine) mais qui retombe trop souvent à plat, en particulier à cause d'un rythme lent mais pas pour autant hypnotique, mis à part la stupéfiante séance chamanique, un trip osé et plutôt réussi, qui semble ouvrir la voie à des œuvres comme The Fountain ou Enter the Void. Inégal, mais pas inintéressant.
3,5/6


Flight (Robert Zemeckis - 2013)

Un pilote de ligne arrive tant bien que mal à faire atterrir un avion défectueux. D'abord acclamé en héros, il va peu à peu devoir rendre des comptes, en particulier sur son état pendant le vol... Après une séquence d'ouverture immersive à souhait, Zemeckis va décomposer son récit en deux parties, l'une sur l'alcoolisme, l'autre sur le procès que l'on suit en filigrane. L'ensemble n'est bien sûr destiné qu'à apporter une étude sur l'homme et ses démons. Denzel Washington y est vraiment excellent, et le film suffisamment rythmé et intelligent pour qu'on y accroche. Pas un grand film, mais un très bon film très bien emballé.
5/6


Fitzcarraldo (Werner Herzog - 1982)

Au Pérou, un vendeur de pains de glace fou d'opéra décide d'en construire un en plein milieu de l'Amazonie. Pour cela, il doit d'abord faire fortune dans le caoutchouc, quitte à acheter des terres très hostiles et à faire traverser une colline à son bateau. La folie et la démesure de l'homme, des thèmes chers à Herzog qui exploite à merveille le talent de Klaus Kinski dans ce périple halluciné et contemplatif. Un poil trop par moments, surtout quand on a parfois l'impression de regarder une redite de l'excellentissime Aguirre, la colère des Dieux. Mais je chipote, tant ce grand film respire la démesure.
5,5/6


L'Affaire Thomas Crown (John McTiernan - 1999)

Jeu du chat et de la souris entre un riche homme d'affaire, cambrioleur à ses heures, et une femme flic bien décidée à le mettre sous les verrous. Un petit remake sans prétention de la part de McTiernan, au ton léger et au charme immédiat, qui manque néanmoins de fulgurances pour qu'on y porte de l'intérêt. On se laisse donc tranquillement porter par ce film plutôt bien fait, mais dont au final il ne reste pas grand chose.
3,5/6


L'Année dernière à Marienbad (Alain Resnais - 1961)

Dans un grand hôtel de luxe, un homme tente de convaincre une femme qu'ils ont eu une liaison l'année précédente à Marienbad. Un remarquable exercice de style qui nous désarçonne au début, puisque Resnais joue des images et des souvenirs, mais une fois qu'on s'est accroché aux wagons on est happé par ce rêve éveillé, ce film éthéré qui semble flotter et se refléter dans notre esprit... jusqu'à la conclusion, ultime révélation qu'on ne voyait pas venir. Un film néanmoins trop intellectuel, mais en tout cas très maîtrisé et d'une rare mélancolie.
5,5/6


Möbius (Eric Rochant - 2013)

Méli-mélo de services secrets, d'agents doubles voir triples, le scénario complexe de Möbius n'est qu'un prétexte pour analyser la relation entre un homme et une femme, chacun ignorant le jeu de l'autre. Et ce côté passionnel et douloureux est franchement bien rendu, en plus avec des comédiens de la trempe de Jean Dujardin et Cécile de France. Plutôt bien filmé, le film est ponctué de beaux moments de suspens arrivant à nous tenir (à peu près) en alerte. Mais c'est tout, il manque un scénario nous prenant vraiment aux tripes, des enjeux importants, un petit je-ne -sais-quoi qui ferait de Möbius autre chose qu'un film d'amour et d'espionnage plutôt bien torché.
4/6


Happiness Therapy (David O. Russell - 2013)

Suite à rupture, un homme (Bradley Cooper, plutôt bon) fait une dépression et est diagnostiqué bipolaire. De retour chez ses parents, il essaye tant bien que mal d'oublier son ancienne femme mais rien n'y fait, jusqu'à sa rencontre avec une jeune fille (Jennifer Lawrence, excellente même si l'oscar du meilleur second rôle n'est pas forcément justifié) au moins aussi timbré que lui. Entre film indé et rom-com, un petit film plutôt sympathique qui part d'un postulat pas franchement courant (la dépression) et arrive à nous communiquer sa bonne humeur, malgré une fin absolument ratée, digne des pires comédies romantiques pour ado. Convenu, mais attrayant.
3,5/6


Wadjda (Haifaa al-Mansour - 2013)

Contant l'histoire d'une fille en Arabie Saoudite voulant à tout prix s'offrir un vélo (mais les vélo, c'est pas pour les filles), ce film ne mérite pas d'être connu uniquement parce qu'il s'agit du premier long métrage officiel produit par l'Arabie Saoudite, mais bien par les qualités qu'il recèle. Sous le couvert d'une banale histoire plutôt bien ficelée et avec son lot de rebondissements, la réalisatrice nous montre la société saoudienne telle qu'elle est et ses travers, notamment envers les femmes, tout en subtilité et sans rien oublier. Ajoutez à cela un personnage principal tête brûlée très bien caractérisé et joué par une actrice de talent (Waad Mohammed) et un montage très juste, et ce petit film léger en apparence se révèle au final très profond. Et distrayant.
4,5/6


Il était une fois dans l'Ouest (Sergio Leone - 1968)

Vengeances et combats dans l'Ouest. J'en avais de vagues souvenirs, et je m'attendais un peu à mieux... Non pas que j'ai été déçu, mais je ne pensais pas trouver de défaut à ce film reconnu comme chef d'œuvre du 7ème art : le scénario n'est pas toujours clair, certaines scènes traînent beaucoup trop en longueur, et puis la musique (excellentissime au demeurant) n'est pas toujours utilisée à bon escient. Bon ça c'était pour les quelques remarques négatives, le reste est franchement excellent, en particulier les acteurs (dont un Henry Fonda excellent à contre-emploi), la musique et certaines scènes qui tiennent de la perfection du début à la fin. Mais je préfère quand même Le Bon, la Brute et le Truand.
5,5/6


La Malédiction (Richard Donner - 1976)

Sur le thème classique de l'enfant-démon annonçant l'Apocalypse, Richard Donner nous torche un petit film de fantastique-épouvante plutôt bien fichu, avec quelques moments forts et de bons acteurs. Malheureusement, le film est sorti après Rosemary's Baby et L'Exorciste, alors ça craint un peu.
3,5/6


A la Merveille (Terrence Malick - 2013)

Amour et désamour entre une fille et un type. Et puis une gamine dans tout ça, et puis aussi une autre fille qui vient aguicher le type. Je commençais déjà à me méfier lors de l'excellent Tree of Life, mais c'est un fait : Malick tourne en rond. Alors certes le côté contemplatif, aérien, élégiaque de l'ensemble est joli, certes les 2h du métrage passent très bien (le montage est en ce sens assez remarquable), mais voir tout du long de zoulies images de paysage, de ciel bleu, de coucher de soleil, à base de cadrages auteurisants et le tout sur une voix off faussement spirituelle et complètement naïve (la phrase de la soirée : "l'amour nous aime"), à force on se lasse un peu. Mais bon, malgré ça, je n'ai pas passé un mauvais moment, je me suis même parfois laisser emporter. Mais je crains pour le prochain Malick.
2,5/6


Le Criminel (Orson Welles - 1946)

Film de commande exécuté par Welles où un ancien criminel nazi qui a changé d'identité et repris une vie normale dans une petite ville des Etats-Unis va se faire pister par la police. Un polar sombre (John Huston est intervenu sur le scénario, en même temps), porté par les excellents acteurs Orson Welles et Edward G. Robinson et qui, même si Welles s'est vraiment assagit à la caméra, réserve son lot de moments fort et est doté d'une solide réalisation. Du grand cinéma.
5,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Jeu 11 Avr 2013 - 22:17

Quelques films vus à l'excellent festival Hallucinations collectives à Lyon :


Rock n Roll Overdose (Todd Phillips - 1994)

Premier film de Todd Phillips (Very Bad Trip), un documentaire où il suit pendant deux ans la vie de l'"icône" trash du punk underground GG Allin, roi de la provocation et du mauvais goût. Un documentaire plutôt intéressant, forcément choquant (ou gerbant) et qui profite de sa structure académique pour ne rien oublier : les origines, les collègues, les fans, et bien sûr le personnage et ses nombreux coup d'éclats. Dommage que le documentaire ne dure qu'une heure et qu'au final aucune partie n'ait été réellement approfondie.
3,5/6


The Land of Hope (Sono Sion - 2013)

Fukushima étant passé et digéré, une nouvelle catastrophe va survenir au Japon, et on va suivre le destin de deux familles voisines, qui seront séparées par une simple banderole de sécurité. Certains vont devoir partir, d'autres se forceront à rester. Un Sono Sion (très) assagi, bien loin de ses fulgurances passées à la Guilty of Romance ou à la Suicide Club. Du coup, malgré le professionnalisme de l'ensemble (la réal, la photo, les acteurs)et quelques scènes mémorables, on s'ennuie. Beaucoup.
2,5/6


Henry, Portrait d'un serial killer (John McNaughton - 1986)

L'histoire de deux marginaux qui vont décider, comme ça parce que c'est fun, de voler et d'assassiner des personnes... Inspiré d'une histoire vraie, le réalisateur nous immerge complètement dans la vie de ces deux laissés-pour-compte avec sa réalisation typée documentaire, et nous pond un film captivant et assez glauque, au scénario intelligent malgré sa simplicité, et servi par un excellent Michael Rooker.
4,5/6


La compagnie des loups (Neil Jordan - 1984)

Je ne savais pas du tout quoi en attendre, et j'ai été très agréablement surpris par cet excellent film fantastique de Neil Jordan, qui 10 ans avant Entretien avec un vampire nous montre qu'il savait déjà y faire avec les légendes et le bestiaire fantastique. Le scénario est trop complexe et sujet à discussion pour le résumer ici, mais en tout cas ce mélange de contes, d'aventure et de fantastique avec en plus une belle lecture du mythe du loup-garou et une richesse thématique impressionnante (sur le passage à l'âge adulte, sur les anciennes valeurs matriarcales, sur le rêve et le réel...) surprend par sa beauté, son onirisme, son ambiance mystique et éthérée... C'est merveilleusement mis en image, les effets spéciaux sont impressionnants, les acteurs plutôt bons, certains plans et passages sont juste magiques... En (petits) défauts, on est parfois perdus par moments (mais est-ce un défaut ?) et puis certains passages flottent un peu. Mais en tout cas une excellente surprise.
5,5/6


Berberian Sound Studio (Peter Strickland - 2013)

Dans les années 70, un ingénieur du son anglais débarque dans un studio italien pour y effectuer le mixage sonore d'une péloche horrifique... Un exercice de style assez remarquable, où l'ambiance du film en question plane tout le long du métrage rien qu'avec sa bande-son... On se met ainsi à imaginer ce que serait le film en regardant et écoutant les méthodes réalisées pour créer ces bruitages. En plus de ce rapport au son très intéressant doublé d'un bel hommage aux bisseries italiennes des années 70-80, le film fait planer un vrai aura de mystère dans le fameux studio, rehaussé par une plastique et une photographie rappelant justement les plus belles heures du giallo. Et puis l'ensemble est porté par un Toby Jones magistral. Dommage juste que finalement on ne s'écarte jamais du côté exercice de style, aussi réussi soit-il.
4,5/6


Dellamorte Dellamore (Michele Soavi - 1994)

J'ai revu à mon plus grand plaisir Dellamorte Dellamore, et au cinéma cette fois ! Inspiré d'un roman inspiré des fumettis Dylan Dog eux-mêmes inspirés des comics Hellblazer (John Constantine), les tribulations d'un croque-mort qui voit les morts de son village revenir progressivement à la vie, et qui va tomber amoureux d'une jeune fille qui décédera peu après. L'ambiance fantastico-onirico-horrifique est parfaitement bien rendu, et le film joue de tous les genres à la fois, toujours avec ce côté macabre et décalé extrêmement plaisant. Et puis suivre ce personnage de Dellamorte, solitaire, nonchalant et cynique et un plaisir de chaque instant, surtout avec le jeu de Rupert Everett. Ajoutez à cela des effets spéciaux impressionnants et une réalisation inventive et parfaitement dosé, et on est pas loin d'un film parfait s'il n'y avait pas ce coup de mou à la fin du deuxième tiers.
5,5/6


Le Convoi de la Peur (William Friedkin - 1977)

Plusieurs personnes, qui ont pour diverses raison non avouables finies dans un bled paumé du fin fond de l'Amérique du Sud, vont devoir travailler ensemble pour traverser la jungle avec des camions bourrés d'explosifs afin de mettre fin à un incendie dans une raffinerie. Du Friedkin pur jus : des personnages amoraux, un lieu qui respire la misère, et puis surtout une épopée dangereuse, en plein dans la brousse. Un film d'aventure parfait en tout point de vue, que ce soit pour le scénario multipliant les rebondissements que pour la réalisation et le montage (la reconstitution, le spectaculaire), et ces acteurs tous différents et complémentaires (l'excellent Roy Scheider en tête). C'est pour ce genre de films que j'aime le cinéma.
6/6


Save the Green Planet (Jeong Jun-Hwan - 2003)

J'avoue que je n'attendais pas grand chose de ce film coréen où un personnage siphonné du bulbe va capturer un PDG d'entreprise dans le but de lui faire avouer qu'il est un extra-terrestre, et ce afin d'endiguer une fin du monde prévue pour la prochaine éclipse de lune. Mais voila, le scénario nous tient rapidement en haleine grâce à un scénario et à une réalisation intelligente, inventive et surtout multipliant les genres et les émotions : on passe ainsi du fantastique à l'horreur, de la comédie au film de serial-killer, de l'action à l'émotion, du rire aux larmes, le tout avec une évidence qui frôle la perfection. Ce film est de tous les styles et de tous les genres à la fois, avec un scénario à la fois cohérent et complètement barré, et tout se tient. Un remarquable exercice, barré et logique à la fois, d'où on ne réchappe qu'après 2h d'ascenseur émotionnel qui passent à une vitesse folle. Bon bah on va se procurer tout de suite le premier film du réal (Save the Green Planet s'est planté en Corée et depuis il n'a pas retourné... donnez lui une caméra !!).
6/6


Assassin(s) (Mathieu Kassovitz - 1996)

Un jeune paumé, dans un quartier de banlieue très modeste, va se lier d'amitié et se voir initier par un vieillard dont la profession est assassin. Très fans de La Haine, Les Rivières Pourpres et L'Ordre et la Morale, j'attendais beaucoup de ce film dont le pitch simple, connaissant Kassovitz, m'attirait particulièrement. Au final, malgré un film coup de poing qui préfigure déjà les futurs films de Jan Kounen, Gaspar Noé et tous ces talents d'un cinéma français à la marge et qui a vraiment des choses à dire, j'ai trouvé l'ensemble beaucoup trop long. Le propos sur la société obnubilé par les médias et ne voyant pas plus loin que leur écran de télé est pertinent, mais là aussi trop explicite. Malgré ça les acteurs sont plutôt bons, la réal intelligente et quelques scènes chocs restent en tête. Mais ça aurait pu être bien mieux...
4,5/6

Les films du festival du documentaire de notre ciné-club :


Sugar Man (Malik Bendjelloul – 2012)

Documentaire sur un artiste talentueux, Sixto Rodriguez, qui a enregistré deux disques au début des années 70 aux Etats-Unis, sans succès. Mais les albums ont fait un carton en Afrique du Sud et ont même servi de symbole aux personnes luttant contre l’apartheid. Seulement, à cause de la censure, personne ne savait en Afrique du Sud que Sixto était inconnu ailleurs, et lui ignorait qu’il était connu là-bas. Le documentaire va ainsi revenir sur le parcours hors du commun de cet homme qui sera retrouvé dans les années 90 et qui jouera des concerts mémorables en Afrique du Sud. Un film intriguant, prenant, bouleversant, sur un homme profond et humble qui a eu un destin hors normes, sur le contexte de l’époque (autant dans la musique que sur l’apartheid) mais également sur toute l’enquête ayant permis de le retrouver. Bien monté et réalisé, le documentaire sait en plus se renouveler avec brio dans ses effets narratifs, tout en nous faisant découvrir la musique de Sixto Rodriguez. Et c’est de la putain de bonne musique. Excellent.
6/6


La Grotte des Rêves perdus (Werner Herzog - 2011)

Découverte en 1994, Herzog nous entraîne dans la grotte Chauvet, interdite d'accès et dont les peintures murales remontent à plus de 30 000 ans avant notre ère (en fait, il y autant de différence entre Chauvet et Lascaux qu'entre Lascaux et maintenant). Le sujet est impressionnant et Herzog arrive à tirer partie des lieux exiguës, en particulier grâce à un tournage en 3D qui rend l'ensemble plutôt immersif (sauf quand il film trop caméra à l'épaule et que ça donne mal au crâne). Mis à part ça, un rencontre avec nos très lointains ancêtres en plus d'une étude sur l'art et ses origines, assez sympathique bien que plutôt convenu pour du Herzog.
4/6


Des Abeilles et des Hommes (Markus Imhoof - 2013)

Un documentaire nous expliquant l'importance des abeilles et les causes et conséquences de leur diminution drastique... Malgré un début qui a du mal à trouver de la cohérence et un fil directeur concret, à partir d'un moment tout devient plus clair, plus structuré et on voit où le réalisateur veut en venir. Un documentaire plutôt bien fichu et au message loin d'être didactique ou écolo-chiant, qui arrive à bien faire le tour de son sujet. Au niveau de la réalisation, on est plutôt dans le documentaire convenu même si quelques très belles images d'abeilles garnissent l'ensemble (certains zooms sont franchement splendides). Sympathique mais alarmant.
3,5/6


Hiver nomade (Manuel von Stürler - 2013)

On suit deux bergers s'occupant de près de 800 moutons pendant la transhumance, en Suisse... Un documentaire qui fait très "fiction" puisqu'il n'y pas de voix off, on se contente de suivre le troupeau. Un bel hymne à la ruralité, à la nature, plutôt bien filmé et où on ne s'ennuie pas pendant l'heure 30. Après, malgré le savoir-faire, ça reste (forcément) convenu.
4/6

D'autres films vus au ciné :


Jack le Chasseur de Géants (Bryan Singer - 2013)

Un légende raconte que les géants ont été bannis de la Terre et restent plusieurs pieds au-dessus, et qu’on y accède qu’avec des haricots magiques… Il se trouve que par un coup du hasard, ceux-ci risquent de redébarquer sur Terre. .. Un film d’héroic-fantasy tout ce qu’il y a de plus convenu, dont le début est d’une lenteur et d’un convenu assez douloureux. Le film se rattrape sur les 40 dernières minutes, très bonnes, mais dans l’ensemble Bryan Singer semble se foutre un peu de ce qu’il filme (et puis ces deux acteurs principaux totalement transparents… heureusement qu’il y a Ewan McGregor !). Bof.
3/6


Le Monde fantastique d'Oz (Sam Raimi - 2013)

Après une première partie tout bonnement excellentissime (le générique de début, la partie old-school sur Terre puis la découverte du monde d’Oz par un magicien véreux), le film chute pendant tout son milieu (soit une bonne heure quand même) attendu et mou, jusqu’à la fin assez sympathique. Malgré une bonne réalisation (Sam Raimi n’est pas un manchot et certaines trouvailles visuelles valent le coup d’œil, grâce en plus à une très bonne 3D), un univers bien développé (les fx sont magnifiques) et une bonne équipe de comédiens, le film reste malgré tout une petite déception : le début nous donne tellement envie qu’au final on reste déçu.
4/6


Cloud Atlas (Lana Wachowski, Andy Wachowski et Tom Tykwer - 2013)

Plein d’histoires à plein d’époques qui nous apprennent plein de chose sur la condition humaine, sur le sens de la vie, sur les choix et ses conséquences, sur l’histoire du monde et le sens des choses, etc etc. Des histoires traitées toutes différemment, ayant chacun un lien plus ou moins ténu entre elles. Une fresque humaine de 2h45 tantôt grandiose, tantôt intimiste, au scénario dense et jouées par des acteurs de talents… Ce qui surprend surtout c’est la qualité du montage, avec à chaque fois des transitions remarquables entre chaque époque. Les auteurs jouent sur l’intelligence du spectateur, et arrivent à rendre une œuvre aussi complexe très compréhensible, malgré ses ramifications infinies. Du très grand art, auquel je lui reproche juste un manque de moments forts ou de fulgurances (on est un peu toujours sur le même rythme). Dommage, mais un grand film à voir absolument.
5,5/6


No (Pablo Larrain - 2013)

1988 au Chili. Suite aux pressions internationales, le dictateur Pinochet se voit contraint d'organiser un référendum pour le maintenir ou non au pouvoir. Les opposants vont recruter un publicitaire afin d'organiser une campagne festive basée sur le "No". Si on enlève l'image "vieillie" faite exprès (avec donc du gros grain, un format 1:66 et parfois du flou) même si elle nous met vraiment dans l'ambiance (on a souvent du mal à faire la différence entre images d'archive et film), on a au final un film au scénario prenant et astucieux, avec une belle brochette de personnages intéressants (et puis Gael Garcia Bernal est toujours aussi bon) et une réalisation plutôt efficace. Un morceau d'histoire tourné de manière ludique et divertissante, plutôt sympathique donc.
4,5/6

Puis un DVD :


Winnie l'Ourson (Stephen J. Anderson et Don Hall - 2011)

(oui je sais, mais il faut que j'écluse ma pile de DVD à regarder... celui-ci n'est pas à moi, vous vous en doutez, mais il fait quand même partie de cette fameuse pile :p)

L'âne Bourriquet a perdu sa queue. Ses amis vont l'aider à lui retrouver, tout en se focalisant sur une probable créature qui serait à l'origine de bien des malheurs dans la forêt des rêves bleues. Le message sur la différence et sur la peur de l'autre est plutôt intéressant, et le traitement l'est encore plus avec cette mise en abîme qui voit notre troupe se perdre dans les pages du livre originel d'A.A. Milne et dont les lettres vont servir de ressorts comiques à bien des situations. Un film où, en fin de compte, il ne se passe pas grand chose, mais suffisamment bien rythmé et drôle pour que ça soit attrayant pour les tout tout petits.
4/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 24 Avr 2013 - 22:23

Beaucoup de ciné et donc pas le temps d'écluser ma pile de DVD... :


Dans la Brume (Serge Loznitsa – 2013)

Seconde Guerre Mondiale. Deux résistants russes emmènent un homme qu’ils soupçonnent d’être collabo dans la forêt pour l’exécuter. Un film au scénario assez intéressant et profond (sur les choix moraux, entre autres), avec d’excellents acteurs et certains plans franchement beaux (dont un plan-séquence d’introduction vraiment superbe). Mais voila, on dirait que le réalisateur à voulu se la jouer « cinéma russe » en parodiant ce qui a jadis fait la caractéristique de ce cinéma : photo sépia, rythme lent voir ultra-lent… Très sérieusement, on aurait pu diviser par deux la longueur de chaque scène sans que cela change la moindre chose. Et je pense qu’on aurait même pu y gagner en intensité.
3/6


Cendrillon (Clyde Geronimi, Wilfred Jackson et Hamilton Luske – 1950)

Revu au cinéma, et si on passe le début posant la situation un peu mou, l’ensemble est toujours aussi plaisant même pour un « film de princesse Disney qui nous apprend plein de valeurs récessives ». C’est beau, drôle, bien rythmé et avec pas mal de suspense, et plutôt bien animé.
5/6


Les Croods (Chris Sanders et Kirk DeMicco – 2013)

Une famille de Cro-Magnon qui passait son temps à essayer de survivre va faire la connaissance d’un de leur semblable qui va les emmener à découvrir le monde. Et il faut faire vite, car les plaques tectoniques se mettent en branle… Un film d’animation plutôt très bien fichu, aux personnages tous intéressants, souvent drôle, plein d’action et de rebondissements, et puis surtout très bien réalisé et filmé, avec plein de partis pris intéressants, une 3D bien pensée et immersive, et puis une animation de toute beauté. Dreamworks commence vraiment à devenir le Pixar d’il y a 5 ans.
5/6


Oblivion (Joseph Kosinski – 2013)

Tom Cruise s’occupe de réparer des drones sur une Terre post-apocalyptique et désertique après une guerre contre des « Scavs », afin de protéger d’immenses engins pompant l’eau de la Terre pour que les terriens puissent avoir de l’énergie pour s’installer sur la lune de Titan… Mais bien sûr, il va s’apercevoir que tout n’est pas comme il pensait… Tom Cruise, film de science-fiction à gros budget, Joseph Kosinski (Tron : l’héritage), je m’attendais au pire à un divertissement plutôt honnête, et ben même pas. Le scénario est assez astucieux mais quand même attendu et plutôt lourdingue, les scènes d’action sont très mal fichues, et puis surtout les cgi sont vraiment pas top… Voire carrément craignos pour les drones qui semblent vraiment en carton-pâte… Rajoutez à cela une fin carrément irréaliste et faignante, et le film n’est sauvé que par un univers assez joli, une bonne bo et quelques scènes au mieux sympathique.
2/6


Blanche-Neige et les Sept Nains (David Hand – 1937)

Revu au cinéma (aussi… et pas le même cinéma !), et toujours aussi bon. Pas forcément pour son scénario plutôt simpliste, mais surtout pour la grande qualité de l’animation, des décors, des chansons, et puis pour la prouesse technologique d’alors et l’avancée effectuée sur le plan du cinéma. Chef d’œuvre, encore.
6/6


The Place beyond the Pines (Derek Cianfrance – 2013)

Un polar découpé en trois parties : on suit le parcours d’un gangster amateur jusqu’à ce qu’il se fasse chopper, puis le flic qui l’a eu et qui se retrouve embarqué dans une affaire de corruption avec ses collègues, puis la progéniture de ceux-ci. Même si la deuxième partie est un peu molle et tourne en rond, le reste est pas mal du tout : nerveux, désespéré, avec en plus une thématique vraiment très bien poussée sur la filiation. C’est plutôt bien mis en scène, les acteurs sont bons et le scénario bien fichu. Pas un sommet, mais un bon polar intelligent et qui sort du lot.
4/6


Promised Land (Gus Van Sant – 2013)

Deux “commerciaux” vont être dépêchés dans un pauvre village d’agriculteurs au fin fond des Etats-Unis afin d’y louer les terrains des habitants pour y extraire du gaz de schiste... Un film au propos intéressant et loin d’être manichéen et qui tient surtout justement grâce à ce scénario intelligent et prenant et un excellent duo d’acteur (Matt Damon et Frances McDormand). Par contre on sent le film de commande pour Gus Van Sant qui n’y imprime pas forcément sa patte malgré là encore une réalisation tout ce qu’il y a de plus sobre mais maîtrisée. Sympathique.
4/6


Les Gamins (Anthony Marciano – 2013)

Un jeune commençant sa vie avec sa copine et ayant du mal à s’engager va partir en vadrouille avec son beau-père, devenu dépressif après une vingtaine d’années de mariage... Si le tandem Boublil – Chabat fonctionne très bien (ce dernier étant en forme olympique) et que les gags sont de haute volée, avec en plus plein de personnages secondaires intéressants, le scénario typique comédie romantique archi-convenue et pleine de bons sentiments rend l’ensemble finalement vite lourdingue et surtout sans surprise, c’est dommage.
3/6


The Grandmaster (Wong Kar Wai – 2013)

La confrontation de plusieurs écoles de kung-fu en Chine, des années 30 aux années 50, avec comme témoin le légendaire Ip Man (et donc le film est en partie historique). Comme souvent (toujours ?) avec Wong Kar Wai, l’ensemble est plastiquement superbe, c’est bourré de ralenti à ras-la-gueule et de séquence lyrique du plus bel effet. On pourrait s’attendre à être lassé par cette façon de réaliser si particulière mais l’ensemble fonctionne toujours très bien. Mis à part ce gros point fort au niveau de la photo et du montage, la façon très « asiatique » de raconter l’histoire est vraiment très intéressante, tout en retenue et donc – logiquement – en suivant l’esprit du kung fu. Les codes d’honneurs font partie intégrante de la vie de ces personnages, et les accompagneront jusqu’au final d’une grande intensité (et pourtant sans combats ou quoi que ce soit, n’en déplaise aux nombreuses personnes parties du cinéma pendant les 15 dernières minutes), mélancolique au possible. A part ça, les combats sont vraiment remarquables (la chorégraphie, la photo, le son), la musique envoûtante et les acteurs très bons. On regrette juste une certaine opacité dans le scénario, parfois pas toujours très clair. Mais globalement je n’en attendais pas grand-chose, et j’ai été très agréablement surpris.
5,5/6


Les Amants passagers (Pedro Almodovar – 2013)

Suite à un problème technique, un avion doit tourner en rond en Espagne avant de tenter un atterrissage d’urgence. Le personnel aérien essaye alors tant bien que mal de dérider les voyageurs... Après une succession de drames plus ou moins réussis, Almodovar revient à ses amours premières, à savoir la comédie débridée. Et se crashe monumentalement. Même sous couvert d’une métaphore de l’Espagne d’aujourd’hui, l’ensemble ne repose finalement que sur du vide : il ne se passe strictement rien pendant 1h30, l’humour soi-disant décomplexée peine à nous faire esquisser un sourire et est au final bien prude, le scénario est inintéressant et les scènes souvent inutiles, la réalisation est d’une platitude aberrante, le montage également (la gestion du temps est sacrément hasardeuse), les acteurs en font des tonnes, bref vraiment pas grand-chose à sauver pour le coup (à part peut-être la scène musicale, et encore...). Je ne met pas 0 parce que je réserve cette note pour les films exécrables (alors que là quand même, la démarche d’Almodovar est sincère), mais on en est pas loin.
0,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Jeu 25 Avr 2013 - 23:10

c à la mode les film chinois qui tourne autour de ip man. moi j'ai vue les 3 films sur la vie de ip man, il était vraiment pas mal. je v donc me pencher sur se the grandmaster

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 31
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mar 7 Mai 2013 - 19:08


Zack et Miri font un porno (Kevin Smith – 2008)

Amis depuis l’enfance et colocataires en sérieuse galère financière, Zack et Miri décident de s’autoproduire dans un porno, afin de devenir riches. Kevin Smith s’attaque ici à la comédie sentimentale américaine, mais malheureusement suit tout les passages obligés du genre plutôt que de les détourner. Reste quand même tout le talent du réalisateur et le film offre donc d’excellents dialogues et de très bons moments, en plus sans se la jouer pudibond, et puis le tandem joué par Elizabeth Banks – Seth Rogen délivre vraiment une belle prestation. Mais bon, ça reste quand même plutôt convenu.
3/6


Iron Man 3 (Shane Black – 2013)

Nouvelles menaces pour Tony Stark… Et je dis bien pour Tony Stark, puisque les moments avec l’armure sont plutôt rares, et on est donc assez vite gavé de l’humour qu’on a déjà vu et revu dans Iron Man 1 et 2 et Avengers. Le scénario, malgré les rebondissements, peine à intéresser, surtout quand on suit Tony Stark enquêter sur une affaire dont on a déjà eu les explications au début du film : il n’y a rien de pire que de voir un personnage chercher à découvrir quelque chose que le spectateur sait déjà. Le seul point positif du scénar serait le traumatisme de Stark suite aux événements Avengers, plutôt bien utilisé ici. A part ça, le rythme est assez mou, en particulier justement parce que peu de scènes d’action viennent nous tenir en haleine, et c’est bien dommage puisque celles-ci sont franchement excellentes, en particulier l’attaque du domaine Stark. Bref, sans être un mauvais film, j’en attendais quand même plus et j’ai été plutôt déçu, malgré un casting franchement excellent (rajouter Ben Kingsley et Guy Pearce au casting déjà bien sympathique, c’est la classe) Ah, et puis ne restez pas après le générique, la scène est juste inutile, inintéressante et ne sert à rien.
3,5/6


Upside Down (Juan Solanas – 2013)

Deux Terres qui s’opposent tournent autour du Soleil : une Terre de riches qui achètent et pompent les ressources des gens « du bas », dont la Terre est sensiblement appauvrie. L’univers très métaphorique du film est franchement intéressant, surtout qu’il est bien développé (entre autre avec des lois de la physique propres à ce monde) et utilisé à bon escient. Le rendu visuel de cet univers très ambitieux ne fonctionne par contre pas toujours : des fois c’est très beau, des fois un peu moins, en particulier à cause d’un grain qui parfois pique les yeux et également un photo au teint sépia pas toujours du meilleur goût. Mais bon globalement l’ensemble graphique est très bien fichu et cohérent, et Juan Solanas arrive à rendre fluide et lisible son scénario avec des séquences pas franchement évidentes à mettre en scène. Mais dommage que tout cela n’ait servi qu’à illustrer une histoire d’amour à la con et dont le déroulement est à peine esquissé : on dirait qu’énormément de scènes manquent à l’appel afin de réellement plonger dans l’histoire de cette femme du haut (Kirsten Dunst, bof) et cet homme du bas (Jim Sturgess, honnête) qui veulent se retrouver coûte que coûte. Du coup, les passages obligés sont assénés parfois avec une telle vitesse qu’on a du mal à rentrer dedans. Un essai à moitié loupé donc, mais un réalisateur à suivre en tout cas.
3,5/6


Jurassic Park 3D (Steven Spielberg – 2013 (Original : 1993))

A l’occasion des 20 ans du film, celui-ci ressort au cinéma en version 3D. Même si je me fiche complètement de l’argument 3D (s’il était sorti sans 3D j’y serai allé quand même), je voulais depuis quelques temps déjà revoir ce film avec un regard neuf. Et je n’ai pas été déçu. Si toutes les scènes d’introduction, d’exposition et de dialogues passent plus ou moins bien parce qu’on les connait tous par cœur, les scènes d’aventure/action sont toujours aussi maîtrisées et donc trépidantes, je me suis même prit à (encore) sursauter lors de certaines scènes... Du grand art, surtout que les cgi n’ont pas trop vieilli (la première apparition du T-Rex sous la pluie est toujours aussi impressionnante). Ajoutez à cela cette fameuse musique, des acteurs plutôt convaincants et un scénario bien ficelé... Bref, du bien beau divertissement qu’il est plaisant de revoir au cinéma.
6/6


L’Ecume des Jours (Michel Gondry – 2013)

Dans un monde fou et décalé, Colin, riche oisif, tombe amoureux et se marie avec Chloé. Mais celle-ci va quelque temps après développer une maladie grave : un nénuphar pousse dans son poumon droit. Bon, il faut vraiment adhérer à l’univers bobo arty fait de bric et de broc de Gondry si l’on veut éviter la nausée dans ce film, tant tout sent le film bricolé « fait exprès » (en ce sens, un peu comme Burton avec son esthétique du gothique marginal, on se demande toujours où s’arrête la spontanéité de l’artiste pour laisser place au froid calculateur). Mais bon après, il faut avouer que tout cela est quand même en général très inventif et plutôt sympathique. La première partie gave quand même assez rapidement, mais c’est ensuite que l’ensemble se veut plus intéressant, quand la maladie vient frapper. Et c’est dans le tragique que Gondry réussit à être percutant, grave, toujours quand même avec son côté léger. Ajoutez à cela (mais c’est dans le bouquin de Vian) quelques charges féroces et absurdes à la fois sur l’administration, l’armée, la religion, et finalement ce dernier Gondry est plutôt bien sympathique. Pour les acteurs, Duris et Chabat se débrouillent, Omar fait du Omar, Audrey Tautou du Amélie Poulain, et c’est étonnement Gad Elmaleh, en retenue, qui s’en sort le mieux.
4,5/6


Bambi (David D. Hand – 1943)

J’ai redécouvert au cinéma ce classique qui ne m’avait auparavant jamais fait grand effet, et j’ai été réellement surpris. Passé le début un peu longuet avec l’apprentissage de la vie, le reste est vraiment excellent, avec plein de passages complètement différents mais chaque fois magnifiquement réalisés (la mort de la mère de Bambi, le combat contre le prétendant, la découverte de l’amour, la chanson de la pluie, la scène finale avec l’incendie...) et extrêmement novateurs. C’est prenant, divertissant, drôle, c’est très bien animé, la musique est excellente... Vraiment une grande œuvre (et je n’en avais pourtant pas un très bon souvenir).
6/6


Evil Dead (Fede Alvarez – 2013)

Il y a des ados, reclus dans une cabane dans les bois, puis y a un démon. Bon au moins cette fois c'est pas pour faire la fête comme dans tous les films du même genre mais pour arriver à faire décrocher une de leurs amies de la drogue. Et le film est pas trop mal. Pour un film d'horreur lambda, ça se tient. C'est assez prenant et très (très) gore, avec un final à contre courant et vraiment jouissif. Pour du Evil Dead, ça reprend bien l'essence de la saga tout en arrivant à proposer quelque chose de nouveau. Bon par contre il n'y a pas tout le côté délirant des Evil Dead 2 et 3, c'est bien un remake du 1er, donc faut juste s'attendre à un survival bien dur. Qualitativement c'est plutôt bien shooté, la photo est belle. Les acteurs sont moyens par contre, leur psychologie pas assez fine même si elle a le mérite d'essayer d'être élaborée. Faut pas s'attendre à un grand film, mais ça remplit plutôt bien le cahier des charges et c'est fait avec suffisamment de sincérité pour qu'on puisse l'apprécier.
4/6


Mud : Sur les rives du Mississippi (Jeff Nichols – 2013)

Deux enfants vont se lier d’amitié à un homme (Mud) vivant reclus sur une île jouxtant le Mississippi, et l’aider à s’enfuir puisqu’il est pourchassé suite à un meurtre. J’avais loupé le précédent et deuxième film du réalisateur, Take Shalter, qui avait fait un énorme buzz l’année dernière, du coup j’étais bien décidé à ne pas louper celui-ci, encore un polar rural. Et bien j’ai été assez déçu. Le scénario comme l’environnement est intéressant et assez prenant (avec ce fameux passage à l’âge adulte), les acteurs tous bons (en particulier les deux jeunes) et l’ensemble très bien mis en scène, mais le film, outre sa dernière demi-heure parfois haletante, est trop mou pour intéresser. Ca manque grandement de tension, et c’est vraiment dommage.
3/6


Superman IV (Sidney J. Furie – 1987)

Un gamin envoie une lettre à Superman pour lui demander de stopper les guerres dans le Monde, alors le super-héros gominé s’exécute gentiment, devant les medias et tout. Et pendant ce temps-là, Lex Luthor s’échappe et va créer un super-vilain (Nuclear Man) pour tuer Superman. C’est vrai que le buddy movie et l’humour lourdingue était le principal défaut de Superman 3. La dose est moins élevée ici, mais d’autres éléments se rajoutent pour foutre le film en l’air : des effets spéciaux avec 10 années de retard (ceux de Superman 1 sont meilleurs), un scénario ridicule, un méchant qui l’est au moins autant, des combats nullissimes, des incohérences, plein de scènes inutiles... Bref, un bon mauvais film dont « Escale à Nanarland » s’est même targué d’un épisode (http://www.allocine.fr/video/emissions/nanarland/episode/?cmedia=19484586). En points positifs, on ne se fait pas trop chier et il y a parfois un esprit comic-book 70s pas trop désagréable.
1/6


Superman Returns (Bryan Singer – 2006)

Considérant que les 3 et 4èmes films de la saga n’avaient pas existés (mais ont-ils vraiment existés ?), ce Superman Returns prend directement la suite des films de Richard Donner. Comprenant dans le deuxième film qu’il n’était pas le seul kryptonien, Superman part découvrir les restes de sa planète et ne revient que 5 ans plus tard pour reprendre sa vie de Superman et de Clark Kent, dans une Metropolis qui a forcément bien changée. Et Lex Luthor de reprendre ses plans de conquêtes du monde après 5 années de prisons... Malgré d’évidents manques et quelques incohérences (on sent les coupures), Bryan Singer nous pond un film intéressant, qui reprend l’héritage des deux premiers tomes avec respect et sincérité. La photo est magnifique, les effets spéciaux impressionnants, Brandon Routh remplit bien son rôle même s’il fait un peu jeune... On regrette juste que l’ensemble verse dans la nostalgie et le respect du matériel d’origine plutôt que, justement, sur ce qui fait l’essence de Superman : le bigger than life, l’homme d’acier quoi. Et ça, on ne le retrouvera que sur quelques scènes d’actions bien fichues, dont 30 dernières minutes franchement parfaites, avec un final biblique chargé de sens. Un film imparfait, un peu bâtard, mais en tout cas grandement appréciable et réalisé avec talent.
5/6

Bon voila, prêt à attaquer le Man of Steel de Zack Snyder. Maintenant va falloir préparer la sortie du prochain Star Trek, moi qui n’ai vu de l’univers que le passe-partout Star Trek : Premier Contact. :p

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Sam 11 Mai 2013 - 13:06


Star Trek, le film (Robert Wise - 1979)

Après un long moment passé sans le piloter (en gros : les 10 ans qui séparent la fin de la 1ère série Star Trek de ce premier film), l'Amiral Kirk reprend du service sur l'Enterprise, avec sa fidèle équipe, pour enquêter sur une énorme nébuleuse qui se rapproche dangereusement de la Terre. La découverte de l'équipage de Star Trek est assez intrigante puisque même sans connaître les protagonistes, on sent dès le début un lien assez intense, mais très pudique, qui les unit. Le film, malgré son rythme plutôt lent, est impressionnante de profondeur : tout d'abord les différents liens et le passif entre les membres, mais aussi et surtout les trois dernier quart d'heure, où notre équipe va faire la connaissance de cette entité sûrement supérieure. Et là, en plus d'être merveilleusement abouti visuellement, les différentes lectures et les questionnements philosophiques que soulèvent le film sont profonds et infinis. a part ça, les acteurs sont bons, la réalisation sobre et maîtrisée, la musique magnifique, les rebondissements nombreux... C'est sûr, ça n'est pas Star Wars. Mais ça propose une toute autre vision du space opéra, au moins aussi intéressante.
6/6


Star Trek 2 : La Colère de Khan (Nicholas Meyer - 1982)

Isolés sur une planète suite à une altercation tragique avec l'Amiral Kirk, Khan et ses sbires parviennent à prendre en otage des scientifiques, travaillant sur un projet de création de mondes (Genesis). Notre équipage, sans savoir ce qu'il se trame, va leur prêter main forte. Un deuxième épisode qui prend le contre-pied total du précédent, en se basant plus sur le côté tragique et grandiloquent de l'affrontement entre deux hommes, avec tout ce que ça suppose de tactique mais de haine également, que sur l'approche philosophique du premier. Et ça n'en est pas moins réussi (enfin si, mais juste un chouïa), puisque le scénario est prenant et les rebondissements nombreux, en particulier avec un final d'anthologie et sacrément poignant, et de sacrés combats galactiques (les effets spéciaux sont énormes). Mis à part ça, le film n'y perd quand même pas en profondeur, preuve en est cet Amiral Kirk en pleine crise de la cinquantaine, ou encore la relation Kirk / Spock encore plus poussée... Bref, tout bon également.
5,5/6


Star Trek 3 : A la recherche de Spock (Leonard Nimoy - 1984)

Après le final poignant du précédent film, l'équipage sent que tout n'est pas perdu, et s'en va s'enfoncer sur la planète Genesis en désobéissant aux ordres de la Star Fleet. Et pendant ce temps-là, des Klingons dissidents (emmenés par l'excellent Christopher Lloyd, oui Doc de Retour vers le Futur) vont également s'y rendre pour s'emparer du projet. Malgré quelques très belles fulgurances (le sacrifice du fils de Kirk, la destruction de l'Enterprise, les combats spatiaux), Leonard Nimoy (Spock) dont c'est le premier film nous pond un ensemble un peu moins profond que les deux excellents premiers films, un peu moins maîtrisé aussi. Mais il s'en sort quand même avec les honneurs, et fait de ce troisième film le plus abordable pour le moment, et celui au rythme le plus "grand public".
5/6


Star Trek 6 : Terre inconnue (Nicholas Meyer - 1991)

Le capitaine Kirk est envoyé avec sa troupe pour escorter un vaisseau klingon dans le but de signer un accord de paix. Mais tout ne se passe pas comme prévu, et il reste des personnes à qui profite la guerre... Grosse métaphore de la Guerre Froide, Meyer nous offre un récit assez dense, aux thématiques variées et faisant néanmoins la part belle aux rebondissements. Un blockbuster tout ce qu'il y a de plus réussi, en somme. Même si ça ne vaut pas les deux premiers Star Trek, l'ensemble reste de grande qualité et très prenant.
5/6


Star Trek (J.J. Abrams – 2009)

Après près de 20 ans sans voir notre première équipe, ceux-ci reviennent en 2009 dans un film nous racontant la rencontre entre Kirk et Spock. Un blockbuster très bien rythmé, profond, doté de scènes spectaculaires (l'introduction grandiose et poignante, entre autres) et porté par des acteurs qui n'ont pas à avoir honte de leurs prestations face à leurs prédécesseurs. De l'excellent film grand public, divertissant et intelligent, dont le néophyte comme le passionné de Star Trek y trouvera son compte.
5,5/6

Bon voila, maintenant j'ai vu les films "nécessaires" pour découvrir Star Trek Into Darkness comme il se doit. :p Mais bon on a tellement adhéré à l'univers qu'on va quand même se regarder les autres, considérés comme moins bon (Star Trek 4 et 5, Star Trek Générations qui fait le lien entre les deux équipes et les trois films sur Star Trek : La Nouvelle Génération : Premier Contact, Insurrection et Nemesis) ^^

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Piti Ness le Dim 12 Mai 2013 - 9:25

Longue vie et prospérité.

_________________
avatar
Piti Ness
Ganache Suprême
Ganache Suprême

Messages : 897
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30
Localisation : Dans ma Coquille...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  micazeve le Dim 12 Mai 2013 - 11:06


_________________

micazeve
Ganache Suprême
Ganache Suprême

Messages : 564
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 27
Localisation : Clermont-Ferrand

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Dim 12 Mai 2013 - 15:58

"J'ai toujours été et je ne cesserais jamais d'être votre ami."


_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Lun 24 Juin 2013 - 19:33

Bon les nouvelles fonctionnalités de forum-actif sont juste archi-pourries quand il s'agit de faire un simple copié/collé de Word au forum... Ça remet tout en page n'importe comment, ça rajoute des interlignes, des url quand il faut pas... ><

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Mar 25 Juin 2013 - 19:06

tu fait bien de me le dire je commencer justement un tit truc sur les nouvelle console ^^

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 31
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mar 25 Juin 2013 - 20:10

Ben essaye quand même, peut-être que c'est juste moi qui suis pas doué ^^

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mar 25 Juin 2013 - 23:15

On retente une quatrième fois, cette fois sans faire de c/c tout le temps... :

En DVD :


Ivan le Terrible (Sergueï Eisenstein - 1942-1946)


Les deux premiers épisodes de ce qui était censé être une trilogie, sur la vie d'Ivan le Terrible, premier tsar à unifier toutes les provinces de Russies. Dans le premier film, on le voit accéder au pouvoir et essayer de rassembler les seigneuries. Dans le second, il abdique, se voit ramener au pouvoir par la pression populaire et commence à être sans pitié avec ses détracteurs (les "boyards", sortes de seigneurs locaux, et le Clergé) et à les faire exécuter. On comprend que Staline ait adoré le premier, le représentant comme il faut, et fit censurer le second jusqu'en 1958. Mis à part ça, on est clairement dans du très grand cinéma. Certes l'ensemble est parfois long (en même temps, 3h quoi), surtout quand Ivan passe son temps à se plaindre, mais le tragique qui ressort de tout le film est d'une dimension sans pareil, l'ensemble étant quasi-shakespearien, avec en plus ces cadrages plein de sens et surtout ce personnage d'Ivan, iconique et terrifiant, porté par l'excellent acteur qu'est Nikolaï Tcherkassov. La musique de Prokofiev est une petite merveille et reste longtemps en tête, le montage exemplaire. Du très grand cinéma.
6/6

Et mon top Eisenstein (si je croyais faire ça un jour) :
1 - La Grève
2 - Que Viva Mexico !
3 - Le Cuirassé "Potemkine"
4 - Ivan le Terrible
5 - Alexandre Nevski
6 - La Ligne générale
7 - Octobre

(et je me ferais bien les 30 minutes sauvées et reconstituées du Pré de Béjine un jour)


Le Roi Pêcheur (Terry Gilliam – 1991)

Un animateur radio à succès va se retrouver au chômage suite à un tragique événement, et se lier d’amitié à un fou errant dans New York à la recherche du Graal. Même si le côté tragique de certaines scènes rend bien au début, j’ai très vite été lassé du personnage assez horripilant du clochard, joué par un Robin Williams cabotinant au possible. Malgré ça, l’histoire d’amour commençant à partir de la 1ère heure ramène une certaine pêche à l’ensemble, et puis on se prend quand même d’affection pour ce personnage fou mais lucide à la fois, et de ses interactions avec les autres personnages (notamment Jeff Bridges ou Amanda Plummer, impeccables tous les deux). La mise en scène et le côté bricolé et halluciné de la réalisation de Terry Gilliam arrive finalement à rendre cet ensemble plutôt sympathique, même si une demi-heure de moins n’aurait pas été de refus.
3,5/6

Bon sinon on est en train de se refaire les Star Wars. Je n’ai pas revu les films de la prélogie en entier depuis à peu près 10 ans (sauf le III peut-être), j’avoue ne pas en avoir un particulièrement bon souvenir, et surtout je n’ai jamais regardé la saga dans l’ordre chronologique de l’histoire.


Star Wars, épisode I : La Menace fantôme (1999)

Il faut l’avouer, l’histoire peine à avancer et à intéresser avant l’arrivée sur Tatooine et la rencontre du jeune Anakin. Après, notamment grâce à une course de podracers excellente, ça commence à démarrer. Tout n’est pas réussi (notamment ce premier combat Qui-Gon / Darth Maul, mal filmé et qui finit aussi vite qu’il a commencé, la partie politique assez lourde ou encore le personnage de Jar Jar Binks insupportable) mais l’univers, certains passages, et puis surtout les trois derniers quart d’heures sauvent largement l’ensemble. Certains effets spéciaux ont un peu vieillis (notamment les droïdes) mais ça reste très correct, et puis pour l’époque ça claquait carrément. Je n’en avais pas un bon souvenir, mais finalement j’ai été agréablement surpris même si ça ne vaut largement pas la trilogie originelle.
5/6


Star Wars, épisode II : L’Attaque des clones (2002)

Là aussi encore comme le 1er épisode, mais en beaucoup plus long, on commence très (trop ?) doucement (30 minute quand même pour nous dire qu’Amidala est menacée, qu’il faut qu’elle parte sur Naboo et que Obi-Wan doit enquêter sur le mercenaire la pourchassant) et l’ensemble peine à avancer jusqu’au trois derniers quart d’heures franchement savoureux. Après même si le début peine à démarrer on ne s’ennuie quand même pas (on baigne dans l’univers Star Wars, alors forcément on est content et ça passe bien), notamment grâce au character design, aux effets spéciaux magnifiques, à l’univers très poussé, à toutes ces références qui annoncent la trilogie... On regrette juste le jeune Hayden Christensen, en miscast total pour le rôle d’Anakin.
5/6

En film de notre ciné-club :


Derrière la Colline (Emin Alper – 2013)

Turquie. Un père, accompagné de ses deux enfants, va rendre visite à son père et sa famille dans une cabane en plein milieu des montagnes, pendant les vacances. Seulement, des choses étranges s’y passent (arbres détruits, coups de feu...). Ne serait-ce pas la cause de ces nomades, derrière la colline ? Dommage que cet anti-western manque cruellement de tension puisque le film ne manque pas de faire réfléchir, notamment sur la notion de paranoïa, la peur de l’étranger, et puis également sur les rapports sociaux dans cette Turquie rurale. Les acteurs sont très bons, et certaines scènes assez fortes. Mais voila, c’est mou et on s’ennuie. Et c’est vraiment dommage.
3,5/6


Clip (Maja Milos – 2013)

Une adolescente s’ennuie dans une banlieue de Belgrade et passé son temps à sortir, boire et expérimenter le sexe avec son amoureux. Même si le côté jeunesse désemparée et sans repères et plutôt bien fichu, avec en prime une vision trash mais lucide d’une partie de la jeunesse de l’est, et de bons acteurs, le côté répétitif et volontairement choquant du 1er film de Maja Milos entraîne plus l’ennui qu’autre chose.
2/6

Dont notre festival du film hispanique et sud-américain :


La Sirga (William Vega – 2013)

Colombie, de nos jours. Ayant vu sa famille se faire massacrer, la jeune Alicia fuit une guerre dont on ne connaîtra ni les tenants ni les aboutissants. Elle atterrit à La Sirga, une auberge tenue par son oncle Oscar au bord d'un grand lac des Andes, et va essayer de s'y reconstruire. Seulement, le passé va vite la rattraper... Un film quasi-mutique, lent, moite et sale, où il ne se passe pas grand-chose mais où on reste quand même captivé par cette histoire où l’isolement, la tension sexuelle et la guerre qui se trame au loin sont très prégnants. Les images et l’environnement sont très beaux, et certaines scènes recèlent une poésie insoupçonnée. Ca reste quand même du film d’auteur très opaque mais ça mûrit très bien en tête.
4/6


Los Salvajes (Alejandro Fadel - 2013)

5 adolescents s’évadent d’un centre de redressement en Argentine. Ils fuient dans la brousse et rentrent dans une spirale pleine de violence et de drogue, dont tous ne sortiront pas vivants... Même si le côté adolescents livrés à eux-mêmes sans repères est bien traité, tout comme la spirale infernale, le manque de fil directeur et la lenteur de l’ensemble (malgré une réalisation soignée et quelques très beaux passages) rend l’ensemble assez indigeste, surtout qu’il n’y a pas beaucoup de fond derrière tout ça, mis à part quelques références bibliques...
2,5/6


Blancanieves (Pablo Berger – 2013)

Dans les années 20 en Espagne, un célèbre matador se fait mettre à mal par un taureau et devient paraplégique. Le choc déclenche l’accouchement chez sa femme enceinte, qui meurt en couche. Une infirmière ne tarde pas à se marier avec lui pour empocher sa fortune, et délaisse la petite Carmen qui va faire office d’esclave jusqu’à devenir jeune adulte, où elle s’enfuit et tombe sur une troupe de nain donnant des spectacles dans les villes. Une relecture très intéressante du conte de Blanche-Neige, qui reprend totalement l’aspect fantastique et cruel de la fable d’origine, en plus de dresser un tableau en filigrane de l’Espagne pré-franquiste et de nous immerger dans la tauromachie. Le film, muet et en noir et blanc, se veut en plus hommage à ces films anciens et remplit son contrat avec brio en nous proposant un noir et blanc superbe, des compositions d’une grande beauté, une musique prenante et dosée comme il faut. On peut ajouter à cela un montage parfait (pas un temps mort, et il faut le faire pour un film muet), un scénario plein de rebondissements qui nous emmène là où on ne l’attend pas (notamment cette fin amère) et des comédiens excellents. Rien à redire, magnifique.
6/6


Elefante Blanco (Pablo Trapero – 2013)

Le récit de deux prêtres et d’une assistance sociale dans un bidonville en Argentine, entre guerre des gangs, drogue, pauvreté et inactivité de l’Etat... Un drame plutôt bien fichu, réaliste et immersif (doté d’un bon nombre de plan-séquences somptueux), qui aborde bien toutes les facettes de son sujet, avec en plus un regard assez intéressant sur la religion et ce qui anime ces hommes dévoués à la foi. Bon par contre l’ensemble se laisse suivre assez gentiment sans qu’on accroche pleinement tout du long... Un bon film, honnête et très correct, sans réels défauts, mais loin d’être un grand film.
4/6

Et d'autres films vus au ciné :

 
Trance (Danny Boyle – 2013)

Un commissaire-priseur, suite à une vente aux enchères, dérobe un tableau avec la complicité d’autres malfrats. Voulant les doubler, il se prend un sévère coup à la tête et oublie où il a caché la précieuse toile. Sous la pression de ses acolytes, il devra passer par des séances d’hypnothérapie pour arriver à remettre la main dessus. Un thriller labyrinthique et tortueux porté par un trio d’acteur plutôt épatant (James McAvoy, Rosario Dawson, Vincent Cassel) mais finalement assez vain, les multiples rebondissements et fausses fins étant à chaque fois très prévisibles. La mise en scène de Danny Boyle, rapide et tape-à-l’œil à base de musique électro ultra-forte, fatigue très vite, et seules quelques scènes (dont un final franchement mémorable) sauvent l’ensemble. Le film vaut surtout pour le jeu d’attirance/répulsion du trio. Bon, troisième film mineur de Danny Boyle (après 127h et Slumdog Millionnaire), va falloir qu’il se ressaisisse, surtout qu’il veut donner une suite à Trainspotting.
2/6


La Cage dorée (Ruban Alves – 2013)

Une famille d’immigrés portugais, installés en France depuis 30 ans, reçoit un héritage important. La condition pour en bénéficier : habiter au Portugal. Très vite, l’affaire se sait et les locaux comme la famille vont tout faire pour les garder en France. J’avoue que j’avais un peu peur devant le sujet et le genre (comédie populaire), mais beaucoup de personnes m’ont conseillé le film, dont acte. Et puis au final ça n’est pas l’aspect comédie qui ressort (tout au plus le métrage cultive assez souvent la bonne humeur, et quelques scènes d’humour viennent garnir l’ensemble) mais plutôt un ton très mélancolique, et des sujets bien traités et sans clichés comme les racines, l’attachement à son pays, l’immigration, l’intégration. Bien sûr, le final est très feel good movie et la mise en scène plutôt téléfilm, mais l’ensemble est plutôt bien réalisé, sans stéréotypes et avec intelligence. (bon je n'y ai retrouvé aussi que des souvenirs, donc ça aide peut-être à apprécier le film)
4,5/6


Gatsby le Magnifique (Baz Luhrmann – 2013)

New York, années folles. Un jeune playboy richissime et mystérieux va tout faire pour récupérer son ancienne compagne d’il y a cinq ans, mariée et mère de famille, quitte à utiliser le cousin de la belle pour cela. L’époque était rêvée pour du Luhrmann, et, forcément, on en prend plein les mirettes durant ces 2h30 nous contant la fantastique histoire d’un amour tragique. Aucun temps mort durant ce petit bijou merveilleusement mis en scène, doté d’un design splendide et d’une BO du tonnerre. Di Caprio confirme encore une fois son rôle d’illustre remplaçant de De Niro et les autres acteurs (Tobey Maguire, Carey Mulligan). Manque juste (quand même) un brin de folie (vu l’époque, on s’attendait à encore plus) et de réelles fulgurances tragiques. Mais en même temps, Luhrmann y a gagné en profondeur et en justesse de caractère des personnages, alors on pardonne.
5/6


Le Passé (Asghar Farhadi – 2013)

J’avais loupé Une séparation en 2011, film qui avait fait un énorme buzz, du coup j’étais bien décidé à ne pas manquer Le Passé, premier film français de l’Iranien Asghar Farhadi, avec en plus Bérénice Béjo et Tahar Rahim. On y suit un père revenu d’Iran après 4 ans pour signer les papiers de divorce d’avec sa femme, qui a un nouveau compagnon. Bien entendu, ça n’est que le point de départ et le film va également faire intervenir les enfants des uns et des autres, et la femme du nouveau compagnon. Asghar Farhadi place progressivement ses pions, les différents éléments de l’intrigue, puis on va de révélation en révélation et le film prend de plus en plus aux tripes jusqu’au plan final qui achève bien comme il faut. Les personnages sont profonds et l’ensemble est précis, clinique, beaucoup plus que ne voudrait le faire croire sa mise en scène qui semble parfois « sur le vif », tout en arrivant à provoquer beaucoup d’émotions. Et puis les comédiens sont formidables. Un drame prenant et poignant.
Un bon 5/6


Only God Forgives (Nicolas Winding Refn – 2013)

Après l’excellentissime Drive, Nicolas Winding Refn veut faire encore plus minimaliste et abstrait pour son suivant, où il retrouve le mutique Ryan Gosling (Julian) pour l’occasion. On se rend ici dans un tripot thaïlandais, où le frère du gérant Julian se fait tuer par un flic et où leur mère castratrice se rend sur place pour régler les choses. Le réalisateur commence un peu à se la péter et rend l’ensemble, déjà très répétitif, franchement lourd. Le côté mystique / hypnotique est séduisant, tout comme la relation très malsaine entre la mère et son fils, mais au final on a quand même beaucoup de vide pour pas grand-chose. C’est du vide bien fait et certaines scènes valent le coup d’œil, d’accord, mais ça reste du vide.
3/6


Star Trek Into Darkness (J.J. Abrams – 2013)

L’équipage du capitaine Kirk est bien installé dans son navire spatial quand surgit une menace terroriste portée par un homme, qui s’en prend à Starfleet dans son ensemble. Mais la grande entreprise pacifique cache peut-être également de lourds secrets ? J.J. Abrams continue son chemin en proposant une approche neuve de Star Trek tout en respectant son immense héritage, en particulier le 2ème film : La Colère de Khan. En ce sens le visionnement de Star Trek 2 est vraiment un pré requis nécessaire pour apprécier entièrement le film puisqu’on y gagne peut-être bien 50% de richesse supplémentaire. Mais même sans ça, l’œuvre déboite de bout en bout : chaque personnage est approfondi et utilisé à bon escient, aucun n’est tout noir ou tout blanc (même les « vilains ») et les relations entre eux progressent (notamment la relation Kirk / Spock), le scénario est extrêmement prenant et riche en rebondissements et en suspens, le côté space opera est merveilleux, le film alterne émotion et humour (mais pas de l’humour lourdingue, hein) avec brio, les effets spéciaux et la photographie sont à tomber, les scènes d’action bien fichues, et puis le fan en aura pour son argent avec plein de références très sympathiques. En plus, la 3D est bien gérée. Bref, un excellent blockbuster de divertissement qui traite le genre avec sérieux et respect, et qui ne se fiche pas de la gueule du spectateur. Ca faisait longtemps.
6/6


Dernière édition par deadpool_az le Mar 25 Juin 2013 - 23:33, édité 1 fois

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mar 25 Juin 2013 - 23:25

En fait il faut juste copier/coller dans la rubrique "insérer du texte sans formatage".

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Mer 26 Juin 2013 - 0:12

je c plus sur quelle chaîne ils étaient (je croit que c t arté) mais ta tout les films star trek (les vieux) qui sont passé y a pas longtemps. malheureusement je m en suis rendu compte trop tard du coup j'ai pas voulu les prendre en cour.... mais je pense que je v me l'est faire d'içi peut.

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 31
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 26 Juin 2013 - 8:37

Ouaip c'était Arte. Ils sont tous facilement trouvables en Bluray rip en torrent, puis tu vas sur un site de sous-titres et hop il y a de quoi faire aussi.

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Sam 29 Juin 2013 - 13:10


The Bling Ring (Sofia Coppola – 2013)

Une bande d’ado, ne jurant que par les stars et la mode, s’introduisent dans des maisons de célébrités et y dérobent des vêtements et objets. On retrouve encore une fois les thématiques chères à la fille Coppola : l’adolescence, la vacuité, le culte de l’image... Dommage juste que l’écrin du film soit aussi toc et bling bling que ce qu’elle entend dénoncer... Et puis les 1h20 du film ne contiennent rien de plus que les thématiques sus-citées, étirées en longueur et sans un poil d’évolution, jusqu’au « procès » et à la charge contre la médiatisation d’une grande lourdeur et surtout sans un poil de subtilité. Les scènes s’insèrent mal entre elles, les acteurs sont moyens, la photo dégueulasse... Mouais.
0/6


World War Z (Marc Forster – 2013)

Une épidémie de zombie (mais des zombies rageux et qui courent !) surgit sur la Terre, et aucun pays ne semble épargné... Le grand Brad Pitt va donc être dépêché pour enquêter sur les sources de l’épidémie et trouver un remède. Je n’en attendais franchement rien (en gros, il me fallait un autre film pour ne pas aller au cinéma que pour un film), et j’ai étais très agréablement surpris. Les scènes d’exposition et/ou intimistes sont dosées comme il faut pour que l’on ne s’ennuie pas, et le reste est mené tambour battant : on passe d’un pays à l’autre sans reprendre son souffle, tant les scènes d’action s’enchaînent et sont sacrément généreuses. Forster abuse un peu de shaky-cam par moment, mais globalement toutes les scènes d’action sont plutôt bien gérées, en partie grâce à une bonne maîtrise du rythme et à une gestion de l’espace rendant chaque situation très stressante. Et puis les mort-vivants rapides et brutaux ajoutent à la sensation d’urgence. On sent aussi que Max Brooks est au scénario puisque le récit est plutôt astucieux et le côté anecdotes sur les zombies, allié à un ensemble géopolitique bien ficelé rend l’univers vraiment très intéressant. Bon du coup il manque juste quelque chose pour en faire un bon film de zomblard : de la tripaille. Et comme il fallait éviter une classification PG-13 synonyme de moins d’entrées, pas de sang et tout ce qui est un peu dégueu se passe hors-champs. Dommage. Mais bon dans l’ensemble, une excellente surprise, un blockbuster honnête, prenant et impressionnant !
5/6


Man of Steel (Zack Snyder - 2013)

Grosse déception. Après une introduction fantastique nous laissant voir une Krypton loin d'être aussi parfaite que l'on pensait (et nous donnant un ennemi d'envergure en la personne du Général Zod, merveilleusement campé par Michael Shannon), Snyder se perd pendant presque 1h30 à tirer en longueur un scénario beaucoup trop simpliste et en voulant faire le lien entre le mythe Superman et l'homme, à grand renfort de flash-backs pas toujours bien dosés. Mais voila, d'une part une bonne partie de l'histoire de Superman est rentré dans l'inconscient collectif, donc pas la peine de surligner les enjeux (notamment la famille Kent et Smallville, que tout le monde connaît depuis la série du même nom), et puis d'autre part le côté "réaliste" du film, même s'il est plutôt pertinent et inédit et permet à Snyder d'évoluer dans sa mise en scène, ne justifie pas une durée aussi longue et autant de temps mort. Puis vient les 40 dernières minutes, où c'est une avalanche d'action auquel on a droit, et là Snyder se révèle vraiment un maître en terme de narration. Les combats dans les airs sont lisible et très prenants, avec en plus d'excellents FX (malgré la 3D qui ne sert à rien, même Snyder le dit mais voila il n'y avait déjà plus de séances 2D :/). A part ça, Henry Cavill est excellent en Superman, le cast dans son ensemble franchement bon, et puis la musique comme la photo valent vraiment le coup d'oeil/d'oreille. Mais dans son ensemble, un film un peu bâtard comme le Superman Returns de Singer. Mais j'ai préféré ce dernier.
4/6

Ben merde, moi qui n'attendait rien de World War Z et qui avait très hâte de découvrir Man of Steel... :/

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 40 sur 42 Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41, 42  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum