Univers Marvel Ultimate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Univers Marvel Ultimate

Message  deadpool_az le Mer 12 Nov 2014 - 20:19

Pour rappel, l’univers Marvel Ultimate est né en 2001 (ouch !), et était censé proposer une nouvelle interprétation des héros Marvel, débarrassé du poids de la continuité. Bon, malheureusement même si les débuts étaient très prometteurs, l’univers a vite retrouvé les travers de l’univers originel. Néanmoins, afin de rattraper un peu de retard, de (re)découvrir ces séries avec un autre regard (et également une lecture arc par arc, à la place de seulement deux épisodes tous les deux mois à l’époque) et également parce que les auteurs de qualité étant passés sur ces séries sont nombreux, je vais essayer de me replonger dans la lecture intégrale de tout cet univers. Et non pas dans l’ordre de parution, mais dans l’ordre chronologique de l’univers. Ce qui, finalement, change peu de choses. Et puis je vais mettre des notes pour me souvenir et comparer, puisque cette relecture va se faire sur du très long terme, je pense.


Ultimate Iron Man 1 (Orson Scott Card & Andy Kubert)

La 1ère mini-série Iron Man est chronologiquement la plus ancienne histoire dans l’univers Ultimate, et nous raconte l’enfance puis la jeunesse de Tony Stark, sa biologie un peu particulière et son intégration au sein d’une unité de recherche de pointe. C’est Orson Scott Card (les romans de science-fiction La Stratégie Ender) qui se charge de ce récit initiatique, plutôt bien ficelé, intriguant et arrivant sans mal à nous montrer cet extraordinaire rentrant dans le quotidien, avec en plus tout un propos bien fichu sur l’adolescence avec cette bande de potes gravitant autour de Tony, et quelques bons moments de thriller à base de science et de multinationales. Il en profite aussi pour créer le cruel Obadiah Stane, qui va avoir un parcours parallèle à celui de Stark, et fait se connaître Stark et Jim Rhodes (War Machine) dès le début. Le tout est très bien dessiné par Andy Kubert, dynamique et inventif.
4,5/6


Ultimate Iron Man 2 (Orson Scott Card, Pasqual Ferry & Leonardo Manco

Suite directe de la 1ère mini-série, alors que Stark a déjà réalisé son 1er exploit dans l’armure d’Iron Man. Une suite largement moins bonne, qui se perd en bavardage et dans une intrigue faussement complexe, à laquelle on peine à accrocher. C’est dommage, la 1ère mini-série partait tellement bien. Pas mauvais mais même sur les dessins on n’y gagne pas, puisque Pasqual Ferry remplace Andy Kubert. Son trait léger reste agréable mais je n’ai jamais pu accrocher à ce dessinateur, malgré des couleurs claires et pastel lui convenant bien. Donc bof, bof.
2,5/6


Ultimate Daredevil & Elektra (Greg Rucka & Salvador Larroca)

La rencontre de Daredevil et Elektra à la fac, où on suit plus particulièrement Elektra, se « radicalisant » suite à l’agression d’une de ses camarades de classe. Même si cet événement est peu crédible et pas spécialement bien traité, le reste – notamment cette chroniques de l’adolescence, et puis Rucka est toujours aussi bon quant au développement des personnages féminins – est plutôt plaisant, rafraichissant, et même Salvador Larroca se débrouille pas mal, peut-être en grand partie parce qu’il est enfin encré comme il se doit, et que les couleurs pastel conviennent parfaitement à son style.
4/6


Ultimate Elektra (Mike Carey & Salvador Larroca)

Simili-suite de Daredevil & Elektra, où le commerce du papa d’Elektra se retrouve acculé à cause du Caïd et de son sbire Bullseye (qui est d’ailleurs représenté avec une cible gravée sur le front, comme dans le « film » Daredevil). Un récit sans surprise, qui cherche à représenter les guerres de gang sur Hell’s Kitchen, mais beaucoup trop soft pour être marquant. On ne s’ennuie pas vraiment mais rien ne nous interpelle, et cette fois Larroca n’est pas encré, encore moins inspiré, et la mise en couleur fade n’arrange pas les choses.
3/6


Ultimate Fantastic Four vol.1 (Brian M. Bendis, Mark Millar & Adam Kubert)

Les débuts des 4 Fantastiques, qui passent par l’enfance de Red Richards, son entrée dans l’école de génie du Baxter Building jusqu’aux expérimentations allant donner des pouvoirs à ces 4 futurs héros et à Victor Von Fatalis. Un récit très bien géré, plein de trouvailles sympathiques, aux dialogues incisifs et qui pétille d’intelligence tout du long. En plus, l’excellent Adam Kubert y est au top de sa forme et allie dynamisme et précision. Un 1er arc vraiment excellent, et qui fait de la Taupe le 1er vilain de l’équipe, au profil aussi inquiétant que tragique.
5,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Univers Marvel Ultimate

Message  deadpool_az le Ven 21 Nov 2014 - 23:26


Ultimate Fantastic Four vol.2 (Warren Ellis & Stuart Immonen)

Warren Ellis prends la suite de la série, et cet album est centré sur deux parties bien spécifiques : d’une part la découverte de leurs pouvoir par les FF, les expériences qu’ils font afin de comprendre ce qui leur est arrivé, puis la recherche du cinquième larron dans l’histoire : Victor Van Damme a.k.a. Dr Fatalis, qui va finalement les trouver – et les attaquer – avant eux. Dans les deux cas l’histoire est plutôt bien gérée, avec les origines intéressantes de Fatalis d’un côté et pas mal d’humour de l’autre, même si on est au deçà du 1er volet, notamment au niveau des dialogues moins palpitant que ceux du tandem Bendis/Millar. Mais ça reste tout à fait honnête, et en prime Stuart Immonen prend la relève sur les dessins avec tout le talent qu’on lui connait, c’est pro, épuré et dynamique.
4,5/6


Ultimate Spider-Man vol.1 (Bill Jemas, Brian M. Bendis & Mark Bagley)

Historiquement la toute première publication Marvel Ultimate, nous racontant les débuts de Spider-Man et introduisant sur l’album tout ce qui fait l’esprit Spider-Man : son côté introverti en classe, sa romance avec Mary-Jane, son côté scientifique, la piqûre d’araignée, l’oncle Ben et tante May, les valeurs qu’il comprend (un grand pouvoir inspire de grandes responsabilités) suite au meurtre de son oncle, sa Némésis le Bouffon Vert, le Daily Bugle, son humour lorsqu’il combat, enfin bref tout est introduit avec brio dans cet album vraiment excellent, qui arrive à trouver le ton juste et fait un parfait point de départ pour n’importe qui voudrait s’initier au comic-book super-héroïque : amour, action, aventure, émotions, humour, et puis les dialogues d’un Bendis en grande forme. Sur les dessins, Mark Bagley est fidèle à lui-même, j’ai toujours autant de mal avec sa façon de dessiner les visages mais en tout cas pour ce qui est des scènes d’actions, il assure vraiment, dessinant Spider-Man à la perfection.
5,5/6


Ultimate Spider-Man vol.2 (Brian M. Bendis & Mark Bagley)

Sur ce deuxième arc : Peter trouve un job au Daily Bugle, se rend compte qu’il ne peut pas résoudre tous les problèmes en prenant une cuisante défaite face au Caïd, et dévoile son secret à Mary-Jane… Un arc toujours bien mené, notamment au niveau du parcours de Peter à l’école et des relations avec ses camarades, mais néanmoins un peu moins palpitant et accrocheur que le 1er arc, peut-être parce que les parties avec le Caïd et ses sbires, du moins jusqu’à ce qu’il ne devienne réellement inquiétant, sont quelque peu convenues. De la bonne came malgré tout.
4,5/6


Ultimate X-Men vol.1 (Mark Millar, Adam Kubert & Andy Kubert)

1er arc de la série introduisant les mutants dans l’univers Marvel, qui commence fort : suite à des actions terroristes de Magneto et de sa horde de sbires (qui correspond bien à la 1er mouture de la Confrérie des Mauvais Mutants : Vif—Argent et la Sorcière Rouge, le Cerveau, le Crapaud, le Colosse), le gouvernement décide de légaliser les Sentinelles et d’autoriser ces robots géants à traquer et liquider les mutants. Et de l’autre côté, on a notre Professeur Xavier et ses deux élèves, Cyclope et Jean Grey, qui recrutent afin de faire pencher pacifiquement la balance politique en faveur des mutants. Et le groupe des X-Men, outre ces 3 membres, accueille également pour ce 1er arc le Fauve, Wolverine, Tornade, Colossus et Iceberg. Même si cette série a légèrement vieilli, elle proposait vraiment du comics mainstream haut de gamme pour l’époque, et Mark Millar introduit tous les concepts mutants avec brio, tout en esquissant comme il se doit les personnages et en proposant quelques scènes sur vitaminées, aidé par un Adam Kubert en grande, grande forme. Et puis les dialogues viennent d’un Millar en grande forme, alors on prend plaisir à lire les aventures de ces X-Men, qui réinventent le concept avec bonheur.
5/6


Ultimate Marvel Team-Up #1 (Brian M. Bendis & Matt Wagner)

L’idée de la série Marvel Team-Up : faire se rencontrer différents personnages avec Spider-Man. Bon beaucoup de ces récits annexes, limite private jokes, vont rapidement se retrouver hors continuité, mais il n’empêche qu’au niveau graphique de grands auteurs se sont succédés sur cette série. Et ici c’est Matt Wagner (Grendel), très à son aise pour dessiner Wolverine ou Dent-de-Sabre, et pour les scènes de combats entre les deux. Le reste est très, très dispensable.
3/6


Ultimate Marvel Team-Up #2-3 (Brian M. Bendis & Phil Hester)

Encore moins de scénario que sur le 1er episode, il fallait le faire, et Brian M. Bendis l’a fait. Donc juste de la baston et des punchlines moisies de Spider-Man, et ce sur deux épisodes s’il-vous-plait. A oublier, n’en déplaise au trait carré et précis de Phil Hester, qui s’avère plutôt agréable à regarder.
2/6


Ultimate Marvel Team-Up #4-5 (Brian M. Bendis & Mike Allred)

Pas trop de bastons pour ce dyptique (heureusement, ces scènes sont soporifiques au possible), mais plutôt une étude assez verbeuse du personnage de Tony Stark, self-made man qui va se faire kidnapper lors d’un congrès de Stark Industries. Les deux épisodes cernent plutôt bien le personnage, même si ses origines sont totalement différentes des deux mini-séries d’Orson Scott Card. L’ensemble se laisse lire mais c’est quand même loin d’être inspiré, même si Bendis change de son registre habituel. Heureusement, il y a Michael Allred aux dessins (X-Statix, Madman), même si lui aussi semble ne pas trop se fouler.
3,5/6


Ultimate Marvel Team-Up #6-8

Un récit froid et sombre avec le Punisher et Daredevil, où Spider-Man en tient qu’un rôle minime et anecdotique. Rien d’Ultimate là-dedans, puisque le Daredevil présenté ici est strictement identique au Daredevil que Bendis animait avec succès dans la série de l’univers Marvel classique. Et que ce soit ça où ses 1ers travaux (Torso, Jinx, Goldfish), ou encore ses Spawn et Sam & Twitch, on sait que Bendis excelle dans le polar urbain tendance glauque. Et dans le genre, ces 3 épisodes se dégustent même s’il n’y a foncièrement rien d’original là-dedans, mais la rencontre de ces deux personnalités est explosive, et les origines du Punisher très bien (re)racontées. Et en plus, c’est Bill Sienkiewics qui se charge du dessin. Et même si c’est loin d’être un dessinateur accessible, ses planches sombres et griffonnées rageusement rendent honneur à l’excellent scénario de Bendis et recèlent vraiment d’excellents moments. Très bon.
5,5/6


Ultimate Marvel Team-Up #9

La rencontre de Peter Parker, puis de Spider-Man, avec… Les 4 Fantastiques et leur monde exubérant ! Un bon gros délire bien WTF, dispensable forcément, hors continuité également puisque la future série UFF donnera des origines différentes au groupe, mais dans tous les cas un très bon moments à passer, plein de situations délirantes et de private jokes, tout en respectant l’esprit des FF. Et en plus, c’est un Jim Mahfood en grande forme qui s’exprime sur les dessins, et qui nous glisse des références et des clins d’œil à chaque page. Très sympathique.
4,5/6


Ultimate Marvel Team-Up #10

Un récit fantastique/horrifique, avec, d’une part, la genèse du Lézard, un des ennemis de Spider-Man, et d’autre part quelques légendes faisant état d’une créature (Man-Thing donc) qui parcours les égouts de New York. L’épisode contient pas mal de récits en prose, et même si l’ensemble est plutôt bien mené, rien d’original ni de palpitant dans ce récit sans grandes surprises. Reste le trait de John Totleben (encreur de Stephen Bissette sur les Swamp Thing d’Alan Moore), très classique mais élégant, profond, malheureusement gâché par la colorisation.
3/6


Ultimate Marvel Team-Up #11 (Brian M. Bendis & Chynna Clugston-Major)

La rencontre de la bande de lycéens de Peter Parker et de l’équipe des X-Men, les 2 groupes profitant de leurs temps libre pour se render dans un grand centre commercial. Bon malheureusement plus de la moitié des dialogues tombent à plat à cause de la traductrice qui a voulu faire djeunz dans le langage et qui rend tout has-been. Mais bon même à part ça, les échanges entre les groupes sont au mieux sympathiques, et à part quand est abordé le sujet « mutant », le reste est bien plat, et les dessins typés manga de Clugston-Major sont peu ragoûtants. Bof bof.
3/6


Ultimate Marvel Team-Up #12-13

Encore un rôle franchement anecdotique pour Spider-Man, pour un récit largement centré sur le Dr Strange, ses origines originales (oui oui !) et, forcément, un récit à base de mysticisme et de magie mais aussi avec beaucoup d’humour. Un délire plutôt bien géré, et servi par le trait très particulier de Ted McKeever, très typé indé, nerveux, et avec un style expressionniste et décalé très agréable pour peu qu’on prenne un peu de temps sur ses dessins.
4/6


Ultimate Marvel Team-Up #14 (Brian M. Bendis & Terry Moore)

Une simple histoire d’espionnage introduisant la Veuve Noire, puis Nick Fury, avec encore une fois Spider-Man qui joue plus les guest-stars anecdotiques qu’autre chose. Ça se lit, et… c’est tout. Le personnage de la Veuve Noire est peu développé, l’intrigue est simple au possible, et même le très bon Terry Moore semble légèrement s’ennuyer sur les dessins, malgré un beau rendu de son Spider-Man.
3,5/6


Ultimate Marvel Team-Up #15-16 (Brian M. Bendis, Rick Mays & Jason Martin)

Shang-Chi, le maître du kung-fu traqué par des hordes de yakuzas, avec en parallèle une jolie fable illustrée par de magnifiques estampes de Jason Martin. Le reste du dessin, composé par Rick Mays, est très inspiré du manga et fin, pur, vraiment agréable à l’œil. Et pour le reste, ces 2 épisodes font très « fable asiatique », le côté exotique ressort bien et même si ça n’est pas des plus original, c’est très joliment raconté.
4/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Univers Marvel Ultimate

Message  deadpool_az le Jeu 27 Nov 2014 - 22:56


Ultimate Spider-Man Super Special (Brian M. Bendis & Divers)

Un court récit d’une cinquantaine de pages faisant un petit point sur l’univers Ultimate, de tous ces changements ayant eu lieu dans un monde « classique », sans super-humains, le tout narré par Peter Parker. Brian Bendis arrive à être clair et prenant sans être redondant et il arrive sans mal à nous faire rentrer dans la peau de Spider-Man, voire de n’importe quel quidam ébahi par ce qui se passe devant lui. Et pour le coup, hormis quelques passages illustrés par Bagley, la partie graphique est illustrée par toute une palette de grands artistes : de l’indé (James Kochalka, Jim Mahfood, Craig Thompson), des collaborateurs de Bendis (Maleev, Avon Oeming, Gaydos, Mack), des inconnus qui montent (Cho, Phillips, Burrows, Wood) et des grands classiques (Romita Sr, Sienkiewicz, Gibbons). Et donc on en prend plein la vue.
4,5/6


Ultimate Spider-Man vol.3 (Brian M. Bendis & Mark Bagley)

On reprend un peu la suite du volume 1 ici, avec un Dr Octopus qui sort de la catastrophe à la Osborn Corp totalement défiguré et à moitié cinglé et qui cherche à tuer Osborn, Justin Hammer et Peter Parker. Tout ça pendant que le chasseur médiatisé Kraven se fait un coup de pub en allant à la chasse au Spider-Man. Un excellent récit, tant sur le plan humain (Bendis est vraiment excellent pour ce qui est de narrer la vie intime de Peter Parker, au lycée, avec MJ ou encore avec sa tante) qu’au niveau de l’action et des rebondissements (Doc Oc est réellement flippant et Bagley le dessine iconique au possible). Et le côté industriel/nouvelles technologies avec Hammer et toutes les expériences liées plus ou moins au SHIELD est savoureux. De la très bonne came.
5,5/6


Ultimate X-Men vol.2 (Mark Millar, Andy Kubert, Adam Kubert, Tom Raney & Tom Derenick)

Les X-Men sont capturés par l’Arme X pour effectuer des opérations anti-terroristes sous la contrainte… Heureusement que Wolverine veille. Deuxième arc de la série mutante, encore une fois très bien géré par un Mark Millar inspiré, qui arrive à animer une vingtaine de personnages sans aucun souci. Les thématiques des séries mutantes sont bien respectées, les dialogues excellent et le recyclage de l’univers Marvel classique est encore une fois original et cohérent. Les dessins sont assurés par les très dynamiques Andy & Adam Kubert (dont un retour dans le passé de Wolverine magistralement encré par le vétéran et regretté Joe Kubert), dommage que les fill-in artistes viennent un peu mettre à mal l’uniformité de la partie graphique. Et autant un Tom Raney, même s’il a son style à lui, est plutôt agréable à l’œil, autant le statique Tom Derenick massacre toutes les parties qui lui ont été confiées.
5/6


Ultimate Spider-Man vol.4 (Brian M. Bendis & Mark Bagley)

Présumé mort, Norman Osborn a.k.a. le Bouffon Vert revient, tout comme son fils Harry Osborn qui retourne au lycée ! Encore une fois un récit haletant et bien mené, plein de rebondissements et où la vie privée de Peter Parker, notamment ses dissensions avec sa tante May, sont très bien gérées. Y a rien à dire, USM est une série de super-héros classique mais remarquable, tout en reprenant parfaitement l’univers et les thématiques de l’univers de Spider-Man. Quelques moments forts en perspective, notamment au sein du bureau de Norman Osborn… Et comme d’habitude, Bagley n’est pas le plus doué pour représenter les visages humains mais est sacrément dynamique dès qu’il s’agit de mettre en image des combats. Très bon encore une fois. Et contrairement à UXM, USM n’a pas pris une ride malgré l’âge.
5,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Univers Marvel Ultimate

Message  deadpool_az le Jeu 15 Jan 2015 - 0:06


Ultimates vol.1 : Super-Human (Mark Millar & Brian Hitch)

Avengers version Ultimate. Du comics moderne haut de gamme, qui reste encore dans le haut du panier des comic-books nouvelle génération. Tout est mémorable : les personnages, les dialogues, les situations, et Millar arrive parfaitement à doser l’intime et l’action la plus badass, l’humour et l’émotion. Tout en proposant une relecture fidèle du comic-book d’origine. Du culte en barre. Et le dessin réaliste de Bryan Hitch, qui nous propose un trait un peu plus fouillé et torturé que sur Stormatch/The Authority, est juste PARFAIT.
6/6


Ultimate X-Men vol.3 (Mark Millar, Chuck Austen, Esad Ribic, Adam Kubert & Chris Bachalo)

3 récits différents dans cet album : tout d’abord 2 épisodes centrés sur le personnage de Gambit, par Austen et Ribic. Déjà que le personnage est l’un des plus inutiles de l’univers Marvel, lui adjoindre un des scénaristes les plus insipides du moment est un sacré tour de force. Et donc sans surprises, il en résulte un récit mal raconté, niais et con. Ribic quant à lui assure le service plutôt efficacement, mais sans étincelle. S’ensuit un épisode de Millar et Kubert faisant le point sur l’univers des mutants, de façon très discrète et pourtant pleine de sens, vraiment un très bon épisode. Et le gros de l’album est composé de l’arc World Tour, qui va voir nos mutants faire face au fils de Charles Xavier et Moïra McTaggert, le mutant omnipotent Proteus. Quelques autres histoires annexes gravitent autour du pivot Proteus (dont un Colossus quittant le groupe), et Millar nous propose un récit vraiment tendu, sombre et bourré d’action, où nos X-Men vont devoir user de toutes leurs ressources pour se tirer à bout de cette menace. Sur les dessins, Kubert et Bachalo se partagent la donne. Kubert est toujours aussi efficace et prenant, mais en plus c’est un Bachalo des grands jours qui assure une bonne partie du graphisme : un Bachalo avec plus de personnalités qu’à ses débuts (Death), mois fouillis qu’avant (Steampunk) et qui ne se singe pas comme aujourd’hui. Et c’est vraiment la grande claque graphique.
You Always Rememberg Your First Love (#13-14) : 2/6
A Different World is Possible (#15) : 5/6
World Tour (#16-20) : 5,5/6


Ultimate Adventures

Ron Zimmerman nous pond les aventures d’un simili-Batman adoptant un orphelin qui va devenir à terme son sidekick. Dommage que Zimmerman n’ait pas percé à l’époque parce que ses quelques œuvres sont vraiment très bonnes, en particulier cette mini-série très fun, drôle et pleine d’émotion. Et puis avec en plus un gros côté barré-WTF très sympathique. Et Duncan Fegredo reste un grand dessinateur, injustement mésestimé. Efficace et très pro, avec cette touche indé pas désagréable du tout. Une mini-série vraiment très, très sympathique. Dommage que ça n’ait abouti à rien par la suite.
5,5/6


Ultimate Spider-Man vol. 5 : Public Scrutiny

Un arc vraiment sans temps mort où un gangster se déguise en Spider-Man pour commettre ses méfaits. Ajoutez à cela les tensions entre Peter et MJ, surtout avec Gwen Stacy, le père de celle-ci qui meurt… Bendis gère encore vraiment tout ça à la perfection, alternant action, émotion, réflexions sur l’image… Et puis cette maîtrise du suspens rend vraiment la lecture de l’album palpitante. Mark Bagley est lui toujours égale à lui-même, très correct et qui contribue à l’identité de la série, avec un petit côté classique presque old school qui finalement n’a pas vieilli. Très bon, pour changer.
5,5/6


Ultimates vol.2 : Homeland Security

Après Hulk dans le 1er arc, ici les Ultimates vont être confrontés à une énorme menace : des extra-terrestres (appelés Chitauris, ou encore Skrulls…), qui ont infiltré la Terre depuis des dizaines d’années. Et Mark Millar arrive encore avec une apparente facilité à nous proposer de l’excellent blockbuster qui pète de partout, tout en gérant son groupe de super-héros avec brio, multipliant les conflits, les interactions, les punchlines qui font mal. S’il y a bien quelque chose qui frappe dans cet excellent album ce sont vraiment les dialogues, et la malice et l’irrévérence avec lesquels Millar assène ses idées, qui sont nombreuses. Sans parler des scènes cultes (l’introduction d’Oeil-de-Faucon et de la Veuve Noire pour un nettoyage de building à la Matrix est un grand moment), du style à la fois comic-book et réaliste d’un Bryan Hitch qui n’aura jamais été aussi bon, de la réactualisation de l’univers Marvel… Juste. Trop. Bien.
6/6


Ultimate Spider-Man vol.6 : Venom

On croyait avoir affaire à une saga des clones au tome précèdent, pas du tout, mais Bendis nous donne du Venom ici. Et tout y passe, du moment où il était juste une sorte de nouveau costume pour Peter jusqu’à l’assimilation d’Eddie Brock. Un volume chargé d’émotion, surtout qu’Eddie se trouve être un ancien ami d’enfance de Peter : leurs parents respectifs se connaissaient, et donc ce tome est pas mal centré sur les parents de Peter, la notion d’héritage… Avec en plus cette immense menace qu’est le symbiote. On retrouve aussi le Dr Curt Connors / Le Lézard, auparavant seulement apparu dans UMTU, en scientifique. Encore une très bonne histoire, peut-être un poil trop étirée mais qui se lit du début à la fin sans déplaisir. Et Venom promet d’être une grosse menace pour la suite.
5/6


Ultimate X-Men vol.4 : Hellfire and Brimstone

Beaucoup d’histoires dans cet album : Wolverine et Cyclope qui vont en Terre sauvage, le recrutement de Shadowcat, les Mauvais Mutants qui se regroupent et retrouvent Magneto, le Club des Damnés qui font sortir la puissance Phénix de Jean Grey… Beaucoup de choses, mais toujours aussi bien géré par Mark Millar, qui bouillonne vraiment d’idées et de trouvailles pour nous concocter cet ensemble vraiment détonnant, pas le plus intense des albums mais qui va de surprises en surprises. Et puis Millar en profite pour introduire encore plein de données de l’univers des mutants Marvel, et commence à étoffer son casting… Ce qui rend encore très bien et fait gagner la série en profondeur (et ce qui causera son déclin par la suite). Adam Kubert est très bon, dynamique au possible, et puis surtout Kaare Andrews, avec un rendu très « dessin animé 2000 », propose vraiment des magnifiques planches qui conviennent parfaitement à la série. Du très bon, encore.
5/6


Ultimate War

Et bim ! 1er crossover ! Et pas n’importe lequel : Magneto revient tandis que les Ultimates sont aux trousses des X-Men. 4 épisodes très tendus, sombres, durant lesquels le terroriste Magneto se révèle complétement. Il n’empêche que cet arc – très bien géré au demeurant – manque un peu de surprises, malgré quelques moments chocs. Mais bon, tout est pardonné grâce à un Chris Bachalo de haut niveau (quasiment au niveau de son œuvre phare Steampunk), avec son trait un peu manga et tout en rondeur, ses noir profonds, et surtout son storytelling vraiment maîtrisé, très cinématographique et qui rend ici bien compte de la puissance des assauts. Nice.
5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Univers Marvel Ultimate

Message  deadpool_az le Mer 25 Fév 2015 - 21:29


Ultimate X-Men vol.6 : Return of the King (Mark Millar, Adam Kubert & David Finch)

Tout dernier arc de Mark Millar, qui n’y va pas avec le dos de la cuillère en faisant revenir un Magneto plus déterminé que jamais bien décidé à – tout simplement – exterminer l’humanité. Tous les personnages sont ici mis à contribution de cette histoire sans temps mort, qui encore une fois multiplie les rebondissements, les morceaux de bravoure, les clifhangers de la mort qui tue, l’émotion, et servi par des dialogues très inspirés, plein de malice et d’imagination, et des idées encore une fois savoureuses. Adam Kubert nous régale, et le réaliste/statique/Image 90s David Finch fait un travail plutôt honnête, avec parfois quelques très belles planches, même si son style correspond vraiment à du dark comics pour ado à la Spawn ou The Darkness… Fin du run de Millar donc, qui en profite pour clore ses histoires tout en laissant vraiment de la belle matière à travailler pour son successeur, Brian M. Bendis.
5,5/6


Ultimate Spider-Man vol. 7 : Irresponsible (Brian Bendis & Mark Bagley)

La rencontre et collaboration de Spider-Man avec les X-Men, à cause d’un lycéen mutant (Geldof, personnage inédit donc) qui cause du dégât. Pas la plus formidable des aventures de Peter Parker, mais néanmoins de quoi nous tenir en haleine tout du long. Bendis dose encore ses albums comme il faut : la partie super-héroïque (quelques interactions savoureuses avec les membres des X-Men) et la partie vie privée (avec MJ, avec les camarades d’école, avec tante May – dont un excellent épisode où elle consulte un psychiatre), de l’humour, de l’action, de l’aventure. Une constance admirable dans la qualité.
5/6


Ultimate X-Men vol. 7 : Blockbuster (Brian Bendis & David Finch)

Ca y est, Millar quitte le bateau et c’est Bendis qui prend la suite des aventures des X-Men… Surtout pour le pire. Le scénariste n’a jamais été très doué pour animer une équipe de super-héros, et en plus ici il débute… Et du coup, cet album revenant un peu sur le passé de Wolverine est plutôt une histoire de « Wolverine et… » qu’une histoire des X-Men. Puisqu’il y rencontre tour à tour Spider-Man, Daredevil, la Veuve Noire puis enfin ses collègues. Et puis rien de spécialement intéressant dans ce récit plutôt poussif et sans surprise, où la décompression est utilisé au maximum (en gros : 3 ou 4 épisodes auraient largement suffit au lieu de 6). Puis le minutieux mais statique Fincher se charge du dessin, et là encore on perd le côté hype et sense of wonder des X-Men pour une approche sombre faussement adulte… Bof bof…
3/6


Ultimate Six (Brian Bendis & Trevor Hairsine)

Après un crossover entre les Ultimates et les Ultimate X-Men (Ultimate War), nos Ultimates vont cette fois travailler avec Peter Parker – Spider-Man : en effet, 5 de ses ennemis vont se libérer d’une enceinte du SHIELD où ils étaient emprisonnés illégalement : le Bouffon Vert, Doc Ock, l’Homme-Sable, Electro et Kraven le Chasseur. L’idée est bonne, le traitement un peu moins. Même si la grosse menace que représente cette équipe, et plus particulièrement Osborn et Octopus, est bien rendue, ces 7 épisodes se perdent en blabla pas forcément mal écrits mais sans grand intérêt. Au moins Millar mettait un peu de fun et de hype dans ses dialogues, alors que là c’est très plan-plan. Et puis toute cette montée progressive de la tension, avec Spider-Man qui rejoint le SHIELD en milieu d’arc, est réduite à néant par un épisode d’affrontement pas très folichon. Sur les dessins, Trevor Hairsine se débrouille plutôt bien, son style m’est assez indifférent mais ce mélange comic-book / réalisme est bien dosé, et il sait rendre ses planches dynamiques.
3,5/6


Ultimate Spider-Man vol.8 : Cats & Kings

Deux histoires dans cet album, chacune avec le Caïd en protagoniste principal : lors d’une bataille politique pour un district, puis lors d’un affrontement Chatte Noire (dont on découvre la version Ultimate ici) et Elektra, sbire du Caïd. Dans les deux cas encore une fois c’est bien exécuté, rythmé, les dialogues sont consistants mais très bien écrits, et puis Peter Parker est toujours confronté à des situations pour l’instant inédites, les personnages évoluent… Rien à redire, tout bon.
5/6


Ultimate Spider-Man vol.10 : Hollywood

Un album avec une mise en abîme assez savoureuse puisque se monte le film « Spider-Man », produit par Avi Arad, réalisé par Sam Raimi, avec Tobey Maguire dans le rôle de Spider-Man et… Bruce Campbelle dans celui de Mysterio ! ^^ En parallèle à ça, Doc Ock revient causer des ennuis à Peter Parker et Gwen apprend la vérité sur son alter-ego Spider-Man. Un album un peu moins intéressant, sûrement à cause des événements autour de Doc Ock assez convenus et finalement peu palpitants (paf, bim, boum), mais qui reste néanmoins de bonne qualité, également grâce à un Mark Bagley toujours aussi constant et très efficace pour ce qui est des scènes d’action.
4,5/6

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3249
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Univers Marvel Ultimate

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum