Hellfest 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hellfest 2014

Message  deadpool_az le Dim 13 Juil 2014 - 9:58



Alors voilà, il y  a quelques semaines on a été au Hellfest avec Piti Ness, et donc petit compte-rendu de ce petit périple de quasiment 5 jours :p

Jeudi 19 juin

Départ le jeudi 19 juin en début d’aprèm (Piti Ness travaillait le matin), et après plus de 7h de route et la France traversé en intégralité dans sa largeur (et des métalleux croisés à nos deux arrêts sur une aire d’autoroute, alors qu’on était quand même parti en dehors des créneaux horaires de la plupart des festivaliers qui étaient partis soit jeudi matin soit partait le vendredi matin ^^) nous voilà enfin arrivés sur Clisson, en Loire-Atlantique ! Forcément, quelques bouchons mais tout se passe bien (allez, 15 minutes à tout casser). On arrive sur une longue route où des voitures sont garées des deux côtés et tout du long, et plein de métalleux à pied et plein de matos qui vont dans une seule et même direction : sans réfléchir, on se gare à la première place libre et on décharge tout notre matos. On demande quand même à quelques personnes si on va bien en direction de l’entrée et du camping pour s’en assurer, et c’est partie ! Au passage, les gens ont halluciné que nous ayons une si bonne place de parking : en effet, sans le vouloir on est garé à à peine 500m du festival ! ^^. Et heureusement, puisqu’on en trimballe du matos. En gros :
- De quoi camper (tente + matelas gonflable + oreillers + duvets)
- De quoi manger le matin et le soir en rentrant des concerts, donc du sucré (biscuits, brioche, fruits) et du salé (saucisson, saucisson et saucisson)
- De l’eau !
- Des fringues pour 4 jours
- Du nécessaire de toilette
- Et plein d’autres trucs essentiels (ses papiers, le pass du Hellfest !!, appareil photo, boules quiès, GPS, sacs à dos, sacs poubelles, running order, etc etc.)

Après la pose des bracelets (et là encore pas beaucoup d’attente), on est catapulté dans une sorte de place centrale avec des magasins de fringues et autres attractions de tous les côtés (tatoueurs, vendeurs de CD, points infos, etc.), le tout dans un décor métal/gothique mais également festif, presque à la Disneyland. Et oui, ils ont carrément créés des rues et des pignons de maison uniquement le temps du festival ! De ce point central, deux options : d’un côté les différentes scènes de festival (fermé puisqu’on est jeudi), de l’autre le camping. Et donc, direction camping ! Et comme le festival a accueilli en moyenne 50 000 festivaliers par jours, je pense qu’il devait y avoir dans les 10 000 – 15 000 tentes, rien de moins ! On trouve un bon emplacement, là encore pas loin du festival (mais pas trop près non plus des aires de réunions de festivaliers, pour pas avoir trop de bruit la nuit), on installe tout notre matos, et on part faire un tour sur la place centrale pour s’imprégner un peu de l’ambiance électrique mais également très bon enfant qui règne dans le festival !



Parce qu’il faut bien le dire, le Hellfest vaut le coup pour les concerts, bien évidemment, mais ce qui donne envie d’y revenir malgré le coût et la distance c’est également ce décorum proprement hallucinant qui immerge vraiment dans un autre monde : on est comme dans une bulle le temps de ces quelques jours, et puis il y a l’ambiance. Les métalleux ont toujours été très bon publics, drôles, tolérants, et encore plus au Hellfest que dans les autres festivals/concerts qu’on a pu faire. Et puis rien que pour les déguisements (pêle-mêle on a croisé des Powers Rangers, Pikachu, vikings, barbares, licornes, vaches, DSK, Blanche-Neige, Jésus, des nanas les seins à l’air, Bob l’éponge, Duffman, des Schtroumpfs, bref un nombre impressionnants de « costumes » en tous genre), l’humour (les phrases running-gags du festival : « Philippe ! Je sais où tu te caches ! », « A 8 ans ça porte pas plainte », « A-OUH ! A-OUH ! A-OUH » (du film 300) ou encore « Libérez l’apéro ! »). Enfin voilà, le Hellfest c’est un gros mélange de culture métal, de pop-culture, d’humour beauf, de second degré et de WTF. Bon bien évidemment sur les 152 000 personnes que le festival a accueilli sur les 3 jours il y a toujours des cons, des relous, des gens pas respectueux, mais ça constitue vraiment une minorité.

Et avant de parler des concerts (suspens !), juste un point sur le monde : le festival a clairement atteint ses limites en terme de spectateurs, mais avec un peu d’organisation il était assez facile de savoir où aller et quand y aller pour les besoins essentiels (bouffe / toilette), et on a rarement attendu plus de 10 minutes pour l’un ou pour l’autre avec Piti Ness. Pareil, les points douches (en nombre clairement insuffisants par contre) sont assaillis les matins ? OK, on prend nos douche après les derniers concerts, il n’y a quasiment personne. Voilà, avec un peu d’organisation, on arrive très bien à avoir ce qu’on veut quand on veut malgré la densité du festival. Maintenant, parlons concerts !

Pour info, le Hellfest propose 6 scènes différentes, dont 3 jouent en même temps, puis les 3 autres, et ainsi de suite. On a donc :
- Sous un même chapiteau, la Temple et la Altar, spécialisés respectivement dans le Black Metal et dans le Death Metal
- Sous un autre chapiteau, la Valley, orientée Sludge et Stoner
- Sur une petite scène au fond, la Warzone, orientée Punk,
- Enfin, les deux scènes principales, côte à côté, les Mainstage 1 et 2. Ces scènes ne sont pas spécialisées dans un type de musique en particulier mais sont plutôt là pour accueillir les têtes d’affiches, les groupes les plus connus et également les plus fédérateurs, les plus accessibles (enfin accessible entre guillemets, ça reste quand même du metal)






_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hellfest 2014

Message  deadpool_az le Dim 13 Juil 2014 - 10:05

Vendredi 20 Juin

Quant à nous, on arrive, on découvre ! On a voulu se la jouer fort au début en arrivant dès 10h30, mais le temps de rentrer sur le site (avec la fouille et tout), on a finalement vite préféré découvrir l’endroit plutôt que de se caler vers les concerts, d’autant que les premiers avaient déjà commencé. On traînasse donc un peu vers les différentes scènes, 1er contact avec le black metal pour quelques minutes de Necroblood, dans le Temple (vraiment pas notre truc), et on va entendre au loin Mars Red Sky dans la Valley : du stoner classique, peut-être un peu trop. On se ballade, on se ballade, et on va directement à la grande roue (une nouveauté du festival, qui a semble-t-il très bien été apprécié par les festivaliers) afin d’avoir une vue d’ensemble du site. Eh ben, c’est sacrément grand !

On écoute assez distraitement nos premiers groupes sur les Mainstage : Nightmare, du power métal plutôt bien troussé, et Doyle Airence, du metal hardcore assez accrocheur mais légèrement trop brutal pour que je n’adhère complétement.

1er concert où on s’est placés bien devant : les japonais de Crossfaith, qui pratiquent un metal moderne teinté d’électro. C’était franchement sympas, le groupe a tout donné, était dynamique au possible, et a vraiment mis une ambiance de feu dans le public dès midi, en faisant participer le public tout au long de la courte demi-heure qui leur était attribuée (circle-pit, death wall et compagnie).



Après cela je pense qu’on a été mangé, parce que je ne me souviens pas vraiment de la prestation de Fueled by Fire sur la Mainstage. On est revenu pour Satan, un vieux groupe anglais de heavy metal étiqueté NWOBHM. Pas mal du tout, du heavy metal très classique mais bien interprété.

Retour tout devant pour Toxic Holocaust, qui fait partie des groupes phares du revival thrash metal. Certes il n’a pas le côté punk assez jouissif d’un Municipal Waste, mais le groupe a plutôt bien assuré en proposant des titres ultra-rapides et plein de riffs prenants, avec son côté très noir à la limite du second degré. On change de côté de mainstage pour bien se placer devant Powerman 5000, groupe de Michael Cummings a.k.a. Spider One, petit frère de… Rob Zombie ! Son metal indus rempli de références pop-culturelles ressemble donc assez fortement à celui de son frère, mais les deux sons restent quand même différents. Et c’était plutôt franchement bien, très entraînant (même si le public a mis un petit moment à se lâcher) et surtout très vite accessible et plein de bonne humeur.





Après, deux groupes plus ou moins vus sur les Mainstage qu'on aura squatté tout le reste de la soirée : d'une part M.O.D. (qui veut dire Method of Destruction), groupe fondé par Billy Milano qui officiait auparavant dans S.O.D. (Stormtroopers of Death ^^), que j'ai écouté de loin en cherchant Piti Ness. On s'était mal compris et du coup on s'est perdus de vu le temps de ce concert ^^ Mais pour le peu que j'en ai entendu, il s'agissait de metal hardcore plutôt efficace et le combo semblait bien dynamique. On a écouté d'une oreille ensuite Therapy?, du metal alternatif plutôt grand public et qui a eu l'air de beaucoup plaire. Puis on arrive en fin d'aprèm, c'est l'heure de bien se positionner et de rester debout pour l'avalanche de groupes cultes qui vont suivre !

Tout d'abord Trivium, du metalcore bien rodé et très efficace. Bon malgré la bonne prestation du groupe j'ai un peu de mal à accrocher à leur musique : c'est très professionnel mais ça manque de caractère, d'une patte, et c'est un peu trop bourrin pour moi. Vient ensuite le grand Rob Zombie, qui déboule directement avec les titres "Superbeast", "Living Dead Girl" et "Dragula". Du coup on s'est regardé avec Piti Ness l'air de dire "le gars il grille toutes ses cartouches dès le début". Alors le reste du set était composé de quelques autres titres de Rob Zombie, de reprises du précédent groupe White Zombie, de solos (dont forcément des solos de John 5, un des plus grands guitaristes actuels et néanmoins sous-exploité dans le groupe Rob Zombie) et de quelques reprises, notamment de Metallica ("Enter Sandman"), Diamond Head ("Am I Evil ?") et Alice Cooper ("School's Out"). Même si le public était enthousiaste au possible, la prestation très bonne et le son très correct, cette avalanche de morceaux de reprises, de discussion de Rob Zombie... sentait un peu le remplissage. On a donc passé un très bon moment mais ça ne faisait pas très "concert", au sens propre du terme.





S'ensuit... Sepultura ! Groupe de thrash metal brésilien aux sonorités tribales qui a livré une excellente prestation, peut-être un poil trop carré (ça manquait un peu de spontanéité), mais on sentait le groupe vraiment heureux d'être là et tous les hits du groupe y sont passés, notamment "Roots Bloody Roots" et même l'excellent "Ratamahatta" qu'ils n'interprètent pas toujours !



Iron Maiden arrive ensuite, qui est sûrement le groupe à avoir officié devant le plus grand nombre de spectateurs tant la foule était d'une densité impressionnante. Et pour le plus grand plaisir de tous, il s'agit de leur tournée "Maiden England", qui voit le groupe reprendre leurs albums classiques, jusqu'à l’album Fear of the Dark datant de début 90. Le son est excellent, le groupe très en forme notamment le chanteur Bruce Dickinson qui court partout, parle en Français, nous donne le score de France-Suisse en direct entre deux chansons, ou encore les trois guitaristes parfaitement rodés qui se partagent les solos comme il faut. Tous les titres cultes de la période y passent les uns après les autres : "Moonchild", "Can I Play with Madness", "2 Minutes to Midnight", "The Trooper", "The Number of the Beast", "Run to the Hills", "Wasted Years", "Seventh Son of a Seventh Son", ou encore la cultissime et ultra-entraînante "Fear of the Dark", le tout avec des backdrops qui changeaient selon les chansons et avec des maquettes animées d'Eddy (la mascotte du groupe) franchement impressionnantes ! Sauf quand le groupe interprète "Révélations" en disant qu'ils l'interprètent dorénavant en remplacement de "Afraid to Shoot Strangers" ! Euh oui mais nous cette dernière est une de nos chanson préférés de Maiden >< Mais bon un concert excellentissime, et une fois le groupe parti la sono met le titre "Always Look on the Bright Side of Life" des Monthy Python et on voit tous les festivaliers repartir tranquillement d'un endroit à un autre en sifflotant la chanson... Épique ^^





Après ces plus de 5 heures à rester debout, on décide de voir Slayer assis et sur écran. C'est la troisième fois qu'on les voit en festival, et comme d'habitude le groupe de thrash metal assure comme c'est pas permis. Le son est parfait, c'est bourrin mais surtout ultra-maîtrisé. Un rouleau compresseur qui envoie comme c'est pas possible. Le groupe Death passait en même temps sur une autre scène, un des groupes précurseurs du death metal, dommage. Après cela on  écoute juste le début de Sabaton, groupe de power metal qui commence à sérieusement faire parler de lui. Même si ça n'est pas mon trop mon truc, leurs chansons guerrières épiques rendent franchement bien sur album. Par contre là le son était franchement moyen, on peinant à bien entendre la voix du chanteur. Du coup on est rentrés se coucher, sans même attendre le groupe de thrash Death Angel, qui apparemment a livré une prestation assez moyenne.



Dernière édition par deadpool_az le Dim 13 Juil 2014 - 10:49, édité 2 fois

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hellfest 2014

Message  deadpool_az le Dim 13 Juil 2014 - 10:15

Samedi 21 juin

Comme on ne veut pas se presser et surtout bien profiter des concerts qu'on a vraiment envie de voir, on ne se rend pas à la 1ère heure au festival mais seulement autour de 11-12h, pour voir un tout petit bout de Of Mice and Men sur la Mainstage. Du metalcore sans grande originalité mais plutôt bien exécuté. Direction ensuite sur l'Altar pour voir si Benighted n'est pas trop extrême pour nos oreilles. Et bien, si. Le groupe français a beau monter en puissance de façon assez impressionnante ces derniers temps, leur jeu considéré comme du "brutal death metal" (jugez du terme) est vraiment trop hardcore pour nous. Du coup on retourne sur la Mainstage voir Lez Zeppelin, groupe féminin de reprise de Led Zep'. Assez moyen, le groupe se contentait de répéter les grands succès du groupe et en faisant trop dans le psyché, le lancinant, les années 70... N'est pas Robert Plant ou John Bonham qui veut. Encore du metalcore ensuite avec Miss May I, qu'on a encore écoute d'une oreille peu attentive en allant chercher à manger. Sympa, sans plus.

Debout et tout devant ensuite pour Skidrow, un des grands noms du hard rock du début des années 90. Mais exit Sebastien Bach, et le nouveau chanteur arrivé en 2000 peine à assurer les titres accrocheurs et très hard FM du groupe ! Un groupe assez attendu et qui livre une prestation plutôt moyenne. On reste ensuite un petit moment devant Trollfest dans le Temple, qui remplit le chapiteau pour l'occasion. Du folk metal décalé, drôle, plutôt sympathique. Mais bon, il y a trop de monde, et comme peu de groupes nous intéressent par la suite on rentre faire quelques emplettes place centrale, à l'Extreme Market.





On revient avec un peu de We Came as Romans, encore du metalcore... J'ai franchement du mal à faire la différence entre tous ces groupes émergents, même si là encre c'était plutôt correct. On regarde ensuite sur écran Extreme, mélange de hard rock et de funk. Le groupe a connu un énorme succès début 90 avec les deux ballades "More Than Words" et "Hole Hearted". C'était bien sympa, on sentait le groupe content d'être là et leur prestation était très convenable. Une bonne surprise. Direction ensuite le devant de la scène pour Dagoba, groupe français de metal actuel qui monte, qui monte. Même si c'est un poil trop brutal pour moi, la présence scénique du groupe était assez extraordinaires (notamment quand le chanteur sépare carrément la foule en 2 pour un énorme wall of death) et les chansons franchement bien exécutées.





Ensuite on remonte à la Warzone pour la prestation de Protest the Hero ! J'avoue que le metal hardcore du groupe n'est pas forcément mon style mais j'ai un pote dont c'est l'un des groupes préférés qui m'a dit qu'ils étaient excellents sur scène. Et ça s'est confirmé. La rapidité des guitaristes est incroyable, le chant du chanteur impressionnant (il arrive à passer du chant hurlé au chant clair comme si de rien n'était), et les ruptures de tons sont fréquentes et à chaque fois bien gérées. C'est aussi le groupe où j'ai vu le plus de slammeurs, devait y avoir 2-3 personnes portées par la foule à la minute ! Pour ne rien arranger, ce sont des geeks, cf. ce clip ci-dessous ^^ (à part ça, dommage que le groupe n'ait pas chanté leur culte "Sequoia Throne")



On se presse après à la Valley pour voir le groupe de stoner Clutch, dont j'attendais beaucoup, et là déception... Le chapiteau est plein à ras-bord et déborde de tous les côtés ! On écoute un gros quart d'heure à l'extérieur, c'est excellent comme on s'y attendait... et on file manger ! En passant on assiste à quelques titres de Hatebreed, du groove metal à la Pantera, et pour le coup je regrette d'avoir attendu pour Clutch pour pas grand-chose tant leur prestation est excellente, notamment leur dernier titre, le hit d'une finesse imparable "Destroy everything".





Puis on se place comme il faut sur la Mainstage qu'on ne va pas quitter de la soirée ! On débute avec Soulfly, le groupe de thrash de Max Cavalera après qu'il ait quitté Sepultura. Donc forcément on a droit aux titres cultes de son ancien groupe, comme « Refuse/Resist » ou encore "Roots Bloody Roots" qu'on aura entendu la veille ^^. Une prestation très bonne, on sent le leader très inspiré, avec en plus ce côté tribal et cet esprit de famille, et puis il faut dire aussi que les titres propres de Soulfly sont très bon, comme "Back to the Primitive" ou encore "Eye for an Eye". Et, inattendu et bien senti, le groupe commence l'intro de l'excellent "The Trooper" d'Iron Maiden pendant leur concert ! ^^



Ensuite vient Deep Purple, une de mes grosses attendes et une de mes deux grosses déceptions du festival. Pour trois raisons : d’une part la setlist n’est pas du tout adaptée pour le festival et voit le groupe se perdre dans des digressions progressives et psychédéliques assez vite ennuyeuses avec la guitare et le clavier qui se renvoient la balle, ensuite parce que le chanteur n’a vraiment plus de voix du tout et peine à assurer le show, et enfin parce qu’à aucun moment le chanteur ne parle du festival : il n’a pas prononcé les mots Clisson, Hellfest ou même France de toute l’heure… Bon les grands classiques y passent quand même, et font franchement plaisir (« Space Truckin’ », « Hush » et bien évidemment « Smoke on the Water ») mais il manque malheureusement les excellent « Highway Star » ou encore « My Woman from Tokyo »… Grosse déception. Surtout que pour le coup, je loupe l’excellent groupe de folk metal Eluveitie qui se produit au Temple (mais qu’on avait déjà vu précédemment en festival) et le groupe de stoner Monster Magnet à la Valley…



Je loupe également le nouveau groupe de Phil Anselmo (chanteur de Pantera puis de Down, et grande figure du monde du metal), Phil Anselmo & The Illegals, pour Aerosmith… Mais là on ne le regrette pas ! Les deux heures de show hard rock / blues sont phénoménales, la team formée par le chanteur-frontman Steven Tyler et le grand guitariste Joe Perry est exceptionnelle, on sent que le groupe se fait plaisir et aime ce qu’il fait, et puis putain ils ont tous dans les 65 ans et bougent tout le temps, sont drôles et décalés, sans compter bien sûr la musique qui est juste parfaite : le son, la voix de Tyler, les guitares… La setlist reprend quasiment tous les hits du groupe, forcément avec les 3 ballades cultes que sont « Cryin’ », « I Don’t Want to Miss a Thing » et « Dream On » parfaitement intégrées avec les titres plus hard rock (« Back in the Saddle », « Livin’ on the Edge », « Last Child », « Walk this Way », on a même eu droit à « Mama Kin » !). Enfin bref, excellent, rien à redire, je pense le meilleur concert du festival pour ma part.



Beaucoup de gens commencent alors à partir (pas mal de gens vont voir Carcass dans la Altar, groupe fondateur du death metal), et tant mieux puisque ça fait de la place pour bien se placer sur la Mainstage 2 et accueillir Avenged Sevenfold à 1h du mat’ ! Le groupe, leader de la nouvelle vague de heavy metal américain, assure comme il faut : le son est parfait, les hits s’enchaînent (« Hail to the King » qui suit « Bat Country », la classe !), on a droit à la séquence émotion avec « So Far Away », bref rien à redire, un groupe très pro, qui propose une musique accessible et fédératrice mais avec quand même du caractère, il y a un énorme potentiel et le concert était vraiment très bon. Dommage juste que le groupe n'ai pas interprété l'excellente "The Beast and the Harlot", qu'ils font quasiment à chaque fois normalement. And now, dodo !


_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hellfest 2014

Message  deadpool_az le Dim 13 Juil 2014 - 10:28

Dimanche 22 juin

Comme la veille, on ne se presse pas et le réveil sera là uniquement pour voir le 1er concert qui nous intéresse. On débarque donc un peu avant midi sur la scène du festival, et assistons à quelques musiques de Scorpion Child, groupe de hard rock qui avait l’air de plutôt bien se débrouiller. Puis vint Lofofora ! Le groupe punk français attire beaucoup de monde dès midi, et propose un show assez énorme, bercé de tous ses tubes (sauf « Buvez du cul », bouh) et avec le frontman Reuno qui assure un super boulot. Et les petites 30 minutes de la prestation (durée assez ridicule vu la popularité du groupe, pour le coup personne n’a vraiment compris) ont vu arriver Maxime Musqua du Petit Journal pour participer à un circle-pit endiablé.



Je voulais voir ensuite un peu du heavy metal mélodique de In Solitude, et on est parti rapidement. Pas pour la prestation, mais le son était vraiment mauvais et on peinait à bien entendre les instruments et la voix du chanteur. Dommage. On revient pour le sludge de Crowbar, qui ressemble à du Mastodon en moins rapide et un peu plus massif. Assez sympathique, mais je ne suis pas resté  devant la scène jusqu’au bout. Par contre je n’ai pas pu quitter le devant de la scène avec Powerwolf, groupe de power metal parodique avec une ambiance mystique/religieuse et un énorme second degré avec des chansons aux paroles beauf mais drôles (« Resurrection by Erection »). Le chanteur/frontman a mis une sacrée ambiance, faisant bien participer le public, et puis les riffs et refrains très rapidement mémorisables, comme l’ambiance cérémonielle parodique, ont rapidement emporté le public. Très bon.



Après cela, direction la Warzone complètement bondée pour Tagada Jones, un autre groupe de punk français. Comme pour Lofofora, ambiance énorme malgré le monde qui empêchait de profiter pleinement du concert. Mais là encore, le groupe était très en forme et ça s’est vu. On va ensuite (re ?) manger en voyant un peu Angra, groupe de power metal qui avait l’air de franchement très bien se débrouiller. Mais c’est surtout l’occasion de se placer pour Alter Bridge, groupe de metal alternatif qui monte beaucoup… Ils me font assez penser à Nickelback, avec néanmoins un peu plus de personnalité, d’identité et de complexité dans leurs morceaux. Les titres sont très accrocheur, les riffs bien heavy et inspirés, et la prestation sans grands défauts. Un show franchement bon, qui donne envie de s’intéresser encore plus au groupe.





Changement de position ensuite pour bien se placer sur la Mainstage 2 où va officier Annihilator, groupe de thrash metal canadien. Un excellent concert, qui propose un son thrash à la fois old-school et moderne. Le son est très bon, les riffs inspirés comme les solos démentiels s’enchaînent, notamment avec l’excellent « Allison Hell » et sa succession de riffs endiablés et entêtants. Une belle découverte, et le groupe n’a pas à pâlir des figures de proue du thrash.



On suit ensuite Dark Angel sur écran, là encore un grand groupe de thrash metal, qui fait un retour  sur scène en 2014 après plus de 20 ans d’absence. J’ai écouté à moitié, pas été très emballé notamment à cause de la voix du chanteur Ron Rinehart qui a vraiment du mal à assurer, et qui semble mal à sa place également en tant que frontman. Je pense qu’ensuite on a été mangé, puisque nous n’avons vu que la fin du show de Behemoth sur la Mainstage 2. Et encore, nous l’avons vu uniquement parce que nous nous étions bien placés sur la Mainstage 1 pour les prochains concerts. C’est du black metal, et même si la fin de la prestation avait l’air très convaincante, ce n’est vraiment pas notre truc. Vient alors Soundgarden sur la MS1, un des groupes phare du grunge des années 90 ! J’en attendais beaucoup, et ce fut la deuxième déception avec Deep Purple. Le chanteur Chris Cornell avait l’air peu inspiré et surtout de s’ennuyer, et le public, qui cherchait à se motiver au début, n’essayait même plus par la suite… Le son était moyen, et même un titre heavy et accrocheur comme « Spoonman », balancé quasiment au début, ne rendait pas terrible ! Alors que dire du hit « Black Hole Sun », assez lancinant… Très moyen. Et pour le coup on loupe le groupe horror-punk culte des Misfits sur la Warzone.



On ne quitte pas la MS1 pendant le show d’Emperor sur la MS2, là encore du black metal pour (apparemment) un des groupes cultes du genre. Même si ça n’est pas du tout mon truc, il faut avouer que le groupe en imposait et a livré une grande prestation. Et vient enfin le groupe tant attendu : Black Sabbath ! Groupe tellement précurseur qu’environ 95% des groupes présents lors du festival n’aurait pas existé sans eux. Leur heavy metal limite doom n’a pas pris une ride, les riffs de Tony Iommi et sa maîtrise de la guitare sont excellents, les chansons cultissimes, et même Ozzy Osbourne qu’on sent parfois un peu fatigué, tant physiquement qu’au niveau de la voix, semble se donner au maximum. Chaque titre est légendaire, et pour l’occasion il s’agit de Brad Wilk (Rage Against the Machine, Audioslave) à la batterie, qui donnera un solo mémorable ! Le rappel se fait forcément sur « Paranoid », puis le groupe enchaîne sur « Zeitgeist » et quitte l’assemblée après cette prestation musicale pure et quasi parfaite. Devait ensuite arriver le groupe de heavy metal Iced Earth qui a malheureusement annulé sa participation au festival une semaine avant. Et n’ayant pas la force de nous bourrer dans l’Altar pour voir l’excellent groupe de death metal progressif Opeth, on rentre tranquillement à la tente…



Dernière édition par deadpool_az le Dim 13 Juil 2014 - 10:52, édité 1 fois

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hellfest 2014

Message  deadpool_az le Dim 13 Juil 2014 - 10:30

Lundi 23 juin

Réveil tôt pour partir du Hellfest avant la masse des festivaliers : 6h du matin, après donc 4 petites heures de sommeil… On part donc encore une fois en marge du gros de la troupe, ce qui ne va pas empêcher de croiser plein de gens avec des bracelets Hellfest à chacun de nos arrêts le long d’un voyage retour qui aura duré dans les 9 heures, la faute à un accident et à une déviation… Et le lendemain, boulot et préparation des vacances d’été ! ^^’

Bilan

Bilan ultra-positif, on est vraiment immergé dans une bulle « Hellfest » pendant quasiment 5 jours, et le déplacement vaut autant pour les concerts, nombreux et avec un choix impressionnant et des groupes de qualité, que pour le public, l’ambiance, le décor. J’avais beau être complétement crevé le lundi soir, ça n’empêchait pas d’avoir une envie folle d’y retourner l’année prochaine ! Et même Piti Ness qui ne voulait pas y retourner a maintenant changé d’avis sans même que je ne lui en reparle ou n’insiste ^^

Bon... va falloir que j'apprenne à être concis :p

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hellfest 2014

Message  Gizmo le Dim 13 Juil 2014 - 10:59

très bon résumé qui ma encore plus donné envie d'y aller l'année prochaine   
pour John 5 c bizarre qu'il n'arrive pas à s'imposé dans les groupes ou il joue. il à pourtant énormément de talant......

_________________
avatar
Gizmo
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 1239
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 31
Localisation : Saint Julien Du Sault

Voir le profil de l'utilisateur http://ganaches.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hellfest 2014

Message  deadpool_az le Dim 13 Juil 2014 - 12:17

Si il arrive à s'imposer dans le groupe de Rob Zombie, c'est juste que vu le style de musique (de l'indus pur limite electro, donc des sonorités simples et très répétitives), on se dit que son talent est un peu gâché. Surtout que dès qu'il y a un petit solo dans un musique il se démarque largement, et en plus quand il se met à faire un solo tout seul c'est juste magnifique...

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hellfest 2014

Message  deadpool_az le Mer 30 Juil 2014 - 23:47



Un reportage sur le Hellfest par (je crois) un site dédié au metal. C'est bien fichu, court, rythmé, ça montre bien l'ambiance du festival.

_________________
avatar
deadpool_az
Ganache Admin
Ganache Admin

Messages : 3256
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hellfest 2014

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum