Qu'avez-vous vus récemment ?

Page 39 sur 42 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40, 41, 42  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Lun 13 Fév 2012 - 19:38

Et on met quand même presque la même note.

Nan mais en fait toi tu t'attendais à une fin "sympa" parce que j'ai marqué qu'elle l'était, moi je m'attendais à rien du tout quand je l'ai vu... C'est peut-être ça.

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Ven 24 Fév 2012 - 19:11


Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l’Anneau – Version longue (Peter Jackson – 2001)
Le Seigneur des Anneaux : Les Deux tours – Version longue (Peter Jackson – 2002)
Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi – Version longue (Peter Jackson – 2003)

Jamais vu les versions longues auparavant, donc merci à ma chérie pour ce cadeau de Noël. Bon que dire de plus si ce n’est que chaque passage rajouté approfondit l’histoire, les personnages, explique certains flous, comble les manques, assure des transitions plus limpides ? Et puis en plus, c’est pas juste 10 minutes de rajouté, mais presque 2h30 ! (même si je n’ai rien contre les excellentes 10 minutes supplémentaires de la version longue d’Avatar ^^). Donc bref, du grand grand cinéma, je ne m’en laisse pas, la trilogie a bientôt 10 ans mais ça n’a pas vieilli d’un poil, c’est juste grandiose et inoubliable. Merci Peter Jackson. (j’arrive toujours pas à comprendre comment il a pu faire quelque chose comme ça)
6/6 à chaque.



Baisers volés (François Truffaut – 1968)
Domicile conjugal (François Truffaut – 1970)
L’amour en fuite (François Truffaut – 1979)

Comme il y avait une rétrospective Truffaut sur Arte, comme je connaissais pas le réalisateur et comme ses films sont hors de prix en DVD, du coup voilà quoi. Les fameuses aventures du personnage Antoine Doisnel dans ces trois films (même si je n’ai pas vu encore le premier Les 400 Coups ni le moyen-métrage y faisant suite), racontant en gros pour ces trois films : le retour au pays après le service militaire, les petits boulots et la rencontre de l’amour pour le premier, le mariage pour le deuxième et la séparation pour le troisième.

Baisers volés est vraiment réussi de bout en bout, des personnages attachants, des situations drôles, surprenantes, sur le fil du crédible mais ça passe toujours, des acteurs excellents, enfin bref une analyse pertinente des rapports humains, de la vie de l’époque, traité avec légèreté mais professionnalisme.
Domicile conjugal reste dans la même veine sauf qu’il met un peu de temps à démarrer mais la conclusion est vraiment poignante, déchirante, certaines phrases me restent encore en tête, c’est dire.
Et le dernier est aussi très intéressant mais on se perd en flash-back. En même temps, cela retrace toute la vie de Doisnel et de ses rapports avec les femmes.

Quoi qu’il en soit, une bien belle trilogie sur un personnage extrêmement bien caractérisé et son amour des femmes, dont l’ensemble mûrit très bien en tête et puis surtout servit par une réalisation, un amour du cadre qui fait plaisir à voir. Quand on voit tous les pseudo-réalisateurs qui se réclament de la Nouvelle Vague aujourd’hui, ce serait bien qu’ils révisent leurs classiques et qu’ils sachent vraiment de quoi ils parlent.

Baisers Volés : 5,5/6
Domicile Conjugal : 4/6
L’Amour en fuite : 2,5/6


Jules et Jim (François Truffaut – 1962)

Deux amis inséparables rencontrent une fille, qui va se marier avec l’un des deux puis sortir avec l’autre sans que cela n’émousse leur relation. On sent bien ici encore l’amour qu’a Truffaut pour les personnages féminins forts et complexes avec le personnage joué par Jeanne Moreau, forte et fragile à la fois. Mis à part ça, une formidable ode à la liberté, avec une narration surprenante et qui ose les expérimentations, qui devait avoir énormément de sens à l’époque mais qui a forcément beaucoup vieilli. Il n’empêche qu’il y a de sacrés beaux restes, et puis rien que pour la chanson Le Tourbillon de la Vie ça vaut le coup d’œil.
4,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Ven 9 Mar 2012 - 22:39


L’énigme de Kaspar Hauser (Werner Herzog – 1974)

L’histoire vraie d’un homme apparu (trouvé ?) sur la place de Nuremberg et qui n’avait jusqu’alors jamais eu de contact avec l’extérieur, hormis son geôlier qui le nourrissait et qui l’a laissé là, jusqu’à son décès accidentel 5 ans plus tard. Herzog n’émet aucunes théories sur l’histoire (alors que beaucoup d’indices laissent à penser que l’homme était de famille noble) mais épouse au contraire un point de vue très naturaliste, quasiment clinique. L’acteur principal joue très bien et cette histoire singulière et intriguante se révèle très intéressante à suivre. Une bonne surprise.
4,5/6


Go Go Tales (Abel Ferrara – 2012)

La petite histoire d’un cabaret plutôt miteux, où le gérant flambe le peu de bénéfices aux jeux, quitte à ne plus payer ses strip-teaseuses. Un bon gros délire qui ne se prend pas trop au sérieux, porté par d’excellents acteurs (en particulier Willem Dafoe, pour changer) interprétant des rôles bien sentis et une mise en scène inspirée. Sympathique.
4/6


Ghost Rider : L’esprit de vengeance (Mark Neveldine et Brian Taylor – 2012)

Il faut avouer que le premier Ghost Rider était une petite purge, mais il pouvait au moins se regarder comme un bon gros nanar. Le souci est que cette suite, au moins aussi mauvaise, est plus proche du navet. J’y suis pourtant aller plein d’espoir puisqu’il s’agissait des réalisateurs des déglingués Hyper Tension 1 et 2, mais il n’y a rien à faire, une bonne grosse bouse au scénario pauvre, aux enjeux inexistants, et en plus dotée d’un Ghost Rider qui ne fait ressentir ni puissance ni mystère. Reste juste quelques petites séquences animées étonnement inspirées.
0,5/6


Superman II (Richard Lester – 1980)

Comme Spider-Man 2 était la suite idéale du premier, ce Superman 2 est la suite nécessaire du premier. On retrouve des super-vilains et même des associations de super-vilains, on en apprend plus sur les origines du héros et la culture kryptonienne, et puis l’identité secrète comme enjeu ou encore la prise de conscience de la nécessité des pouvoirs, le film est au moins aussi respectueux des comics en général que le premier Superman et arrive à se démarquer du premier en se renouvellant. Dommage que certains gags et des incohérences scénaristiques viennent gâcher la vision du film, du coup le prochain Superman que je regarderait sera le Director’s cut de Donner avant le 3.
5/6


Code inconnu (Michael Haneke – 2000)

Morceaux de vies imbriqués de plusieurs personnes “normales” habitant à Paris, le film se veut une analyse clinique des rapports entre les personnes et des différences tangibles qui nuisent à la compréhension. Racisme, préjugés, absence de communication, un film qui s’appuie sur de très beaux plan-séquences et des acteurs convaincants. Ca se laisse plutôt bien regarder et certaines scènes sont assez fortes.
3,5/6

Du coup mon top Haneke :
1 – Funny Games U.S. (son seul film américain, c’est drôle…)
2 – Funny Games
3 – Le temps du loup
4 – Le septième continent
5 – Benny’s vidéo
6 – Caché
7 – La pianiste
8 – Code inconnu
9 – Le ruban blanc
10 – 71 fragments d’une chronologie du hasard


Cheval de guerre (Steven Spielberg – 2012)

L’histoire d’un cheval acheté pour labourer dans une ferme en faillite, qui va être acheté de force pour servir les troupes lors de la Grande Guerre et qui va connaître d’autres propriétaires jusqu’à la fin de la guerre. Une épopée qui pourrait parraître pleine de bon sentiments, qui l’est dans une certaine mesure mais qui est finalement très sombre et lucide sur la guerre et ses méfaits. L’ensemble est magistralement filmé, la photographie est à tomber, la musique prenante, chaque scène est juste, le montage parfait, le scénario bourré de rebondissements, certaines scènes sont déchirantes, d’autres très drôles, bref 2h30 à vivre pour un excellent film rappelant les grandes sagas d’antan. Et pourtant je me fiche des chevals.
6/6


Another day in paradise (Larry Clark – 1998)

Une jeune junkie et sa compagne sont pris sous la coupe d’un dealer professionnel et de sa femme pour les aider à monter des coups. Larry Clark a parfaitement cerné le genre road-movie tendance cambriolages à tel point qu’on pourrait prendre ce film pour une œuvre séminale du genre : la musique, l’ambiance, la réal. En prime, son analyse toujours lucide de l’adolescence et des acteurs de talents, dont l’excellent James Woods. Une excellente surprise.
5/6


Sur la piste du Marsupilami (Alain Chabat – 2012)

C’était bien Mission Cléopâtre, pourtant. Même RRRrrrr!!!, j’aime. Mais là Alain Chabat est tombé dans le travers “comédie populaire française tout public”, et ça fait souvent tâche : scénario peu inspiré, beaucoup de gags lourdeaux, Jamel qui fait du Jamel… Bref. Heureusement, lui est resté quelques moments de lucidité (ou de non-sens complet, du beau WTF) où on sent que c’est bien Chabat derrière la caméra, dont 3 minutes 11 de bonheur sur la fin qui justifient à eux seuls la vision du film ! A part ça, on sent également l’amour que porte Chabat à Franquin avec un univers parfaitement respecté (moi, rien que voir les militaires en uniforms palombiens en live, je suis heureux), dont un Marsupilami qui, une fois habitué à son côté peu réaliste (FX moyens), a vraiment un caractère, des expressions et des postures qui ressemblent en tout point au marsupial de Franquin. Mi-figue mi-raisin, donc.
3/6 (et je pense être gentil)


Le salon de musique (Satyajit Ray – 1958)

Un noble indien se laisse lentement aller dans son palais, ressassant sa vie pendant que ses dettes s’accumulent et que les bourgeois des castes inférieures deviennent les nouveaux riches. Il ne lui reste plus que son salon de musique, prétexte à organiser des fêtes très coûteuses, et à le ruiner encore plus. Rythme lancinant pour ce film du grand Satyajit Ray que je découvre là, où la musique joue un rôle extrêmement important (j’ai été très impressionné par certains morceaux un peu psychédéliques rappelant presque le Lynch des grands jours) et où il ressort quelque chose d’assez indéfinissable. En tout cas, ça reste en tête et la vision de ce film a été très enrichissante.
4,5/6


Darkman (Sam Raimi – 1990)

Un scientifique, un riche entrepreneur, des pots de vins, le scientifique s’en rend compte, on lui envoie une bande de gangsters pour l’éliminer, il en ressort défiguré mais va se venger à l’aide de son projet de reconstitution des tissus humains. Du Sam Raimi pur jus (cette façon de filmer très sauvage, instinctive, presque grossière mais en même temps calculée au millimètre, j’adore) qui reprend les thématiques du super-héros sombre (influence des comics Image de l’époque ?) et qui annonce déjà les Spider-Man qu’il réalisera plus tard. Liam Neeson est plutôt bon dans ce rôle à contre-emploi, et le film se laisse gentiment suivre même si ça a bien vieilli.
3,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Jeu 29 Mar 2012 - 15:57


Donnie Darko (Richar Kelly – 2001)

Revu au cinéma, et je comprends pourquoi ce premier film de Kelly est devenue une œuvre culte. Mélange de film adolescent, de satire sociale, de fantastique, d’horreur, de comédie, cet ensemble atypique très lynchien est en plus servi par une distribution du tonnerre (Patrick Schwayze à contre-emploi est énorme) et une réalisation classieuse qui sait montrer qu’elle existe sans être m’as-tu-vu. Ajoutez à cela une superbe bande-son, une belle photo, et euh… voilà.
6/6
Et j’ai gagné l’affiche du film format cinéma \o/


Les Infidèles (collectif – 2012)

Film à sketchs avec pour acteurs principaux Jean Dujardin et Gilles Lellouche incarnant différents personnages, tous basés sur l’infidélité. Et le moins que l’on puisse dire est que le film ne veut pas brosser dans le sens du poil avec cette suite de sketchs tous différents parfois tristes, glauques, lucides, même si on se marre quand même franchement également. La liberté de ton fait plaisir à voir, et les sketchs, même s’ils sont inégaux, sont tous de bonne qualité. On retiendra surtout le séminaire porté par un Michel Hazanavicius plan-plan mais servi par un scénario assez énorme et un Dujardin pathétique, ou encore le segment d’Emmanuelle Bercot merveilleusement mis en scène avec une confrontation dure et parfaitement orchestrée de Dujardin et d’Alexandra Lamy. Et même si Gilles Lellouche fait souvent du Lellouche, on se console avec un Jean Dujardin brillant de bout en bout et une palette de seconds rôles bien trouvés (Sandrine Kiberlain, Guillaume Canet). Bref, un pari osé mais plutôt très réussi.
4,5/6


Chronicle (Josh Trank – 2012)

Trois adolescents acquièrent par hasard des pouvoirs télékinésiques. Etant très différents, ils découvrent et apprennent ensemble à s’en servir mais vont peu à peu prendre des chemins différents… Pour un premier film, on peut dire qu’il s’agit d’une franche réussite. De la découverte à l’utilisation des pouvoirs, Josh Trank n’oublie pas une étape et l’évolution des personnages est très réussi dans cet énième parabole du passage à l’âge adulte. Même le style found footage est pertinent et bien pensé, et donc très immersif : il arrive largement à faire oublier les effets spéciaux plutôt moyens et promet même quelques frissons. Scénario et comédiens convaincants, on regrette juste que le film ne prenne pas encore plus le temps de creuser les personnages et que le final soit aussi basique et peu passionnant, jusqu’à la conclusion drôle sans le vouloir. Mais très bonne surprise néanmoins.
4,5/6


John Carter (Andrew Stanton – 2012)

John Carter, soldat sudiste désertant pour partir à la conquête d’une grotte pleine d’or, se retrouve éjecté sur Mars où un confit armé oppose les deux plus grandes factions. Il va vite découvrir que la gravité marsienne lui offre de surprenantes possibilités physiques et prendre parti pour une des civilisations marsiennes, avant de découvrir que de plus hautes instances tirent les ficelles. Premier essai « live » d’Andrew Stanton (après Le Monde de Nemo et WALL-E), on sent ce dernier moins à l’aise avec une caméra physique, surtout quand le rendu est plombé par une 3D ajoutée en post-prod anti-immersion. A part ça, le scénario est prenant, dommage que tout cela aille trop vite, et les acteurs restent corrects. Quelques morceaux de bravoure viennent régulièrement ponctuer cet ensemble plutôt ennuyeux, portés par d’excellents effets spéciaux (mais plombés par la 3D, encore une fois). Ajoutez à cela des dialogues made in Disney d’une naïveté déconcertante (alors que le propos et certaines scènes sont plutôt graves), et ce John Carter laisse un goût étrange tirant vers le fade…
3/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Ven 6 Avr 2012 - 13:40


Top Gun (Tony Scott – 1986)

Pour la même raison qu’il a été compliqué de voir Rambo 2 après Hot Shots! 2, je connaissais déjà le scénario de Top Gun par cœur à cause de mon amour pour Hot Shots! premier du nom. Mais bon, même malgré ça, ce scénario gay-friendly convenu faisant l’apologie du héros, du bon mâle en puissance, et des forces américaines par la même occasion n’est pas franchement palpitant et plutôt attendu. Le film, témoin de son époque, se laisse gentiment regarder comme un blockbuster standard et sympathique. Mais bon, je m’attendais à mieux, et les combats aériens sont pas tip tops, alors que j’en attendais beaucoup en passionné d’aviation… Allez, de Tony Scott je vais essayer de voir encore Man on Fire et Domino avant de me faire un avis définitif sur le frérot à Ridley.
4/6


Society (Brian Yuzna – 1989)

Un adolescent venant d’une famille huppée va vite se rendre compte que les apparences sont trompeuses quand ce milieu bourgeois dans lequel il a toujours grandi est en fait un carcan malsain et surpuissant, dans lequel les riches se plaisent à se repaître des laissés-pour-compte dans des partouzes organiques peu ragoûtantes. Pour un premier film, il faut avouer que Yuzna se défend, entre une première partie assez malsaine et lourde et une orgie finale craspec à souhait (les effets spéciaux valent franchement le coup d’œil). Mais bon, ça a beaucoup vieilli, les acteurs sont mauvais, la photo pas terrible, et on s’ennuie quand même beaucoup.
2/6


L’homme des hautes plaines (Clint Eastwood – 1973)

Suite officieuse à la trilogie du dollar de Sergio Leone, Eastwood reprend son rôle du cavalier solitaire et mutique, recruté par une ville pour la protéger de malfrats sortants de prison et arrivant pour se venger. Le rythme assez lent peut parfois fatiguer mais pour son deuxième film Eastwood frappe très fort, avec son personnage terriblement iconique (cette fin, miam) et qui sait gratter le vernis des conventions, sa mise en scène pleine se sens et puis toute cette iconologie du western régurgitée comme il se doit tout en proposant quelque chose de nouveau. Très bon.
5/6


Conversation secrète (Francis Ford Coppola – 1974)

Harry Caul est un spécialiste de la filature engagé dans une mission pour suivre un couple et enregistrer leurs conversations. Une fois sa mission accomplie, il découvre en écoutant son enregistrement que la conversation est codée. Peut-être un peu fatigué, j’avoue avoir eu du mal avec ce film pourtant très bon en de nombreux points : Gene Hackman est impressionnant et son personnage vraiment profond, la mise en scène est intelligente et très personnelle, le scénario intriguant. Mais le film sent peut-être un peu trop les 70s, preuve en est le thème (l’espionnage et le politique) qui s’inscrit pleinement dans son époque. Bref, j’ai bien aimé mais j’ai eu du mal à rentrer dedans.
4,5/6


Les nains aussi ont commencé petit (Werner Herzog – 1970)

Des nains venant d’une maison de redressement sur une île se soulèvent et prennent le contrôle de leur centre. Le film ouvre directement sur la prise de pouvoir puisqu’on ne verra aucune personne de taille « normale » dans le film mais uniquement ce groupe de nains et la façon dont ils vont réagir à cette soudaine liberté. Ce film étrange et assez dérangeant au début (Herzog aime mettre mal à l'aise) reprend toutes les thématiques chères à son auteur : la progression vers la folie, la solitude dans un endroit isolé, les personnages étranges, avec toujours ce goût pour le bizarre et l’absurde. Tantôt grave, tantôt drôle, ce film très singulier reste vraiment une bonne surprise.
4,5/6


Doomsday (Neil Marshall – 2008)

2000, un virus rendant fou de chair fraîche, contagieux et avec une espérance de vie de quelques jours s’empare de l’Ecosse. Le gouvernement britannique scelle la région sous d’immenses murs. Plus de nouvelles depuis, mais une trentaine d’années plus tard l’épidémie reprend à Londres. Une équipe est alors dépêchée pour se rendre dans le no man’s land écossais et essayer de retrouver des survivants pour trouver une remède au virus. Neil Marshall livre ici un vrai film de série B et hommage à ceux-ci en même temps. Les fans de post-apo et autres bis des années 80 seront aux anges dans ce melting-pot plutôt inspiré et qui ne prend pas la tête, doté de belles séquences d’actions (la course-poursuite en voiture est juste énorme). Mais bon, ça ne va pas très loin non plus et Marshall, même s’il sait manier la caméra, s’avère un peu trop poseur. Enfin, au moins on sait qu’il a pu aller au bout de ces idées dans ce film ou tout est possible, et après Dog Soldiers et The Descent je pense continuer à suivre ce réalisateur…
3,5/6


Amarcord (Federico Fellini – 1973)

Italie, années 30, le quotidien d’un petit village durant la montée du fasciste, au fil des saisons. On suit une bonne vingtaine de personnages différents, aux psychologies volontairement exagérées proches de la caricature, dans ce petit bijou bourré d’humour et de morceaux de vie fantasmés et exagérés. Cocasse, drôle, pas de place au pathos ici (malgré certaines scènes assez graves quand même), le film se laisse suivre le sourire au lèvre tout du long et respire la spontanéité. Le scénario et le montage sont d’une perfection telle que les 2h passent à une vitesse folle, et la superbe musique de Nino Rota en parfaite adéquation avec le reste. Pas spécialement mon genre de film mais du grand cinéma.
5,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Jeu 19 Avr 2012 - 14:22


Ladyhawke (Richard Donner – 1985)

Histoire d’amour fantastico-médievale, Ladyhawke n’a pas trop vieilli (à part ces filtres… beurk) et se laisse plutôt bien regarder, son scénario convenu et attendu étant plutôt bien traité par Richard Donner, qui alterne sans peine romance, humour et action dans de splendides décors.
4,5/6


L’Homme à la Caméra (Dziga Vertov – 1929)

Film expérimental se démarquant nettement des productions de l’époque puisque (en théorie du moins) il n’a pas de scénarios, ni d’acteurs et aucun intertitre. On suit un caméraman qui va passer toute une journée à capturer des moments de vie d’une grande ville russe (parfois du point de vue de sa caméra, parfois d’un point de vue externe), et c’est uniquement le montage qui va donner du sens à l’ensemble. Et quel sens : en plus d’une photographie de la Russie d’entre-deux-guerres, le film est bourré de concepts intéressants (la caméra « voyeur »), de métaphores et de mises en abîmes, servis par un montage musical haletant et impressionnant. On a eu droit au cinéma à une bande-son assurée en live par un groupe électro, et la pression montait tout au long du film, avec un sentiment d’urgence à capturer l’image qui nous tenait en haleine de bout en bout. Et puis cette poésie qui se dégage du film, tout le côté politique aussi (je me demande comment le film a passé la censure de l’époque), bref une œuvre magistrale, un vrai bijou, une de mes plus belles expériences de cinéma. Chef d’œuvre.
6/6


A la rencontre de Forrester (Gus Van Sant – 2001)

Un jeune banlieusard très doué à l’école va quitter son milieu social pour intégrer une école prestigieuse, ses études étant payées par son intégration dans l’équipe de basket-ball de cette même école. Il va en même temps rencontrer un ex-écrivain bourru et asocial, qui va le prendre sous son aile pour qu’il puisse enfin exploiter pleinement ses talents d’écriture. Un peu à la manière d’un Will Hunting, Gus Van Sant nous pond un joli film social sur l’adolescence et les différences entre origines sociales, en plus de la rencontre entre deux personnes très éloignées. Le scénario est prenant et intelligent, la mise en scène sobre et maîtrisée, les acteurs épatants, la musique jazzy très élégante. Un peu comme Will Hunting, pas spécialement mon genre de film mais c’est très bien fichu.
5/6


La Fureur de vivre (Nicholas Ray – 1955)

Le jeune Jim Stark, adolescent à fleur de peau (James Dean, impressionnant) dans une famille où la mère tient les rênes, intègre une nouvelle école et va devoir se faire sa place, en particulier en tenant tête à une bande de loubards. Film culte de toute une génération, le film traite de la réalité sociale de l’époque : une nouvelle jeunesse en recherche de repères, des familles éclatées masquées sous le vernis social conventionnel, le tout dans une mise en scène élégante et pleine de symboles. Le film a un peu vieilli même si le message reste toujours d’actualité, et reste quand même très sympa.
5/6


Stalingrad (Jean-Jacques Annaud – 2001)

Seconde Guerre Mondiale, sur le front russe, un sniper se voit médiatisé et catapulté symbole de l’armée russe. Un prestigieux sniper allemand est dépêché sur les lieux, et un duel sur la durée va s’amorcer. Malgré une jolie reconstitution et un casting de luxe (Ed Harris, Jude Law, Ron Perlman, Bob Hoskins), le film souffre d’un scénario beaucoup trop hollywoodien (beaucoup de coïncidences très hasardeuses et d’invraisemblances, en plus d’une love-story dont on se fout royalement) et puis Annaud est inégal, alternant excellentes et mauvaises séquences. Même le score de James Horner est moyen et répétitif. Bref, ça aurait pu être tellement mieux.
3/6


La Neuvième Porte (Roman Polanski – 1999)

Dean Corso, expert/arnaqueur en livre de collection va accepter une mission pour un riche collectionneur : retrouver et comparer trouver les 3 uniques exemplaires d’un livre satanique anciens, qui ne seraient en fin de compte pas aussi identiques qu’il y parait. Rapidement, des meurtres vont suivre l’enquête de Corso. Une enquête paranoïaque pleine de mystère où le danger semble omniprésent, englobé d’une aura satanique, voilà qui sied parfaitement au style de Polanski. Et pourtant, malgré une belle maîtrise de la caméra et un film plutôt bien fichu, on sent le cinéaste peu motivé et le film se laisse suivre sans trop de passion, malgré quelques très bons moments, un Johnny Depp charismatique et puis la Polanski’s touch. Mais bof quoi.
3,5/6


Memento (Christopher Nolan – 2000)

Sa femme tuée en plus d’un traumatisme crânien lui occasionnant une mémoire à court terme suite à un cambriolage, Leonard Shelby part à la recherche du tueur en question. Mais avec une mémoire de 10 minutes et malgré les différentes photos et tatouages qu’il fait pour garder l’essentiel, comment peut-il être sûr qu’on ne le manipule pas ? Un film noir, très noir, porté par un acteur principal impérial (Guy Pearce) et dont l’originalité vient du montage à l’envers, nous plongeant complètement dans la psyché du personnage. Malheureusement le procédé lasse un peu sur le deuxième tiers, mais dans l’ensemble ces deux heures haletantes et troublantes restent vraiment un grand moment, et le scénario torturé n’est pas aussi tape-à-l’œil qu’on voudrait le croire. Une très bonne surprise, pleine de réflexion, qui annonce largement Inception.
5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Jeu 26 Avr 2012 - 15:00


L’Inspecteur ne renonce jamais (James Fargo – 1973)

Troisième volet des aventures de l’Inspecteur Harry, où celui-ci se voit affublé d’un collègue… de sexe féminin. Et forcément, ça passe mal avec le réac Dirty Harry, tandis que des militants écolo louches jouent aux terroristes… Ce troisième volet fait plus la part belle à l’humour que les deux précédents, et le scénario se veut au final beaucoup plus « facile ». Ca se laisse agréablement suivre, et l’esprit de l’inspecteur Harry est bien là (notamment cette superbe fin très amère), mais moyen quoi.
3,5/6


Loulou (Maurice Pialat – 1980)

Une jeune femme d’une famille aisée quitte son mari entrepreneur pour un vrai loubard plutôt limité… Pialat se débrouille très bien pour faire se rencontrer deux mondes complètement opposés d’une façon réaliste. Ca sonne juste à chaque fois, c’est très bien réalisés (la séquence en boîte de nuit est superbe), Gérard Depardieu et Isabelle Huppert sont impériaux, bref un film social très bien fichu qui m’a donné envie d’en savoir plus sur Pialat.
5/6


Avengers (Joss Whedon – 2012)

On a eu droit à énormément de mauvais échos avant le film, Joss Whedon a essuyé plein de critiques, et j’avoue que j’avais peur et que je n’en attendais pas grand chose. Ensuite, quand est venu l’heure des avant-premières, l’accueil était enthousiaste et unanime. J’espérais un peu, mais franchement je n’aurais jamais imaginé que le film puisse être aussi réussi. C’est au-delà de mes espérances les plus folles. On est clairement dans le haut de gamme du divertissement et du film de super-héros, et de (très) loin.
En bref, Loki, demi-frère de Thor, veut conquérir le monde à l’aide d’une armée extra-terrestre avec laquelle il a conclut un marché à base de cube cosmique. Nick n’est pas des plus aisées.
Scénario simple – mais pas simpliste – et surtout diablement efficace, le film surprend surtout en ce sens qu’aucun personnage n’est délaissé au profit d’un autre. Tous ont droit à un traitement réussi et approfondi, qu’ils aient été héros principaux de films (Thor, Iron Man) ou personnages secondaires (la Veuve Noire). Et la structure classique du scénario (menace, rassemblement des héros, premiers coups durs, équipe unie…) est prétexte à énormément de scènes de combats différentes et toutes extrêmement réussies (ces frissons tout au long de la séance). Il y a vraiment de l’action tout du long, les combats sont épiques et surtout tout est merveilleusement filmé. Pas de shaky-cam qui file la migraine, les scènes d’action sont vraiment exemplaires, et comme c’est bien filmé on en redemande (alors que j’ai tendance de plus en plus à attendre que les scènes d’action se finissent dans les blockbusters).
A part ça, chaque personnage est vraiment développé et les archetypes de tous ces super-héros sont respectés à la lettre, les dialogues sont bien ciselés et le film ne tarit pas non plus d’humour (certains moments sont franchement hilarants).
On peut rajouter que les 2h20 du film passent comme une lettre à la poste (franchement, vu la qualité on en reprendrait bien quelques heures) et que le côté comic-book est très bien rendu, que ce soit au niveau de l’histoire que des personnages (le côté ambivalent du SHIELD est vraiment réussi). Et la 3D, même si elle ne sert pas franchement (quoi que certaines scènes ressortent très bien en relief), au moins elle ne nous sort pas de l’histoire et n’entrave pas la lisibilité (au contraire malheureusement de la 3D de John Carter).
Bref, une seule envie, y retourner !
(et cette scène post-générique… raaaaahhhh ! ! !)

6/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mar 15 Mai 2012 - 18:04

/!\ DERNIERS POSTS AVANT DIABLO III /!\


American Pie 4 (John Hurwitz et Hayden Schlossberg – 2012)

10 ans après, ils se retrouvent pour faire la fête… Il faut bien avouer, le côté sympathique du film tient surtout à la nostalgie de retrouver tous les personnages – et acteurs – de la trilogie originelle. Un retour aux sources plutôt bien fichu et qui tient bien ses promesses, dans la droite lignée des précédents : donc oui il y a des passages mélos-nianians-chiants comme dans les premiers, oui il y a du potache qui tache, etc etc. Mais bon, on sait à quoi s’attendre aussi.
3/6


Twixt (Francis Ford Coppola – 2012)

Un écrivain en perte de vitesse depuis le décès de sa fille part dédicacer dans une ville plutôt paumée…Jusqu’à ce qu’il y croise une fillette fantôme, au moins aussi solitaire que lui. Ajoutez à cela une sombre histoire enterrée qui se révèle peu à peu, Edgar Allan Poe qui apparaît dans les rêves du bougre ou encore un gang de bikers satanistes et on commence à se demander ce que Coppola a pris tout au long du tournage. Le film est très personnel, sans aucun doute, mais Coppola a oublié le spectateur entre-temps dans ce gloubi-boulga pseudo-gothique, clippesque, laid, cheap et souvent kitsch au possible. Même le scénario semble ne pas avoir été fini, c’est dire. Et pourtant ça commençait si bien, dans une sorte de variation du genre respectueux et plein de second degré à la Coen bros…
1/6


Le Roi Lion 3D (Roger Allers et Rob Minkoff – 2012)

Le Roi Lion est un immense film. Le revoir sur grand écran est vraiment une expérience autre. D’une part parce que la 3D tient largement la route, ajoute de la profondeur de champ, de l’immersion, et aussi parce qu’on (re)voit enfin ce film qu’on connaît par cœur dans des conditions optimales : sur un immense écran et avec un son parfait. On se surprend donc à voir et entendre des choses dont on n'avait jamais fait attention jusque-là, et c’est du pur bonheur. Bref, la gorge nouée tout du long et les larmes aux yeux un bon paquet de fois. Je le reverrais presque. (et du coup, moi qui n’étais pas favorable aux ressorties Disney en 3D, j’attends impatiemment la prochaine)
6/6


Dark Shadows (Tim Burton – 2012)

Après avoir refusé les avances d’une sorcière, un colon américain héritier d’une riche famille va voir sa femme se faire tuer et se retrouver transformé en vampire, enterré vivant pour l’éternité… Jusqu’à se qu’on le déterre deux siècles plus tard, qu’il découvre que la sorcière a quasiment coulé son entreprise familiale et qu’il décide de reprendre ses droits en la combattant. J’ai eu assez peur après le massacre Alice, mais il faut avouer que ce Burton tient à peu près debout. Le seul (gros) défaut étant que le film est très lent et mou (les enjeux sont bien définis mais loin d’être captivants) et que l’humour tombe quasiment à chaque fois à plat (le pire étant les gags maintes fois revus sur le décalage du personnage principal avec le monde d’aujourd’hui… ><). Le pire étant quand même que Burton arrive à rendre un film plat alors qu’il se passe énormément de chose, et d’ailleurs beaucoup de personnages potentiellement très intéressants se voient à peine esquissés (mais bon, résumer une série de plus de 1500 épisodes en un film, ça doit pas être évident).
Mais à part ça, la dernière demi-heure tient bien debout et réserve son lot de scènes mémorables, de moments tragiques où on a parfois l’impression, fugace certes, d’enfin voir le « vrai » Burton. A part ça, on sent le gros budget (décors, effets spéciaux) et le casting en impose (même Johnny Depp est plutôt sobre), en particulier Eva Green, excellente en sorcière tour à tour drôle et effrayante.
Allez Tim, on y arrive.
3/6


_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Lun 4 Juin 2012 - 18:56


Even Cowgirls get the blues (Gus Van Sant – 1993)

Une anomalie l’ayant dotée de pouces beaucoup plus grands que la moyenne, Sissy va suivre son destin : devenir auto-stoppeuse professionnel. Un road-movie complètement déjanté et décalé plutôt agréable, où on sent que Gus Van Sant se fait plaisir dans ce film qui laisse planer un vent de liberté à la manière d’un My Own Private Idaho ou encore de Drugstore Cowboy du même auteur. Uma Thurman est, elle, captivante. Original et sympathique.
4/6


Moonrise Kingdom (Wes Anderson – 2012)

Un jeune scout laissé pour compte parti en campement avec sa troupe et une jeune fille paumée habitant avec sa famille sur cette même île vont tomber amoureux et tenter de s’enfuir pour vivre leur vie. Un Wes Anderson plutôt bon, qui même s’il remplit le cahier des charge « comédie indé décalée » sans trop de surprise se laisse agréablement suivre grâce à une mise en scène inspirée, des jolis compositions de cadres, deux jeunes acteurs épatants et des acteurs plus expérimentées brillants, en particulier Edward Norton et Bruce Willis dans des contre-emplois savoureux.
4/6


Men in Black III (Barry Sonnenfeld – 2012)

On revient 10 ans après chez les MIB, où le tandem K / J fait toujours fureur. Mais un extra-terrestre s’échappe et va tuer K dans le passé. J est le seul à s’en apercevoir et doit donc voyager dans le temps pour faire alliance avec le jeune K et arrêter cet extra-terrestre coriace qui menace la planète. Même s’il est plaisant de retrouver le duo et le côté décalé de MIB, le scénario pantouflard et trop calibré tout comme Will Smith cabotinant rendent l’ensemble pas franchement agréable, voir exaspérants par moments. Heureusement, Josh Brolin s’en sort très bien en K jeune, et puis la fin, facile mais assez surprenante, m’a plutôt plu. Un pop-corn movie poussif mais regardable.
3/6


Cosmopolis (David Cronenberg – 2012)

Une journée de la vie d’un golden-boy à bord de sa limousine, pendant que le monde financier tourne à sa perte et que lui-même part à la dérive, sentant la fin arriver et voulant absolument… une coupe de cheveux ! Encore un film difficile à aborder de la part de Cronenberg, très froid, cynique, distant, verbeux. Un exercice de style délicat et à moitié réussi (certaines scènes franchement lourdes, le grain écœurant sur la photo, des dialogues souvent trop pompeux). Néanmoins, cette plongée dans la psyché de ce personnage se sabordant lui-même possède de très belles scènes plutôt inspirées et se conclut de façon couillue et intéressante, grâce notamment à un Robert Pattinson excellent et surprenant. Réussi ? Non. Intéressant ? Oui.
3,5/6


De Rouille et d’Os (Jacques Audiard – 2021)

La rencontre poignante entre une dresseuse d’orques célèbre ayant perdue l’usage de ses jambes suite à un accident et d’un laissé-pour-compte parti chercher du travail dans le sud chez sa sœur avec son enfant. Audiard s’essaye au mélo avec une efficacité redoutable, sans jamais tomber dans le piège du larmoyant. C’est fort, juste, pudique, et le duo formé par Cotillard et Schoenaerts est vraiment épatant. Du grand film, rehaussé par une réal très inspirée qui arrive à concilier naturalisme et esthétique et par un scénario qui nous emmène là où on ne l’attend pas. Par contre, je m’attendais à encore plus poignant et n’ai donc pas été accroché entièrement à l’histoire, dommage. A part ça, n’ayant vu que Un Prophète avant ce film, il faut vraiment que je me trouve les films précédents d’Audiard.
5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Lun 9 Juil 2012 - 23:32

Tucker & Dale fightent le mal

résumé Allociné:
Tucker et Dale sont deux gentils péquenauds venus se ressourcer en forêt. Ils y rencontrent des étudiants venus faire la fête. Suite à un quiproquo entraînant la mort d’un des jeunes, ces derniers pensent que Tucker et Dale sont des serial killers qui veulent leur peau, alors que nos héros pensent que les jeunes font partie d’une secte et qu’ils sont là pour un suicide collectif ! C’est le début d’un gigantesque malentendu dans lequel horreur et hilarité vont se mélanger.

très très drôle: entre clicher du film d'horreur pour ado, les gros malentendu, et les mort connes, j'ai vraiment passé un bon moment avec se films
4.5/6

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Dim 29 Juil 2012 - 12:32


Prometheus (Ridley Scott – 2012)

Film très attendu pour ma part… et résultat très mitigé. Au niveau de la forme rien à jeter : les décors, les effets spéciaux, le design, on n’est pas loin justement du premier Alien. Côté réalisation Scott n’est pas un manchot non plus et se démarque largement de ses dernières réalisations (Robin des Bois, mouahah), mais c’est le scénario qui pose franchement problème : personnages stéréotypés et juste esquissés, et surtout un nombre assez hallucinant d’incohérence qui rend la compréhension du film assez ardue. Et là, on s’y perd : est-ce que ce sont simplement des grosses carences du scénario ? Est-ce que celui-ci a été modifié à la dernière minute pour faire le lien avec la saga Alien (sacré lien d’ailleurs) ? Est-ce que Scott a voulu se la jouer 2001 (cf. la fin) sans nous donner les clés en main ? On ne sait pas, et c’est assez frustrant. A part ça, beaucoup quand même de rebondissements, d’action, bref ça reste quand même pas mal mais ça aurait pu être largement mieux.

3,5/6


The Dictator (Larry Charles – 2012)

Après Ali-G, Borat et Brüno, 4ème méfait de Sacha Baron Cohen en la personne d’un dictateur se retrouvant paumé aux Etats-Unis à la suite d’un coup d’état. Le rythme est plutôt mou mais est quand même sauvé par des gags plutôt énormes et osés qui sauvent le film. Et puis ça m’incite quand même à voir Brüno, le seul que je n’ai pas encore vu.

3/6


La Part des Anges (Ken Loach – 2012)

Dans un coin défavorisé de l’Angleterre, des « travaux d’intérêt généraux » sans avenir vont se trouver une passion pour le whisky et tenter de voler le plus côté des whiskys au monde. Le côté social est encore une fois bien présent chez Loach, mais toujours intéressant, bien traité et ultra réaliste. Ça n’empêche pas le réalisateur de faire un film léger, assez drôle, qui passe plutôt bien et nous met de bonne humeur. Prix du Jury à Cannes, pourquoi pas…

4/6


Rock Forever (Adam Shankman – 2012)

Adaptation cinématographique d’une comédie musicale de Broadway, ça se sent tout de suite quand on voit les deux personnages principaux ultra-lisses, qui débarquent chacun de leur côté dans un fameux bar où se concentre toute l’énergie du rock, et que les politiciens veulent fermer. On oubliera d’ailleurs largement l’histoire d’amour entre les deux, naïvo-chiante, pour apprécier tout l’univers gravitant autour, avec des personnages secondaires vraiment excellents (Alec Baldwin en gérant de bar gay, Tom Cruise en rock-star à la croisée d’un Axl Roses et d’un Jim Morrison, ou encore Catherine Zeta-Jones en femme du Maire coincée et hystérique) et puis surtout une ambiance et une bande-son rock 80s : Twisted Sister, Def Leppard, Guns N Roses, Bon Jovi, Joan Jett, Scorpions… Entraînant.

3,5/6


Les Kaïra (Franck Gastambide – 2012)

Trois glandeurs des cités vont essayer de se faire de l’argent facile… En gros. Un film à sketch (c’est là le principal défaut du film) vraiment intéressant et drôle, entre un constat lucide sur la cité, un trio d’acteurs assez épatant et surtout des dialogues et situations parfois assez osées et qui font toujours mouche. Une bonne surprise.

4/6


Crocodile (Tobe Hooper – 2000)

Des jeunes vont partir en bateau, et il y a un crocodile géant qui les attend dans le bayou. Voilà. Comme on a un scénario simplissime comme ça, c’est souvent le réalisateur qui va faire la différence. Je croyais que Tobe Hooper avait signé l’excellent Massacre à la Tronçonneuse, le poisseux Crocodile de la Mort ou encore le fantastico-horrifique Poltergeist, j’ai dû me tromper. Crocodile est une sombre bouse où strictement rien n’est à sauver. Les dialogues, les acteurs, le scénario, la réalisation, la photo, la musique, le montage. Rien, rien n’est à sauver dans cette sombre merde. C’est rare que je mette 0/6 , mais là quand même….

0/6


Le Lorax (Chris Renaud – 2012)

Une fable écolo plutôt intelligente et bien menée, avec un univers intéressant (même si Truman Show ou encore Wall-E ne sont pas loin), qui assène son message sans être trop lourdingue, et avec des personnages intéressants. Oui mais malgré ça, rien ne nous embarque vraiment dans ce joli film (enfin l’animation est pas toujours top quand même) qui se laisse gentiment suivre mais c’est tout.

3/6


L’Âge de Glace 4 : La dérive des continents (Steve Martino et Mike Thurmeier – 2012)

Après un troisième tome très décevant, ce nouvel Age de glace vaut largement le détour en nous proposant de nouveaux personnages très intéressants, et surtout un scénario ne donnant plus trop la vedette à Scrat (qui horripile à la longue) mais qui se concentre surtout sur notre trio avec une histoire pleine de rebondissements, plaisante à suivre et dotée d’une animation magnifique. Un bon point.

4,5/6


Batman (Tim Burton – 1989)

Toujours pas vu le Dark Knight Rises, alors en attendant je me fais du mal en revoyant le 1er Batman de Burton, que je n’avais pas vu depuis au moins une grosse douzaine d’années. Et ça passe plutôt pas mal. Le côté comic-book est bien respecté, l’interprétation que fait Nicholson du Joker est intéressante et respecte le personnage (il est franchement inquiétant, même s’il n’égale pas Heath Ledger), le scénario est plutôt dense et l’atmosphère franchement réussie, entre un Gotham très… « Gotham » qui sied parfaitement à Burton et puis l’excellente musique de Danny Elfmann. Bon ça a vieilli hein, mais je pensais que ça allait être largement plus douloureux.

4/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Ven 17 Aoû 2012 - 11:58


The Dark Knight Rises (Christopher Nolan – 2012)

Après un excellent Batman Begins et un somptueux The Dark Knight, j’avoue que j’attendais très impatiemment ce dernier volet de la saga Batman par Nolan. Et encore une fois, on touche le sublime. Nolan nous conduit là où on ne l’attend pas, prends beaucoup de risques et ça s’avère payant. Le scénario est très intelligent et prenant, la palette d’acteurs est vraiment exceptionnelle (et vas—y que je te rajoute Tom Hardy et Matthew Modine), et Nolan maîtrise vraiment son montage pour proposer 2h30 très haletantes et prenantes. Et puis cette fin énormissime. Du grand cinéma.
6/6


Ghost in the Shell (Mamoru Oshii – 1995)

Forcément il a vieilli un peu ce petit bijou d’animation où dans un Japon futuriste le gouvernement s’essaie à créer une vie robotique qui va peu à peu lui échapper. Mais bon sang quel scénario. Entre un contexte géopolitique intéressant, des personnages vraiment creusés, et surtout une portée philosophique (qu’est-ce que la vie ?) et introspective vraiment poussée… Le film est lent, comporte peu de scènes d’actions (mais quelles scènes !) mais pourtant on accroche, et certaines scènes contemplatives sont vraiment magnifiques. L’animation date un peu mais reste très correcte. Du grand cinéma d’animation, adulte et profond.
5,5/6


Printemps, été, automne, hiver… et printemps (Kim Ki-duk – 2003)

5 périodes de la vie d’en enfant venu se retirer dans une cabane flottante en pleine montagne, en compagnie d’un moine/mentor. On ne peut pas dire qu’il se passe grand-chose tout au long de ce joli film mais Kim Ki-duk sait nous interpeller à sa manière et nous permet de rester attentif devant cette fable de la vie plutôt bien fichue, dotée de belles images. Mais bon, ça ne mérite pas pour autant toutes les louanges qu’on en a fait.
4/6


Cœur de Verre (Werner Herzog – 1976)

XVIIIème siècle, Allemagne, un maître verrier meurt avec son secret de fabrication du fameux verre-rubis, qui faisait la richesse du village. Prophéties, croyances diverses, Herzog observe la population sombrer peu à peu dans la folie devant cette triste nouvelle. Un film exigeant, parfois bien barré, mais qui renferme toutefois des scènes très marquantes à qui voudra bien le voir. Bon film, peut-être pas, mais en tout cas très intéressant.
3,5/6


King of the Ants (Stuart Gordon – 2003)

Un loser va passer dans l’illégalité en espionnant un individu pour le compte de tierces personnes. Il va accidentellement tuer la personne en question et l’escalade de violence va débuter. Le début du film est plutôt intriguant, et se laisse gentiment regarder même s’il n’y a pas grand-chose à en tirer. Mais par la suite Gordon veut pousser son propos sur la violence dans une surenchère beaucoup plus grand-guignolesque que traumatisante. Et comme le scénario s’appauvrit en même temps, il ne reste plus grand-chose à sauver.
1,5/6


Une vie de chat (Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli – 2010)

Malgré une certaine pauvreté de l’animation par moment, ce polar d’animation français comble ces manques financiers par une ambiance très « Paris by night », saupoudrée de gentlemen cambrioleur et de tout ce qui fait l’essence des polars old school (le mafioso pur jus, les gangsters) à base de références diverses aux classiques populaires du genre (Les affranchis, Les tontons flingueurs…). Une ambiance vraiment sympathique, dotée en plus d’un scénario plutôt complexe pour le genre et de scènes d’actions haletantes et bien fichues. Très sympathique.
5/6


Outsiders (Francis Ford Coppola – 1983)

Dans l’Amérique post Seconde Guerre Mondiale, deux gangs de jeunes s’affrontent, les prolétaires d’un côté, les fils de riches de l’autre. Une histoire d’amour va naître au milieu, et forcément tout cela va mal finir. J’avoue que je n’en attendais pas trop au vu du pitch qui me plaisait moyennement, mais Coppola assure avec cette histoire grave et légère à la fois nous plongeant dans une époque qui rappelle les West Side Story et autres La Fureur de Vivre. Les acteurs sont tous très bons, la réalisation et le montage intelligent (comme ces ellipses inattendues et finalement bienvenues), la photographie superbe, bref un excellent récit sur l’adolescence.
5,5/6


Castle Freak (Stuart Gordon – 1995)

Une famille, étant les derniers héritiers d’une duchesse solitaire et à l’histoire trouble, hérite d’un château. Ils vont vite se rendre compte qu’ils ne sont pas les seuls occupant de la demeure. Je suis plutôt fan de Gordon quand il adapte du Lovecraft, et là encore malgré le scénario convenu, l’ensemble tient plutôt bien la route. Bien sûr il ne faut pas être trop regardant sur la vraisemblablité (ça se dit ?) du script, mais le film tient ses promesses dans le genre histoire à frisson, avec son petit lot de gore et de malsain. Et puis ça ne dure pas trop longtemps, les comédiens sont à peu près convaincants et j’aime bien la façon de filmer très expressive de Gordon. Bref bonne surprise.
3/6


Le dernier monde cannibale (Ruggero Deodato – 1977)

Des aventuriers, un avion en panne, des disparitions, le dernier survivant qui se fait capturer, puis s’échappe… Scénario trèèèès classique pour ce cannibal movie qui reprend toutes les figures imposées du genre (enfin plutôt qui impose toutes les figures qui seront reprises par ses successeurs, comme il s’agit du premier du genre) : la jungle, les mœurs étranges de autochtones, du gore craspec, quelques – malheureusement – massacres d’animaux… Bref un bis rital pur jus complaisant, mal mis en scène et plutôt soporifique, ce qui est un comble.
1,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Ven 17 Aoû 2012 - 21:03

ghost in the shell: et la musique !!!

outsiders: ba tien tu vient de me donner une idée de films merci ^^

sinon niveau films notable vue récemment j'en est vue pas mal mais pas trop le temps de les décrire:

The Dark Knight Rises 5.5/6
les chariots de feu 5/6
la dame de fer 4.5/6
tucker and dale vs evil 5.5/6
américain réunion 4/6
projet nim 5/6
ghost rider 2 1.5/6

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Dim 19 Aoû 2012 - 15:01

Ahah Ghost Rider 2.

Ça vaut le coup à ce point Tucker & Dale ? J'ai failli le voir l'année dernière au ciné, et là je le vois à Noz à 3-4€. Je trouve ça un peu cher et je me demande si ça va me plaire comme je suis plutôt habitué aux pastiches de films d'horreur :/

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Gizmo le Dim 19 Aoû 2012 - 23:35

ba se qui est bien c surtout le coté humour . à la base je suis pas du tout film d horreur mais la l'humour est vraiment bon^^

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 22 Aoû 2012 - 21:43

Je verrais si je le revois. ^^


La Guerre du Feu (Jean-Jacques Annaud – 1981)

Une tribu d’hommes de Neandertal, après une attaque, perdent leur précieux feu. Trois hommes sont donc dépêchés pour retrouver du feu. Tout au long de leur périple, Annaud condense les grandes étapes de l’humanité (la découverte du rire, de la sexualité, de la fabrication du feu) dans ce film vulgariste plutôt bien fichu si on en accepte le postulat anachronique (on retrouve par exemple des tribus d’homo erectus, d’hommes de Neandertal et d’homo sapiens en même temps). A part ça mise à part une histoire d’amour qui plombe un peu le film après la première heure, l’ensemble se laisse plutôt bien regarder, c’est intéressant à suivre et la musique (très bonne au demeurant) est utilisée très intelligemment. Ca a vieilli mais le sujet très universel est toujours d’actualité. Une bonne surprise.

4,5/6


Le Cercle Rouge (Jean-Pierre Melville – 1970)

Scénario de polar classique : un malfrat qui sort de prison et qui se met à dos la pègre, un autre qui s’échappe de prison, un casse à faire, un inspecteur de police véreux à leur trousse, un ancien policier désabusé qui va aider les cambrioleurs… Tout ce petit monde qui va bien sûr se suivre, se manquer, se retrouver. Un film noir très bien fichu, autant pour la réalisation classieuse de Melville (chaque plan est bien pensé et millimétré, du très beau boulot) que pour le scénario plutôt simple mais efficace ou encore la belle brochette d’acteurs (Montand, Delon, Bourvil). Du grand cinéma (la scène du casse est inoubliable), en plus d’être une œuvre phare pour les deux générations de réalisateurs à venir (Scorsese, Mann, Woo, les Coen bros…). Du coup je regrette pas l’achat du coffret DVD Melville, vivement la suite :p
6/6


Summer of Sam (Spike Lee – 1999)

New York, ce fameux été 77. Un tueur en série se faisant appeler Son of Sam sévit et va provoquer la psychose dans le petit quartier populaire où il sévit. Constat social, individus à la marge, dialogues bien sentis, film bien ancré dans l’époque qu’il entend décrire, ambiance électrique alternant des scènes humoristiques et d’autres graves, bref du pur Spike Lee servi par un casting plutôt sympathique (bon John Leguizamo est assez transparent mais Adrian Brody est excellent). Je regrette juste que finalement peu de scènes décollent durant ces 2h15 qui passent plutôt bien et surtout que le film ait autant vieilli alors qu’il n’a qu’une douzaine d’années…
4/6


World Trade Center (Oliver Stone – 2006)

Pour ce drame sur les événements du 11 septembre, Oliver Stone privilégie l’histoire à hauteur d’homme au spectaculaire : j’avoue que je ne m’attendais pas à ça. Rien donc de polémique tout au long du film mais plutôt un drame humain, entre deux flics pris au piège dans les décombres de la 1ère tour et leur famille de l’autre côté, partagé entre renonciation et espoir. Et cette seconde partie est de loin la plus réussie, entre autre grâce au talent de Maria Bello et Maggy Gyllenhal, tandis que la partie au cœur de la catastrophe est assez répétitive, malgré les prestations convaincantes de Jay Hernandez et Nicolas Cage. Un drame qui magnifie un peu trop d’ailleurs les « héros du quotidien », mais qui sait quand même adopter le ton juste vu le sujet très casse-gueule.
4,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  micazeve le Jeu 23 Aoû 2012 - 0:11

Pour World Trade Center :



Maintenant que t'as vu le film ca doit etre mieux ^^

_________________

micazeve
Ganache Suprême
Ganache Suprême

Messages : 564
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 27
Localisation : Clermont-Ferrand

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Ven 24 Aoû 2012 - 1:37

Le pire c'est que je l'ai déjà vu mais que je ne m'en souvenais plus ^^

Y a A Tombeau Ouvert de Scorsese, classe :p

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 5 Sep 2012 - 19:04


The Expendables 2 (Simon West - 2012)

Peut-être parce que je n'en attendais pas grand-chose, cet Expendables 2 fut une réelle bonne surprise. A la différence du 1er on ne perd pas de temps à présenter les personnages, et puis surtout on ne s'embarasse plus avec ces scènes longues sentimentalo-chiantes, qui sont expédiées en toute vitesse juste pour respecter le cahier des charges. Non, à la place on à droit à de la bonne action bourrine complétement décomplexée, qui ne s'embête pas de la vraisemblance et surtout beaucoup plus lisible que pour le 1er opus. Et comme l'ensemble ne se prend pas trop au sérieux, avec une distanciation bienvenue et de l'humour facile mais qui marche (notamment les clins d'oeils - les séquences avec Chuck Norris sont énormes) mettant l'accent sur les relations d, ça fonctionne encore plus. Bref, autant le premier faisait quand même un peu coup d'épée dans l'eau, autant là ça sent presque le bon actioner 80s.
4,5/6


La Sanction (Clint Eastwood - 1975)

Un professeur d'art à l'université joue les "nettoyeurs" secrets pour le compte du gouvernement, qui utilise son appétance envers les vieilles toiles pour l'utiliser à ses fins. L'homme souhaite depuis quelques temps laisser tomber, mais un de ses ancien ami lui ayant jadis sauvé la vie au Vietnam s'étant fait assassiner, il décide de reprendre ses fonctions officieuses. Un seul indice : l'assassin se trouve dans un groupe d'alpiniste voulant escalader l'Eiger, fameuse montagne suisse extrêmement dangereuse... Eastwood transcende un scénario classique d'aventure/espionnage (avec son lot de taupes, de retournement de situations...) par sa mise en scène d'une très grande classe, porté par un jeu d'acteur tout en subtilité et une musique vraiment très intéressante et inattendue de John Williams, à la fois légérement en décalage et correspondant parfaitement au ton du film. Mis à part ça, les scènes d'escalade (qu'elles soient filmées au Nouveau Mexique lors de l'entraînement qu'en Suisse sur le vrai Eiger) sont remarquablement tournées et très réaliste, faisant passer les Clifhanger et autres films du même acabit pour de vulgaires films de studio. Du pur film classique, sans réel défaut.
5/6


Rebelle (Mark Andrews et Brenda Chapman – 2012)

Une princesse nordique, rebelle adolescente, refuse à tout prix d’assister à une cérémonie pour lui trouver un prétendant parmi les trois autres clans de la région, afin d’éviter la guerre. On a connu Pixar plus profond niveau thématique mais ce film d’animation reste vraiment un bon film d’aventure/humour, notamment ses 30 premières minutes posant l’univers et ses personnages irrésistibles. Ensuite, un événement qui va servir d’intrigue principale au reste du film fait un peu retomber l’ambiance, mais tout s’enchaîne très vite jusqu’à une belle conclusion. Un film plutôt sympathique donc, mais si Pixar n’est plus vraiment aussi « exclusif » qu’avant (ils ont légèrement baissé en qualité et l’offre concurrente dans le secteur de l’animation ont eux grimpés qualitativement). A part ça, un gros plus au niveau de l’animation, le rendu des paysages est vraiment magnifique, et l’animation de qualité.
4,5/6


L’Etrange Pouvoir de Norman (Sam Fell et Chris Butler – 2012)

Le jeune Norman n’est pas comme les autres : il voit des gens morts. Ce « talent » va le mettre en marge des enfants de son âge à l’école, et même de sa famille. Mais quand une malédiction va arriver sur la ville, et des zombies avec, liés à une prétendue sorcière qu’on aurait exécutée il y a deux siècles, on est bien content que Norman soit là. La portée sociale est vraiment très forte dans ce film d’animation image par image, entre des parents incompréhensifs, des adultes en général incapable de faire preuve de réflexion, des jeunes perdus, et ce Norman mutique, à la marge, un freak que n’aurait pas renié Tim Burton (enfin avant qu’il devienne un bon père de famille rangé). Mis à part cela, le scénario est plutôt astucieux, les bases posées au début sont très intéressante et même si le milieu du film est assez prévisible et souffre de quelques longueurs, la conclusion est vraiment une petite merveille. Ajoutez à cela plein de clins d’œil sur le cinéma horrifique, une animation vraiment magnifique (ça fait du bien de revoir de l’image par image) et ce ParaNorman (excellent titre vo) est vraiment une très bonne surprise, beaucoup plus adulte que ce que l’étiquette «film d’animation » laisse à entendre dans l’inconscient collectif.
5/6


La Part des Ténèbres (George Romero - 1993)

Un écrivain rencontre ses plus beaux succès en écrivant des livres pseudo-autobiographiques sous un pseudonyme. Lorsque quelqu'un le menace de tout réveler, il décide de le prendre de vitesse en révélant la supercherie à la presse et en orchestrant le faux enterrement de cet alter ego. Juste après, des meurtres surgissent dans son entourage proche, et tous les indices semblent concorder vers sa personne... Même si le thème du double / de la gemellité n'est pas aussi bien traité que pourrait le faire un De Palma, un Cronenberg ou encore un Henenlotter, Romero est plutôt efficace dans ce thriller horrifique très intriguant et dérangeant dans sa première partie (l'introduction est excellente), qui retombe un peu dans son milieu mais qui aboutit à une fin vraiment splendide. J'aurai aimé un scénario un peu plus tortueux mais cette adaptation d'un roman de Stephen King est plutôt bien fichue, et l'acteur principal vraiment excellent.
4/6


L'Esprit de Caïn (Brian De Palma - 1992)


Sous l'influence néfaste de son père soi-disant décédé, un père de famille va utiliser son propre enfant comme sujet d'expérimentation sur les personnalités multiples et capturer d'autres enfants dans le même but. Lorsqu'il découvre que sa femme le trompe, l'individu déjà bien frappé à la base va littéralement péter les plombs. Du De Palma pur jus, entre l'intrigue digne d'un thriller horrifique hitchcockien, la mise en scène, les scènes chocs démonstratives et même cette conclusion finale à la Body Double. Malheureusement le film peine à intéresser et surtout à se trouver un rythme de croisière du haut de sa petite heure 30. Quelques scènes très réussies sortent du lot, mais globalement on ne sait pas vraiment sur quel pied danser avec cette narration atypique, parfois confuse et finalement assez veine, et surtout ce scénario au bout du compte assez vide. Intéressant à regarder, mais pas spécialement réussi.
3/6


L'Incroyable Homme Invisible (Edgar G. Ulmer - 1960)

Un criminel se fait évader de prison par une bande dirigée par un illuminé afin qu'il teste un sérum d'invisibilité et cambriole des banques. Le but ultime ? Monter une armée d'hommes invisibles et régner sur le monde. Bien que le réalisateur jongle habilement entre le fantastique et le film noir grâce à un scénario plutôt astucieux et finalement bien pessimiste, le manque de moyens, les acteurs cabotinants et surtout l'impression que chaque scène a été étirée pour gagner de la durée (alors que le film ne dure que 57 minutes !) achève ce scénario et cette mise en scène plutôt habile.
2/6


Paprika (Satoshi Kon - 2005)

Une cellule gouvernementale de médecine a mis au point le DC Mini, un appareil se greffant au cerveau et permettant d'entrer dans le subconscient du patient. Seulement, des DC Mini ont été dérobées et certains esprits littérallement piratés... Le scénario complexe, le mélange des genre (science-fiction, policier, horreur) et le rythme assez flottant rendent le film assez délicat à suivre, tout comme l'animation inégale (certaines scènes sont vraiment magnifiques mais d'un autre côté le character design est mal foutu), mais dans l'ensemble on a quand même un très bon film d'animation, vraiment mature (Cronenberg n'aurait pas renié certains passages) et doté de grands moments (le générique avec la musique new age / G pop assez prenante, les scènes dérangeantes avec le cortège...). Hâte de voir Tokyo Godfather et Perfect Blue du même réalisateur.
4/6


L'Amant (Jean-Jacques Annaud - 1991)

Adaptation d'un roman autobiographique de Marguerite Duras, nous racontant son idylle avec un riche chinois pendant son adolescence en Indochine, dans les années 30. En gros un film en trois axes très originaux : exposition-séduction / consommation / rupture. Autant dire que la partie centrale plombe un peu le film, parce qu'à part voir du cul il ne s'y passe pas grand chose. Mais la conclusion est vraiment magnifique, déchirante et pudique à la fois comme le fait Scorsese sur Le Temps de l'Innocence. Et puis le film ne se résume pas qu'à une histoire d'amour, mais expose en filigrane un contexte historique vraiment très intéressant, qui est en plus sublimé par des décors magnifiques et une réalisation très belle sans être tape à l'oeil. Agréablement surpris.
5/6


Métisse (Mathieu Kassovitz - 1993)

Une jeune femme tombe enceinte. Elle va alors convoquer au même endroit les deux potentiels pères (un musulman noir et un juif blanc), en leur apprenant par la même occasion qu'elle trompait chacun avec l'autre. On sent bien l'influence de Spike Lee dans cette comédie sociale plutôt sympathique mais qui est loin de marquer les mémoires. Le scénario est léger et convenu et ne fais pas souvent rire, mais ce trio reste quand même attachant et puis Kassovitz, dès son premier film, nous sert vraiment une mise en scène travaillée, même si certains plans-séquences et autres trouvailles sont un peu trop clinquants et ne conviennent pas à une comédie. Un film de jeunesse qui se laisse gentiment regarder.
2,5/6


Moi, député (Jay Roach - 2012)

Un député se présente pour la cinquième fois dans sa circonscription, où il n'a pour l'instant toujours été que l'unique candidat. Seulement, des industriels souhaitant implanter dans la région leurs industries et leur main d'oeuvre chinoise bon marché vont lui soumettre un adversaire, un plouc bien coaché comme il faut. L'escalade de violence politique est pluôt bien géré dans cette comédie potache, avec quelques très bonnes séquences (du gros n'importe quoi satirique) et surtout un duo d'acteur vraiment excellent, en particulier Will Ferell. Mais bon, le manque d'idée et le fil directeur qui ne va pas bien loin est sans cesse colmaté par des gags soit facile, soit de mauvais goût, soit les deux à la fois, et le final plein de bons sentiments est finalement encore plus abject que ce que le film dénonce.
2/6


David et Madame Hansen (Alexandre Astier - 2012)

Un infirmier, pour sa première journée, est chargé d'accompagner Mme Hansen, autrefois riche personnalité mais aujourd'hui amnésique suite à un traumatisme, pour sortir s'acheter des chaussures. Mais ce qui ne devait commencer que comme une petite ballade va vite se transformer en recherche de la mémoire perdue... Un premier film plutôt réussi pour Alexandre Astier, en particulier grâce au charisme d'Isabelle Adjani dans un rôle torturé vraiment savoureux. Astier quant à lui fait du Astier sans trop se forcer, mais le fait bien. Un road-movie introspectif plutôt profond et assez beau et prenant à regarder, au tempo lent mais qui ne souffre pourtant d'aucune baisse de rythme. Dommage que la fin soit par contre complétement ratée : trop démonstrative, pas assez crédible, et pas mal de fausses fins qui n'en terminent pas. Mais en tout cas, Astier réalisateur, affaire à suivre.
4,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  micazeve le Mer 5 Sep 2012 - 20:13

Mais en tout cas, Astier réalisateur, affaire à suivre.

Mets-toi à Kaamelott Wink

_________________

micazeve
Ganache Suprême
Ganache Suprême

Messages : 564
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 27
Localisation : Clermont-Ferrand

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 5 Sep 2012 - 21:47

Ça viendra. Un jour. Sûrement.

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 12 Sep 2012 - 20:13


La légende de Beowulf (Robert Zemeckis – 2007)

Une tribu nordique est sans cesse attaquée par un démon. Un brave guerrier arrive avec sa troupe pour mettre fin à ses agissements, mais la malédiction ne s’arrête pas pour autant. Un film 100% nordique, autant dans les mythes et traditions que dans l’ambiance globale très noire et sans concession, faite de sang et de larmes, et à des lieux des poncifs du blockbuster hollywoodien (en même temps, Neil Gaiman et Roger Avary au scénario, quoi). Le scénario s’enchaîne sans aucun temps mort, les personnages sont intéressants, et puis surtout tout est remarquablement mis en scène par un Robert Zemeckis des grands jours, qui n’utilise pas la technique de l’animation pour faire tout et n’importe quoi mais s’en sert vraiment quand c’est nécessaire, ce qui aboutit à des scènes d’action vraiment magnifiques, autant dans leur chorégraphie que dans leur lisibilité. A part ça, la musique est superbe (Alan Silvestri) la qualité de l’animation est vraiment impressionnante, tout comme le character design et les paysages, même si quelques défauts (rigidité de certains personnages) sont à noter à cause de la performance capture qui en était à ses balbutiements. Enfin bref, un excellent film que je regrette de ne pas avoir vu au cinéma et en 3D.
6/6


The Secret (Pascal Laugier – 2012)

Une banale histoire d’enfants disparus dans un petit village perdu au fin fond des Etats-Unis… Si la première moitié du film suit la trame classique du film de trouille plein de mystères, des twists en cascade sur la seconde moitié vont changer complètement la donne du film et la façon qu’on a de l’aborder, plaçant le spectateur dans une situation où il ne sait plus sur quel pied danser. Et ça devient à partir de ce moment plutôt intéressant, surtout qu’en plus la réalisation de Laugier nous prend aussi à revers sur cette deuxième moitié très inspirée, jusqu’à une fin douce-amère assez ambigüe. Ajoutez à cela une belle photo et une Jessica Biel convaincante, et ce petit film vaut assurément le coup d’œil. Tiens, encore une bon réalisateur français qui part aux Etats-Unis parce qu’on ne le considère pas en France, surprenant.
4/6


Holy Motors (Leos Carax – 2012)

Un individu se fait trimbaler en limousine toute une journée et multiplie les rendez-vous en endossant à chaque fois un rôle et un look complètement différent… En gros. Un film très intéressant à aborder, aux multiples niveaux de lecture et à l’intrigue très originale pleine de mystères et de potentiel. Chacun des « rôles » du personnage donnent lieu à des scènes toutes complètement différentes, du tragique (toujours servi avec une pointe de distanciation et d’ironie) au comique en passant par le thriller et des séquences réellement « autres » (le segment avec M. Merde, ou encore la scène de sexe en costume latex que n’aurait pas renié Cronenberg (mais qui en aurait fait un film entier alors que là tout est dit en 10 minutes)). A part ça, l’ensemble est vraiment bien shooté et l’acteur principal très convaincant (il rentre complètement dans chaque rôle), tout comme les seconds rôles (Eva Mendès en particulier). Un film hommage au cinéma, intriguant et dont le scénario tortueux est vraiment intéressant et surtout tient debout. Original et maîtrisé, du très beau boulot.
5,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Dim 30 Sep 2012 - 16:47


Assaut (John Carpenter – 1976)

Pour venger l’un des leurs, une bande de truands va prendre d’assaut un commissariat de police quasiment désaffecté. Les quelques policiers et prisonniers restants vont donc s’allier pour soutenir le siège. Le gros manque de moyen n’empêche pas John Carpenter de proposer un huis-clos tendu, avec une mise en scène intelligente (cadrages, gestion de l’espace), des personnages charismatiques et un scénario simple mais foutrement efficace. Comme quoi, quand on a du talent…
5/6


Killer Joe (William Friedkin – 2012)

Coup fourrés et trahisons dans une famille de rednecks, qui va aller jusqu’à recruter un tueur à gage pour assassiner la matriarche et toucher ainsi l’assurance-vie. Du pur William Friedkin, du climat sale et poisseux au côté étouffant et paranoïaque de la mise en scène, en passant par les personnages en dérive… A 76 ans, le metteur en scène est toujours aussi efficace pour proposer un film noir nerveux, tendu et violent, avec en prime d’excellents comédiens (dont Matthew McConaughey, exceptionnel et terrifiant) et un scénario plein de rebondissements.
5/6


A perdre la raison (Joachim Lafosse – 2012)

L’histoire vraie d’une mère infanticide, étouffée par ses enfants, son travail et sa situation familiale (dont un beau-père omniprésent chez lequel la famille vit). Lafosse prend le parti de condenser 7-8 ans de la vie de la famille en à peine 2h, utilisant pour cela des morceaux de 3-4 minutes, à chaque fois entrecoupées d’ellipses judicieusement placées. On suit donc sans se lasser cette descente aux enfers vraiment bien mise en scène. En plus de cela, la façon de filmer au plus près des visages et l’excellent trio (dont le couple Rahim – Arestrup, déjà installé dans Un Prophète et qui existe donc déjà aux yeux du spectateur, renforçant encore plus le sentiment d’isolement de l’excellente Emilie Dequenne) rend l’ensemble prenant et tendu. Bon les points forts du film sont aussi ses propres limites, mais j’ai plutôt bien aimé ce drame familial (enfin, vous me comprenez).
4/6


Répulsion (Roman Polanski – 1965)

Sa sœur partie en vacance avec son compagnon, une jeune femme mutique et plutôt asociale va rester prostrée dans son appartement, et sombrer peu à peu dans la folie paranoïaque. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans ce film sensitif et vraiment très intrigant, mais force est de constater que Polanski, jouant avec ses thèmes fétiches, se débrouille très bien, aidé en cela par une Catherine Deneuve excellente et puis une mise en scène vraiment osée, labyrinthique, organique, jouant à merveille du noir et blanc. Le film semble annoncer David Lynch et son Eraserhead, ou encore Cronenberg. Rien que ça.
5/6


Camille redouble (Noémie Lvovsky – 2012)

Une mère de famille alcoolique et juste divorcée se réveille dans la peau d’elle-même juste avant ses 16 ans. Elle va revivre les événements qui ont façonnée sa vie : le décès brutal de sa mère, la rencontre avec sa bande d’amies, ou encore son futur mari… qui la quittera plus tard. Réflexion en justesse et plutôt drôle du temps qui passe et des choix que l’on fait, une fable gentillette qui se laisse plutôt bien regarder, avec en prime des comédiens attachants. Bon j’ai lu des critiques comme quoi c’était le film français de l’année, faut peut-être pas déconner.
3,5/6


Savages (Oliver Stone – 2012)

Un trio amoureux (deux cultivateurs professionnels de cannabis et une charmante fille à papa) va se voir proposer un marché par les cartels mexicains de la drogue tout juste débarqués aux Etats-Unis. Ceux-ci refusent, la fille se fait kidnapper, et le jeu sanglant peu commencer… J’avoue ne pas trop savoir ce qu’a voulu faire Stone pour le coup. Déjà il ne délivre aucun point de vue (la drogue c’est bien ou mal ? C’est thérapeutique ou ça amène la violence ?) mais en plus le film est plutôt mou sur toute la première heure, avant d’enfin passer la seconde pour nous proposer un cocktail d’action qui repose sur un scénario plutôt sympathique plein de rebondissements, et des personnages qui vont faire des choix douloureux. Mais bon, heureusement que la mise en scène de Stone arrive toujours à nous faire accrocher au film, sinon il n’y a franchement pas grand-chose à se mettre sous la dent. (à part ça, chose amusante, les grands acteurs utilisés pour le film (Benicio Del Toro, Salma Hayek, même John Travolta) se font finalement voler la vedette par la bande de jeunes nouveaux, en particulier Aaron Taylor-Johnson, déjà vu dans Kick-Ass)
2,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Mer 10 Oct 2012 - 22:15


Le monde ne suffit pas (Michael Apted – 1999)

Malgré un scénario assez prenant qui aurait pu donner matière à un bon film, ce James Bond avec Brosnan se plante admirablement et est plutôt douloureux à regarder (et à revoir pour mon cas) : réalisation terne, scènes d’actions confuses et molle (oui, c’est possible de faire les deux à la fois), acteurs à côté de la plaque (Brosnan mais aussi Sophie Marceau, la palme revenant à Denise Richards), puis des ficelles et scènes tellement grosses qu’on y croit pas une seconde : je veux bien partir du postulat « c’est un James Bond », au contraire, mais même comme ça la scène du sous-marin, désolé, je peux pas. Enfin bref… Je pense qu’on ne peut faire que mieux.
1/6


Cherchez Hortense (Pascal Bonitzer – 2012)

Un professeur de culture chinoise (Jean-Pierre Bacri, qui fait du Bacri pour changer) doit aider l’amie de sa belle-sœur à garder son visa français, et pour ce faire il va devoir parler à son père, haut magistrat, avec qui il entretient des rapports difficiles… ajoutez à cela un couple qui bat de l’aile, et voilà. Malgré un scénario plutôt sympathique le film ne décolle malheureusement quasiment pas pendant 1 heure, et ensuite rien de spécialement intéressant à se mettre sous la dent. Ça se laisse regarder, et le propos sur l’immigration est plutôt intelligent. A part ça, Kristin Scott Thomas joue plutôt bien et Claude Rich est excellent. Bref, une comédie dramatique française de plus…
2,5/6


Vous n’avez encore rien vu (Alain Resnais – 2012)

A la suite de la mort d’un célèbre auteur dramatique, tous ses comédiens fétiches sont convoqués dans une de ses demeures pour assister à une mise en scène nouvelle de sa fameuse pièce « Eurydice », dans laquelle ils ont tous joués auparavant. Le passé ressurgit, et les comédiens vont se mettre à répondre à cette pièce, à se la réapproprier puis à la jouer. Même si on est dans un film « exercice de style », la façon dont celui-ci évolue ne laisse que peu de place à la répétition et la façon dont Resnais joue avec l’histoire pour nous proposer une réflexion sur le cinéma et le théâtre avec plein de mises en abyme intelligentes est vraiment bien fichue. La réalisation est impressionnante, le jeu de la photo aussi, tout comme la musique et surtout cette excellente troupe de comédiens. Ça tourne parfois un tout petit peu en rond mais globalement c’est vraiment le genre de film qui sort du lot et qui en vaut la peine.
5/6


Cul-de-sac (Roman Polanski – 1966)

Un jeune couple habite dans un château, héritage qui a la particularité d’être situé en bordure de mer et entouré d’eau à la marée haute. Deux gangsters blessés trouvent refuge dans le château, et vont vite séquestrer les deux amoureux. Entre comédie dramatique et thriller, un film très original à l’ambiance décalée. On ne sait jamais vraiment sur quel pied danser tout le long du film, quand il faut rire, quand il faut s’inquiéter, et Polanski est constamment sur le fil avec ce mélange de polar, d’absurde et de drame, encore une fois prétexte à ses thèmes fétiches (l’isolement, la paranoïa). En plus de cela d’excellents comédiens (un des premiers rôles de Donald Pleasance, la regrettée Françoise Dorléac ou encore la « gueule des années 30-40 » Lionel Stander). Le noir et blanc est profond, la réalisation vraiment soignée, la musique originale, bref une très bonne surprise.
5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  deadpool_az le Lun 5 Nov 2012 - 1:29


Frangins malgré eux (Adam McKay – 2008)

Un homme et une femme se marient, chacun ayant à la maison un trentenaire dont il n’arrive pas à se débarrasser. Les deux grands garçons vont devoir vivre ensemble, mais ça n’est pas chose gagnée. Une comédie Appatow à message, comme d’habitude (le fait de ne jamais laisser sa part d’enfance complètement disparaître), qui se laisse regarder mais qui semble trop avoir été tourné en roue libre pour qu’on adhère vraiment. Les comédiens en font trop, et l’ensemble manque souvent de rythme. Bon il y a quand même d’excellents moments, mais bon ça ne sauve pas tout.
2,5/6


Ted (Seth McFarlane – 2012)

Un enfant va faire le vœu que son ours en peluche de Noël devienne vivant et soit son meilleur ami, pour la vie… Seulement, une vingtaine d’année plus tard, il se le trimballe encore… et a du mal à se poser avec sa petite amie. Mais l’ours en question en est-il la cause ou est-ce juste une excuse ? Premier passage derrière la caméra pour Seth McFarlane (Les Griffin, American Dad), et un passage amplement réussi puisque même si la réalisation est plutôt plate et que le film connaît quelques coups de mou et finalement suit les passages obligés malgré une volonté d’aller à contre-courant, on se laisse vraiment emballer par le personnage de Ted et puis surtout l’humour corrosif de McFarlane : l’introduction est énormissime, les privates jokes sur Flash Gordon bien gérés, plein de moments WTF comme on les aime… C’est donc très drôle, réaliste et puis il y a aussi des moments d’émotion plutôt bien fichus. Bref une bonne surprise.
4,5/6


Human Lanterns (Suen Chung – 1982)

Deux nobles chinois rivaux, à la suite d’un concours de lanterne, se déclarent officieusement la guerre. L’un des deux veut se procurer la plus belle lanterne pour ridiculiser son concurrent, et va pour cela demander de l’aide d’un marginal, qui a une méthode bien particulière pour les concevoir… Un film intéressant chronologiquement puisque situé à l’époque où la Shaw Brothers et ses wu xia pan périclitait et où le cinéma bis italien commençait à prendre de l’ampleur. On a donc droit à un film mélangeant habilement les deux genres. Si le début est plutôt longuet et ennuyeux, la fin vaut son pesant avec des beaux combats et quelques scènes d’horreur bien fichues, en prime avec un ennemi bien troussé. Bon par contre faut aimer le genre hein, parce que niveau acteurs ou encore réalisation c’est pas trop ça.
2,5/6


Paperboy (Lee Daniels – 2012)

Années 60, des journalistes vont enquêter dans le bayou en Floride pour faire libérer un condamné à mort, aidé de la femme de celui-ci avec laquelle il s’est marié pendant sa détention… Dommage que la mise en scène soit aussi molle et peu immersive puisque le scénario est très bon (autant pour l’atmosphère qu’il s’en dégage, entre tension sexuelle et thriller nerveux, que pour le cadre (lieu, date)) et les comédiens tous excellents, en particulier Matthew McConaughey dont je suis fan depuis Killer Joe. Mais voilà, avec une mise en scène aussi plate, un beau ratage.
2,5/6


Dans la maison (François Ozon – 2012)

Un professeur (Lucchini, excellent) reçoit chaque jour une dissertation d’un de ses élèves (Ernst Umhauer, surprenant), racontant son immixtion dans la vie intime de la famille d’un de ses camarades de classe. Le professeur encourage l’élève, qui va de plus en plus loin… Même si la structure du scénario ne permet pas d’éviter les répétitions, la réalisation intelligente de Ozon (que ce soit la mise en scène que la musique, la photo…) rend l’ensemble assez intéressant, avec en plus des thématiques qui donnent vraiment lieu à réflexion et des dialogues bien servis. Plutôt très sympathique.
4/6


Looper (Rian Johnson – 2012)

Dans le futur, la machine à remonter le temps existe mais elle est illégale. Pour éliminer des gens, les mafias les envoient dans le passé et les font exécuter par des « loopers » : ils assassinent des gens qui n’existent pas encore. Jusqu’à ce qu’un de ces loopers doive s’exécuter lui-même… J’ai un faible pour les films de science-fiction « terre-à-terr », c’est-à-dire qui s’assume mais sans débauche d’effets spéciaux. Looper est de ceux-ci, et son scénario est plutôt bien fichu, avec des pistes très intéressantes sur le voyage dans le temps (avec tous ces paradoxes), même s’il n’évite pas quelques schémas hollywoodiens. Quelques temps mort viennent un peu alourdir le film, mais ils permettent d’approfondir les personnages, et dans l’ensemble le film passe plutôt bien, du bon divertissement intelligent avec quelques beaux temps fort. Le tandem Joseph Gordon-Levitt / Bruce Willis vaut le coup d’œil également. Bonne surprise.
4,5/6


Frankenweenie (Tim Burton – 2012)

Version longue du fameux court-métrage de Burton où un adolescent ressuscite son chien décédé dans un accident de voiture. J’ai un peu l’impression de revoir le Tim Burton des débuts avec ce film forcément cher à ses yeux, entre autre avec ce personnage principal en marge et un peu freaks sur les bords, ou encore cet humour macabre et cet univers noir si particulier. Un scénario plutôt sympa, pas si creux que je le pensais et avec plein de références aux films de monstre chers à Burton (les films de la Hammers : ils y passent tous, mais également le Dracula de Fisher ou encore les keiju eiga). L’animation est magnifique (même si le character design est encore une fois identique aux précédentes prods Burton : Les Noces Funèbres et L’Etrange Noël de M. Jack) et l’ensemble passe très bien, même si la réalisation est parfois un peu trop lourd et appuyée. Mais franchement, je ne m’attendais pas à aussi bien.
4,5/6


L’éventreur de New York (Lucio Fulci – 1982)

Un meurtrier sévit à New York, et des flics sont à ses trousses… Point. Un giallo dans la plus pure tradition, avec une enquête policière, des fausses pistes, une succession de meurtres sauce slasher (mais avant le slasher), des meurtres graphiques, de l’érotisme, une mise en scène sophistiquée, des couleurs travaillées, quelques séquences psyché/oniriques plutôt sympathiques, une musique très expressive. Un film pas trop mal dans son genre, avec de bons moments. Mais bon comme souvent, on a droit à des acteurs mauvais, des dialogues parfois assez risibles, des raccourcis scénaristiques trop grossiers… Dommage.
3/6


Dune (David Lynch – 1984)

La fameuse guerre à l’épice entre les Atréides et les Harkonnen, sur la planète Arrakis. Les Atréides sont attaqués lâchement par leurs ennemis et seuls survivent le fils et la mère de sang royaux sur la fameuse planète désertique, où le fils va se révéler être l’élu pour les Fremen habitants singuliers de la planète… J’ai vu le film une fois il y a une grosse douzaine d’années, je souhaitais donc le revoir avec des yeux « neufs », et finalement mes souvenirs n’étaient pas si éloignées que ça… Condenser une intrigue très complexe, avec énormément de personnages charismatiques et profonds, en seulement 2 grosses heures, ça n’est pas assez. On se perd donc en une succession de dialogues de plus en plus longs et ennuyeux, d’autant que l’emploi de la voix off par Lynch n’est pas spécialement du meilleur effet. Bien sûr, certains points sont réussis, comme le malaise qui s’empare de certaines scènes (notamment celles avec les Harkonnen), certains moments psyché assez sympas ou encore quelques combats, notamment avec la musique de Toto qui convient bien. Mais bon, on a vraiment un film de science-fiction un peu bâtard, inégal malgré quelques fulgurances. En même temps, confier un blockbuster de science-fiction à David Lynch, voilà quoi. ^^
3/6


Un shérif à New York (Don Siegel – 1968)

Un shérif de l’Arizona, aux méthodes très expéditives, est envoyé à New York chercher un détenu qu’il connait bien. Seulement, celui-ci s’échappe et notre shérif va devoir le récupérer avec ses méthodes dans la faune new-yorkaise… 1er film marquant la rencontre entre Eastwood et son mentor Don Siegel, l’ensemble n’a pas beaucoup vieilli et est même plutôt violent vu l’année de réalisation. Un film policier plutôt bien fichu, au scénario suffisamment riche pour nous permettre des scènes complétement différentes (entre autre avec des chocs des mentalités assez savoureux), et puis surtout très bien shooté par Don Siegel, cf. la scène de la baston dans la salle de billard ou encore la course-poursuite finale. Pas un grand film, mais un très bon moment à passer, non dénué d’humour en plus.
4,5/6


Chantons sous la pluie (Stanley Donen – 1952)
Un grand classique qui n’a pas volé sa place. Deux stars du muet vont connaître des destins diamétralement opposés quand le cinéma parlant va percer. Une comédie musicale pleine d’humour, dotée de dialogues irrésistibles, d’excellents acteurs (Gene Kelly en tête) et surtout de magnifiques chorégraphies franchement hallucinantes. C’est très bien réalisé également, dommage juste qu’il y ait un petit coup de mou sur la fin (le segment Broadway pas forcément nécessaire), mais sinon un excellent moment à passer.
5,5/6


Que viva Mexico ! (Sergueï Eisenstein – 1979)

C’est amusant de préciser que le film d’Eisenstein date de 1979 alors qu’il a été tourné en… 1930 ! Mais pour des raisons financières et politiques, cette fiction documentaire n’a été montée que 50 ans plus tard, par un des acolytes d’Eisenstein. S’il conserve bien sa patte, le montage semble être un poil moins rapide. Mais l’ensemble a bien été filmé par le maître russe, ça se sent. Mis à part ça, un film découpé en segment (seul le dernier manque à l’appel et c’est dommage tant l’ensemble formait un tout) qui se veut parfois proche du documentaire (dont la première moitié, intéressante mais un poil trop longue), parfois plus fictionnel, ce qui sied mieux à Eisenstein (le dernier segment est franchement excellent). Bref un film atypique sur les us et coutumes mexicaines des années 30, très intéressant autant sur la forme et sur le fond, et malheureusement assez inégal.
4,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'avez-vous vus récemment ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 39 sur 42 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40, 41, 42  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum